40 ans du vol dans l’espace du premier cosmonaute bulgare

Par:

Presque chaque enfant rêve de voler et de voir notre planète depuis l’espace. Très souvent la réponse à la question de « Que veux-tu faire dans la vie ? » c’est justement de devenir un cosmonaute. Cette réponse provoque des sourires bienveillants mais parfois elle est si sincère qu’elle te laisse penser que tu parles vraiment à un futur troisième cosmonaute bulgare dont le nom restera inscrit dans l’histoire spatiale de la Bulgarie aux côtés de Guéorgui Ivanov et Alexandre Alexandrov. Le fait qu’aujourd’hui nous marquons les 40 années du vol spatial du cosmonaute bulgare Guéorgui Ivanov à bord du vaisseau spatial russe « Soyouz 33 » nous incite à tourner le regard vers les succès et la contribution de la Bulgarie dans les recherches spatiales.


Ce premier vol est accompli le 10 avril 1979 au cosmodrome de la ville de Baïkonour située dans l’actuelle république de Kazakhstan et dure deux jours. Selon le plan le premier cosmonaute bulgare aurait dû rester dans l’espace 7 jours mais un des moteurs tombe en panne et l’arrimage à la station spatiale « Salut 6 » échoue et contraint l’équipage russo-bulgare avec pour commandant le cosmonaute russe Nikolay Roukavichnikov de revenir sur terre après 31 tours de la planète. Pendant qu’on se demande comment faire revenir vivants les deux cosmonautes, ils reçoivent l’ordre de se reposer. Ivanov profite de cela pour tourner 72 cadres avec sa caméra, plusieurs desquels sont par la suite repris dans le documentaire de Valéry Marinov « Vol au bord de l’infini ». Ce film nous apprend comment Ivanov a été désigné premier cosmonaute bulgare par l’Institut aéromédical de recherches près l’Académie de médecine militaire. On raconte au sujet de Guéorgui Ivanov qu’il a une excellente maîtrise théorique spéciale, qu’il supporte de grandes pressions et que dans des situations difficiles il prend rapidement des décisions correctes. Sur les 700 candidats sélectionnés qui passent des tests pendant un an, il ne reste au final que 20 personnes dont 4 partent fin 1977 pour Moscou – Guéorgui Ivanov, Alexandre Alexandrov, Guéorgui Yovchev et Ivan Nakov. A leur retour en Bulgarie, le ministre de la Défense Dobri Djourov donne l’ordre pour envoyer à la Cite des étoiles près de Moscou Guéorgui Ivanov et Alexandre Alexandrov.

L’histoire de la capsule du vaisseau spatial avec laquelle les deux cosmonautes devaient revenir sur terre est également intéressante. Ivanov en fait un don au musée de sa ville natale de Lovech mais au cours des années 90 du siècle passé, pendant la période de transition à la démocratie, le bâtiment du musée est transformé en discothèque. Les nouveaux propriétaires décident qu’ils n’ont plus besoin de la capsule et s’en débarrassent en la jetant dans un chantier en construction. C’est là que le photographe Evguéni Dimitrov la découvre et la récupère avec l’aide de la police. Elle est conservée dans une base du ministère de l’Intérieur pour être plus tard remise au musée de l’aviation à Plovdiv.


A la veille des 40 ans de son vol spatial Guéorgui Ivanov a rencontré des scolaires d’une école de Lovech qui étaient spécialement venus pour une conférence au Musée de l’aviation. Les débats ont été accompagnés d’impressions visuelles présentant la Terre vue du hublot du vaisseau spatial et la vie des cosmonautes dans la station spatiale. Parmi les nombreuses questions on a demandé entre autres quel a été le rêve d’enfant du premier cosmonaute bulgare, tout comme sur les conseils qu’il pourrait donner à tous ceux qui souhaitent suivre son exemple et prendre la route des étoiles:

Mon rêve d’enfant c’était de devenir un marin mais je n’ai pas eu de chance et je me suis consacré au parachutisme, les vols sur des avions avec et sans moteurs au club aérien de Lovech. Ensuite j’ai été admis à l’Ecole supérieure d’aviation militaire « Guéorgui Benkovski ». Le message que j’adresse aux enfants qui souhaitent devenir des cosmonautes est de continuer de faire des efforts pour réaliser ce rêve, d’étudier les maths, la physique, l’astronomie, car ce sont des disciplines intéressantes, tout comme d’écouter ce que disent leurs parents et leurs instituteurs.

Dans une interview pour Radio Bulgarie Guéorgui Ivanov nous fait part de ses souvenirs du jour du vol et des préparatifs qui l’ont précédé:


Je me souviens absolument de tout. Le jour où nous sommes partis de Baïkonour, dès le matin nous avons commencé à nous préparer pour prendre le vaisseau spatial. Auparavant j’ai eu à passer des préparatifs d’un an au Centre de formation « Yuri Gagarine » dans la Cité des étoiles. Il y avait beaucoup d’entraînements, l’étude du vaisseau et de la station spatiale et, finalement, 10 jours avant le départ, j’ai obtenu une formation également à Baïkonour.

Version française : Vladimir Sabev

Photos: archives, podtepeto.com et BGNES

Tous les articles

L’imagination et l’art de la décoration des oeufs de Pâques

Les œufs peints, quel meilleur symbole des Pâques orthodoxes - fête de la renaissance et de la lumière ! Les anciennes traditions des œufs peints reviennent au goût du jour, des techniques nouvelles apparaissent et les mains habiles des femmes..

Publié le 25/04/19 à 10:50

L’école bulgare de Lisbonne fête Pâques avec des œufs peints et de la bonne brioche

Reconnaître la patrie dans les mots énoncés d’une voix dans la langue maternelle, les leçons, les impressions transmises par des étrangers et la dessiner en esprit, parée des couleurs sublimes de l’arc-en-ciel. L’école des milliers d’enfants..

Publié le 25/04/19 à 09:45
Стево Пендаровски и Гордана Силяновска Снимки: БГНЕС

Kaléidoscope des Balkans

Un second tour incertain de l’élection présidentielle en Macédoine du Nord Moins de 42% de participation au premier tour de la présidentielle en Macédoine du Nord pour les 1 800 000 électeurs inscrits sur les listes électorales. 4%..

Publié le 23/04/19 à 10:40