Le Palais des Beaux-Arts de Sofia nous invite à un voyage dans le temps…

7
Anton Mitov, "Des paysanes au marché de Sofia"

Pendant plus de 10 mois /du 1er mars 2019 au 12 janvier 2020/, Sofia attirera l’attention par une exposition dont l’intitulé  est « Palais des Beaux-Arts ». Un voyage dans le temps et un retour à l’époque où la Galerie nationale des Beaux-Arts de Sofia était un palais, des princes et des tsars…

Nikola Mihaïlov /1878-1960/; portrait du tsar Ferdinand, 1914, et les enfants du tsar Ferdinand, Boris, Kiril, Evdokia et Nadéjda

La transition vers l’époque contemporaine n’a pas été si « révolutionnaire » car les monarques du jeune 3e Etat bulgare avaient une passion pour les beaux-arts. Surtout le tsar Ferdinand, ayant gouverné le pays de 1887 à 1918 /jusqu’en 1908, sous le titre de prince/. Et il était connu pour son soutien aux artistes, tous genres confondus…

L’exposition est une radiographie des arts plastiques de la fin du 19e et du début du 20e siècle, à l’époque du tsar Ferdinand, lorsque la Bulgarie s’ouvre au grand art étranger grâce aux toiles de la collection privée du monarque. Quant aux artistes bulgares de la cour, ils se contentent de faire des copies des œuvres des grands maitres. Certains, tels Ivan Mrkvichka et Yaroslav Véchin sont d’origine étrangère, une exception dans les écoles nationales de la culture européenne.

Ivan Mrkvichka,

Le grand compositeur français, Jean-Baptiste Lully /1632-1687/ avait des origines italiennes qu’il a transmis à la cour de Versailles par le biais de sa musique. Ainsi les artistes peintres de Bulgarie s’inspirent-ils des grands maîtres d’Europe centrale…

Antony Piotrovski /Pologne/,

L’exposition nous est contée par Yaroslava Boubnova, conservatrice de la Galerie des Beaux-Arts :

"Un grand collectif de collègues de la Galerie nationale a passé de longs mois à préparer cette exposition, il a fallu préciser la place des différentes œuvres, réaménager certains espaces. Une grande partie des tableaux n’avaient jamais été montrés, pour des raisons politiques, et les restaurateurs ont dû intervenir pour les sauver. Mais l’enjeu était de taille – ramener une partie de notre patrimoine historique à son existence visuelle…"

Tséno Todorov,

L’exposition permet de combler des lacunes surtout quand il s’agit de notre bonne connaissance du mode de vie et de la culture du passé. On peut y voir les toiles d’artistes bien connus, tels Anton Mitov, Tséno Todorov, Nikola Pétrov, mais aussi des peintres rares comme Eléna Karamihaïlova /1875-1961/, une des premières femmes peintres professionnelles et certainement aussi la première peintre impressionniste de Bulgarie.

Eléna Karamihaïlova /1875-1961/,

Nous avons aussi reconstitué en l’état le dit „Salon rouge“, avec les tableaux qui s’y trouvaient à l’époque des tsars…

Le Salon rouge, début du XXe siècle, après restauration

Konrad Dielitz, portrait du prince Alexandre Battenberg, 1881Une salle réunit les documents et décrets, témoignant du rôle de l'Etat et du tsar pour encourager l’épanouissement des arts plastiques bulgares. Tel un manuscrit où il est question du 10e Salon international des Arts à Munich auquel le tsar Ferdinand a été convié.

Grâce au soutien du ministère bulgare de la Culture, pour la première fois le public pourra admirer le portrait du premier prince bulgare, Alexandre Battenberg / ayant gouverné dans les années 1879-1886/, sorti des mains du peintre allemand Konrad Dielitz. Le portrait a été acquis à l’issue d’une vente aux enchères à Vienne au début de 2019. C’est une œuvre emblématique, liée à la Bulgarie nouvellement libérée en 1878. Le prince inspire force et optimisme, et son uniforme militaire annonce sa prochaine affectation de commandant en chef des armées lors de la guerre serbo-bulgare, en novembre 1885, qui scelle la réunification de la Bulgarie du Nord et du Sud, officialisée en septembre de la même année.

Récit : Sonia Vasséva

Crédits photos: Galerie nationale des Beaux-Arts et Vénéta Pavlova







Tous les articles

Un fonds spécial assurera la promotion du patrimoine culturel et historique des pays d’ESE

Un Fonds permanent de coopération en matière de culture sera constitué par les pays d’Europe du Sud-Est (ESE). La décision a été prise lors d’une réunion du Conseil des ministres de la Culture de l’ESE qui a été présidé pendant l’année dernière..

Publié le 20/05/19 à 12:26

"Un livre – plusieurs éditions"

A l’occasion de la fête de l’écriture slave, de l’éducation et de la culture bulgare le 24 mai, la bibliothèque régionale “Dora Gabe” de la ville de Dobrich présente quelques-unes des plus précieuses œuvres littéraires qu’elle possède grâce à l’exposition..

Publié le 19/05/19 à 09:30

Une exposition de photographies nous initie aux couleurs et à la culture de l’Asie

L’exposition de photographies « La magie de l’Orient » est abritée par le Palais national de la culture sur un de ses espaces en plein air – « Le ponts des amoureux”. On pourra y voir des photos du quotidien, de la culture et de la nature de 17 pays..

Publié le 18/05/19 à 09:40