Les scandales au sommet de l'Etat provoquent des turbulences politiques

Le dernier jour de mars, le parti au pouvoir GERB a rendu publique sa liste de candidats eurodéputés, conjointement avec l’Union des forces démocratiques (UFD) aux élections européennes. A l’heure actuelle, la Bulgarie dispose de 17 députés au Parlement européen dont 6 sont issus de GERB. Au vote européen à la fin mai, GERB espère obtenir 8 sièges au Parlement européen conjointement avec l’UFD. L’une des positions éligibles dans la liste telle qu’elle avait été annoncée est destinée à l’UFD, ce qui signifie que le parti au pouvoir espère augmenter le nombre de ses actuels eurodéputés en le portant de 6 à 7. Une telle prévision semble plutôt optimiste compte tenu des attentes de turbulences politiques qui seraient très probablement provoquées par les démissions du leader parlementaire de GERB Tsvetan Tsvetanov, de la ministre de la Justice Tsetska Tsatchéva et de deux vice-ministres à la suite des accusations d’acquisition illégitimes par ces derniers d’appartements de luxe à des prix largement inférieurs aux prix de marché. Il convient de souligner cependant que l’optimisme de GERB est dans une grande mesure justifié, alors que par ses propos « Nous avons subi un coup fort que nous avions bien mérité » prononcés dans le cadre de la cérémonie de présentation de leur liste électorale, le premier ministre Boyko Borissov a laissé entendre que l’affaire en question avait été déjà close.

Tsvetanov a démissionné de son poste de président du groupe parlementaire de GERB mais conserve ses responsabilités de deuxième figure au parti et de dirigeant de son quartier électoral. Le poste de Tsvetanov comme député au parlement national est désormais occupé par Daniéla Daritkova – actuelle chef de la commission parlementaire à la santé et membre du Bureau exécutif de GERB. Selon Borissov, Daritkova possède toutes les qualités requises lui permettant d’exercer le contrôle nécessaire sur les députés de son parti « dans le bon sens du terme ». Pour ce qui est des remplaçants des ministres et vice-ministres ayant quitté l’exécutif, c’est au premier ministre lui-même d’y exercer le contrôle requis, ses capacités de ce faire n’ayant jamais été remises en question. Aucun changement n’est non plus constaté dans la configuration des rapports avec les autres partis politiques. Les partenaires de GERB au sein de la coalition au pouvoir se sont déclarés compréhensifs pour ce qui est des remaniements qui s’y sont produits. Le leader d’Ataka, Volen Sidérov qui avait souvent été en conflit avec Tsvetanov ne prévoit pas de secousses après le départ de ce dernier du parlement. Le président du Front national pour le salut de la Bulgarie Valéri Siméonov exprime « certaines inquiétudes car admettant certains problèmes dans les rapports avec les différents groupes parlementaires » mais promet de soutenir le nouveau leader parlementaire de GERB « s’il y a lieu ».

Vesselin Maréchki, leader du parti « Volia » qui soutient assez souvent le parti au pouvoir GERB lors des votes au parlement affirme également qu’il envisage de travailler correctement avec Mme Daritkova. Le Mouvement pour les droits et libertés (MDL) décline délicatement tout commentaire sur les actuels remaniements pour éviter de « s’ingérer à l’activité des autres partis politiques ».

Des responsables du PS ont déclaré que le remplacement de Tsvetanov à son poste parlementaire n’était qu’une fausse démarche car celui-ci quittait le parlement pour « demeurer au pouvoir », le but des démissions ne visant rien d’autre que d’assurer le confort du premier ministre Borissov jusqu’à un suivant scandale. Le PS continue de clamer la tenue de législatives anticipées et s’il demeure fidèle à ses déclarations, d’ici lors les députés socialistes ne participeront pas aux séances plénières du parlement. Ce qui ne change rien, non plus, dans le contexte électoral. Il reste à connaître les prévisions des agences sociologiques à l’issue des événements des derniers jours. Selon les derniers sondages dont nous avons déjà écrit, certains sociologues accordent une avance au GERB, d’autres prévoient une légère avance pour le PS. Des sondages dont les résultats avaient été présentés au début du mois dernier au Parlement européen montrent que le parti au pouvoir GERB bénéficierait d’un score de 35,7% du vote européen, le MDL – de 10,7%, les Patriotes unis (s’ils se présentent unis) – de 5,4%, « Oui, Bulgarie » - de 2,4%, « Volia » et le « Bloc réformateur » - de 2,2%, ABV – de 1,4%, et autres – de 4,9%. 

N'empêche qu'il reste moins de deux mois jusqu'aux prochaines élections européennes...

Version française : Nina Kounova

Photos: BGNES

Tous les articles

Le MCV pour la Bulgarie: sautera ou sautera pas ?

La Commission européenne a adopté ses derniers rapports en date sur les mesures prises par la Bulgarie et la Roumanie pour tenir leurs engagements en matière de réforme du système judiciaire et de lutte contre la corruption, et dans le..

Publié le 23/10/19 à 13:25

Hasan Ulusoy: Ankara est satisfaite des réactions de Sofia aux évènements en Syrie

Une semaine après le début de l’opération armée de la Turquie au Nord de la Syrie, à l’Ouest de l’Euphrate, les préoccupation face à l’escalade de la tension ont donné lieu à une réunion extraordinaire du Conseil à la sécurité nationale de la..

Publié le 16/10/19 à 12:42

La Bulgarie demande l’arrêt immédiat de l’opération militaire turque en Syrie

Convoqué d’urgence par le premier ministre Boyko Borissov, le Conseil à la sécurité auprès du Conseil des ministres a examiné la situation en Syrie et les risques qui en découlent pour la Bulgarie. Après avoir informé le président Roumen Radev de..

Publié le 15/10/19 à 13:21