Des jeunes diplomates cherchent à relever les défis auxquels fait face la politique étrangère et la sécurité régionale

Par:
Photo: bdi.mfa.government.bg

Dans le cadre de la 14e édition de l’«Ecole d’hiver pour jeunes diplomates », des jeunes de 19 pays se sont réunis du 19 au 22 mars pour discuter d’importants problèmes et sujets liés à la politique énergétique, les effets sur l’Union européenne du Brexit, la crise migratoire et son influence sur l’Europe du Sud-est, tout comme des perspectives d’adhésion des pays des Balkans occidentaux à la famille européenne. Parmi les 24 participants figurent des représentants de tous les pays du bassin de la Mer Noire, des Balkans Occidentaux et d’Espagne, Belgique et Pays-Bas. L’initiative pour ce forum appartient à l’Institut diplomatique du ministère des Affaires étrangères et c’est la ville de Sandanski qui accueille le forum. « L’Europe du Sud-est et la région de la Mer noire » est le sujet principal des débats dans ses aspects concernant la politique étrangère, la sécurité régionale et la politique énergétique dans le contexte de l’UE et de l’OTAN.

L’accent sur l’OTAN n’est pas dû au hasard, car 2019 est l’année des 70 ans de l’alliance tout comme l’année des 15 ans de l’adhésion à l’organisation de la Bulgarie. Le forum se tient du 18 au 22 mars et au niveau des organisateurs on a déjà remarqué l’ambassadeur de Roumanie Ion Gulea qui a présenté devant les participants les priorités de la Roumanie en tant que président tournant du Conseil européen. Le Secrétaire général de l’Organisation de coopération économique de la Mer Noire Michael Christidis a exposé devant l’assemblée les politiques de l’organisation. Les jeunes diplomates ont eu un entretien également avec le président du Club Atlantique Solomon Passy, l’ambassadeur d’Allemagne en Bulgarie Herbert Salber, le directeur régional de la fondation « Hanns Seidel » Klaus Fiesinger. Tanya Mihaylova, directrice de l’Institut diplomatique annonce les prochains conférenciers au programme:

Nous verrons la professeure Ingrid Shikova de l’Université de Sofia, l’ex-ambassadeur en Hongrie Bisserka Benichéva, l’expert en politique énergétique Slavcho Neykov, Lubomir Kuchukov, directeur de l’Institut d’économie et de relations internationales et ex-vice-ministre des Affaires étrangères. Un vaste cercle de conférenciers représentant l'expertise bulgare accumulée au cours des négociations pour l’adhésion à l’UE, tout comme au cours des années d’appartenance à l’UE et à l’OTAN. Nous avons pour objectif d’être utiles aux représentants des autres pays dont une partie ne n’ont pas pris encore le chemin vers l’UE et l’OTAN ou bien sont en pourparlers pour une coopération.

Dans son interview pour Radio Bulgarie Tanya Mihaylova s’est focalisée sur les raisons pour un jeune de choisir la diplomatie pour métier. Il s’agit selon elle, d’une profession très difficile dans laquelle on doit accepter à débuter aux plus bas niveaux et progresser dans la carrière après avoir acquis au fil du temps de l’expérience et des connaissances pour accéder au niveau le plus élevé et prestigieux d’ambassadeur. La tolérance est une des qualités les plus précieuses d’un diplomate car il est obligé de travailler avec des représentants de différentes nationalités et cultures qui ont des visions du monde différentes. Il est important de noter que ces dernières années le métier diplomatique sort de son cadre des négociations silencieuses, a souligné la directrice de l’Institut diplomatique:

L’époque où le travail des diplomates ne consistait qu’à rencontrer et discuter avec des représentants officiels d’autres pays est révolue, explique Tanya Mihaylova. Aujourd’hui les diplomates bulgares et les diplomates étrangers en Bulgarie communiquent avec beaucoup plus de gens. C’est ce qu’on appelle la diplomatie publique. Elle est constituée de manifestations sportives, de festivals et évènements culturels qui font sortir de leurs bureaux les diplomates car le métier lui-même est allé au-delà des bureaux feutrés.

Version française: Vladimir Sabev

Tous les articles

Le MCV pour la Bulgarie: sautera ou sautera pas ?

La Commission européenne a adopté ses derniers rapports en date sur les mesures prises par la Bulgarie et la Roumanie pour tenir leurs engagements en matière de réforme du système judiciaire et de lutte contre la corruption, et dans le..

Publié le 23/10/19 à 13:25

Hasan Ulusoy: Ankara est satisfaite des réactions de Sofia aux évènements en Syrie

Une semaine après le début de l’opération armée de la Turquie au Nord de la Syrie, à l’Ouest de l’Euphrate, les préoccupation face à l’escalade de la tension ont donné lieu à une réunion extraordinaire du Conseil à la sécurité nationale de la..

Publié le 16/10/19 à 12:42

La Bulgarie demande l’arrêt immédiat de l’opération militaire turque en Syrie

Convoqué d’urgence par le premier ministre Boyko Borissov, le Conseil à la sécurité auprès du Conseil des ministres a examiné la situation en Syrie et les risques qui en découlent pour la Bulgarie. Après avoir informé le président Roumen Radev de..

Publié le 15/10/19 à 13:21