Forte tension au sein des partis politiques bulgares à la veille des Elections européennes 2019

Photo: BGNES

Les élections pour le Parlement européen en Bulgarie auront lieu le 26 mai prochain et il ne reste d’ici là que 67 jours. L’enregistrement des listes des candidats doit se faire au plus tard 32 jours avant le vote mais leur établissement s’avère assez dramatique pour la plupart des forces politiques. Il y deux jours, le Conseil national du PS a désigné comme tête de liste pour les européennes la journaliste d’investigation et actuelle députée socialiste Eléna Yontchéva. Cette décision a créé cependant de fortes tensions au sein des rangs des socialistes, eux-mêmes, ce qui semble bien compréhensible. Malgré les attentes de l’opposition au sein du parti socialiste selon lesquelles la liste des candidats aux européennes serait conduite par le leader du PSE Serguey Stanichev, à la tête de celle-ci se retrouve une personne qui n’est même pas membre du parti. Des politiques de l’entourage de Stanichev ont déjà exprimé des doutes selon lesquels la désignation de la tête de liste des socialistes aurait été manipulée. Toujours au cours du week-end dernier, des responsables de la charismatique Union des forces démocratiques (UFD) ont déclaré que celle-ci envisageait de s’entretenir avec la coalition « La Bulgarie démocratique » dont font partie « Les démocrates pour une Bulgarie forte (DBF), « Oui, Bulgarie » et les « Verts » en vue d’une participation conjointe aux européennes. La tenue d’élections intérnes avant que ne soient dressées les listes électorales, ainsi que la présence de l’abréviation UFD dans la dénomination de l’éventuelle coalition électorale constituent cependant une condition sine qua non en vue de cette représentation commune des forces politiques susmentionnées au vote européen.

Le Parti populaire européen (PPE) a appelé les forces de la droite à former « un front uni » avec le parti au pouvoir GERB, mais des responsables du DBF ont été catégoriques pour répliquer qu’une union avec GERB était inadmissible. Quoi qu’il en soit, une chose est sûre : les forces traditionnelles de la droite qui ne sont aucunement représentées dans l’actuel parlement national car ayant participé séparément aux dernières législatives, essaieront toutefois, par le biais des européennes, de sortir de l’impasse politique. C’est exactement le contraire que semblent faire les membres de la dite petite coalition au pouvoir des « Patriotes unis » qui est composée du VMRO, du Front national pour le salut de la Bulgarie et du parti Ataka. En raison des litiges politiques existant au sein de cette dernière, les membres de la coalition s’engagent divisés vers les élections pour le Parlement européen, chacun avec sa propre tête de liste. Après la dernière tentative de réconciliation il y a une semaine, le leader de VMRO Krassimir Karakatchanov a exprimé son espoir que « la nuit porte conseil » et qu’une participation commune au vote européen était toujours possible.

A cette étape le parti au pouvoir GERB semble le moins problématique. Le candidat le plus probable qui pourrait être tête de liste est la commissaire européenne Maria Gabriel qui jouit du plus grand nombre de nominations au sein des structures municipales du parti.

Il n’y a pas, non plus de drames électoraux au sein du MDL qui, il y a un mois déjà, avait déclaré qu’il se présenterait individuellement aux européennes avec une liste de 17 candidats qui, d’ici le 30 mars, serait soumise à l’approbation du Quartier électoral du mouvement.

Compte tenu de ce climat électoral, les prévisions sur les éventuels résultats deviennent une mission impossible. Avant que la vraie campagne électorale n’ait été engagée, une partie des sociologues prévoient déjà une avance pour GERB, d’autres – une légère avance pour le PS. D’après les plus récents sondages présentés au Parlement européen au début du mois en cours, GERB bénéficierait de 35,7% des voix électorales, le PS – de 35,1%, le MDL – de 10,7%, les Patriotes unis (s’ils se présentent unis) – de 5,4%, « Oui, Bulgarie » – de 2,4%, « Volia » et le Bloc réformateur – de 2,2% chacun, ABV (Alternative pour la renaissance de la Bulgarie) – de 1,4%, et autres – de 4,9%. Sur cette base on pourrait supposer que la Bulgarie aura 8 représentants dans le groupe du PPE, 6 dans le groupe des « Socialistes et démocrates », 2 chez ALDE et un eurodéputé qui pour le moment n’appartiendrait à aucun groupe politique.

Version française : Nina Kounova

Tous les articles

Elections européennes 2019: Lancement du vote en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas, la Bulgarie près de clôturer sa campagne...

Les Néerlandais et les Britanniques ont commencé à voter ce jeudi, 23 mai, pour élire leurs représentants au Parlement européen, avant les Irlandais et les Tchèques, le 24 mai, suivis des Lettons, Maltais et Slovaques, le samedi 25..

Publié le 23/05/19 à 11:43

Elections européennes 2019: L’Europe réapparaît en fin de campagne…

5 jours avant les élections européennes, les sujets européens refont surface dans la campagne électorale, occultés jusqu’ici par les problématiques nationales. Dans l’Est de la Bulgarie, la tête de liste de GERB-UFD Maria Gabriel a..

Publié le 22/05/19 à 11:53

Elections européennes 2019 : Chez les deux grands, tous les coups sont permis !

Quelques heures après que le premier ministre et leader du parti GERB Boyko Borissov a annoncé que dans sa campagne électorale, le PS recourait à des méthodes tout droit sorties des manuels du KGB, la tête de liste des socialistes, Eléna Yontchéva a..

Publié le 21/05/19 à 11:57