Des visites au sommet mobilisent sans surprise les camps pro-atlantique et pro-russe en Bulgarie…

Photo: archives

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg est arrivé en visite à Sofia après avoir participé à l’initiative B9 en Slovaquie, à laquelle la Bulgarie était représentée par son président Roumen Radev, qui a déclaré que "certains textes de la déclaration préliminaire mettaient en péril la réalisation de projets d’infrastructures d’intérêt national pour la Bulgarie et qu’il avait fait le nécessaire pour les retirer du texte final". Il n’a pas donné plus de détails, mais tout porte à croire que les passages contestés viseraient les projets « TurkStream » et « Nord  Stream 2 ».

Quelques heures avant l’arrivée de Jens Stoltenberg à Sofia, le président bulgare a appelé le gouvernement à « matérialiser » /sic/ la prochaine visite du premier ministre russe Dmitrii Médvédev qui sera en Bulgarie les 4 et 5 mars, pour éviter que le pays devienne l’otage d’intérêts étrangers. Il a ajouté que ces deux visites doivent être considérées dans leur lien logique et pourquoi pas aussi dans le contexte de la mise en garde, adressée il y a quelques jours lors de la Conférence sur la sécurité à Munich, par le Secrétaire d’Etat des USA, Mike Pompeo, selon lequel les USA ne verront pas d’un œil impartial et indifférent le fait que des alliés de l’OTAN achètent des armes à leurs adversaires, et qu’ils ne pourront pas garantir la paix de l’Occident, si ces même alliés s’approvisionnent  à l’Est.

La presse en Bulgarie commente abondamment les déclarations de Roumen Radev. Pour certains confrères, quand le président parle d’intérêts étrangers, il a certainement en vue ceux qui sont étrangers à la Russie. Mais il n’y a rien d’étonnant, car Radev tient ce genre de discours pro-russe depuis le début de son mandat. Comme d’ailleurs son prédécesseur, Guéorgui Parvanov. Et il ne s’agit pas seulement du projet "South Stream", transformé par la suite en "TurkStream", mais aussi du projet gelé de construction de deuxième centrale nucléaire sur le site Béléné. Des positions qui sont à l’opposé de celles de l’ancien président Rossen Plévnéliev et du premier ministre Boyko Borissov…

Lors du dîner offert hier par le premier ministre Boyko Borissov à Jens Stoltenberg, le chef de l'exécutif bulgare a confirmé que les relations de la Bulgarie et de l’OTAN reposent sur un travail collectif au nom de la sécurité et la défense, notamment la transaction pour l’acquisition de nouveaux avions de chasse, le budget militaire et la situation dans les Balkans occidentaux et le bassin de la mer Noire.

Pour ce qui est de la prochaine visite en Bulgarie de Dmitrii Médvédev, les 4 et 5 mars, les entretiens devront porter sur la coopération dans le secteur énergétique, l’économie et le tourisme. Mais il faudra attendre que les invités de marque soient repartis pour dire s’il existe un lien /ou pas/ entre ces deux visites...

Version française: Sonia Vasséva


Tous les articles

Le MCV pour la Bulgarie: sautera ou sautera pas ?

La Commission européenne a adopté ses derniers rapports en date sur les mesures prises par la Bulgarie et la Roumanie pour tenir leurs engagements en matière de réforme du système judiciaire et de lutte contre la corruption, et dans le..

Publié le 23/10/19 à 13:25

Hasan Ulusoy: Ankara est satisfaite des réactions de Sofia aux évènements en Syrie

Une semaine après le début de l’opération armée de la Turquie au Nord de la Syrie, à l’Ouest de l’Euphrate, les préoccupation face à l’escalade de la tension ont donné lieu à une réunion extraordinaire du Conseil à la sécurité nationale de la..

Publié le 16/10/19 à 12:42

La Bulgarie demande l’arrêt immédiat de l’opération militaire turque en Syrie

Convoqué d’urgence par le premier ministre Boyko Borissov, le Conseil à la sécurité auprès du Conseil des ministres a examiné la situation en Syrie et les risques qui en découlent pour la Bulgarie. Après avoir informé le président Roumen Radev de..

Publié le 15/10/19 à 13:21