Elections européennes 2019 : Les rivalités entre GERB et le PS éclatent au grand jour !

Photo: BGNES

Après la saisie par le PS, il y a quelques jours, de la Commission centrale électorale, reprochant au premier ministre Boyko Borissov de puiser dans les ressources de l’Etat pour mener à travers le pays une campagne en faveur de son parti, c’est le parti GERB qui vient de porter plainte contre « l’implication directe du président Roumen Radev dans la campagne électorale du Parti socialiste ». Le PS justement qui a déclaré que selon ses représentants en région, maires, conseillers municipaux et députés, le parti au pouvoir recourait à la pression administrative et soumettait à des contrôles sévères ses représentantsdans les collectivités territoriales. La présidente du PS, Kornélia Ninova a indiqué que par crainte de manipulations du scrutin le 26 mai, les socialistes mettaient en place un système de décompte parallèle des votes.

Entre-temps, le porte-parole de la Commission centrale électorale, Alexandre Andréev a déclaré sur la radio nationale que la certification et l’audit des machines à voter commençait le 16 mai, suivant les procédures déjà appliquées en 2016 à l’occasion de l’élection présidentielle.

Quant au MDL, il poursuit sa campagne électorale en rappelant avec insistance les évènements du processus de bulgarisation forcée de 1989 lorsque le régime totalitaire a lancé une vaste campagne de changement de nom des Turcs ethniques. A ce propos, le leader du MDL, Mustafa Karadaya a déclaré lors d’un meeting que l’Europe se trouvait face à un dilemme : prendre la route de la xénophobie et du nationalisme ou privilégier la tolérance, la démocratie et l’unité. 

Le président du parti des libéraux et démocrates européens, Hans van Baalen a soutenu les propos de Karadaya, ajoutant que l’Europe occidentale pourrait s’inspirer de l’expérience du Mouvement des droits et libertés /MDL/ dans la sauvegarde de la paix ethnique et le respect de la tolérance.

Dans une interview à la télévision, le leader du VMRO, Krassimir Karakatchanov a prôné un changement de la politique de l’Union européenne, qui a commencé comme une alliance d’Etats souverains, mais qui, de nos jours, est administrée par des bureaucrates payés très cher que personne n’a choisis. Opposé à la politique de prise en considération des musulmans et des migrants, Krassimir Karakatchanov a déclaré qu’il n’est pas normal que des gens que personne n’a invités en Europe, cherchent à lui dicter les règles de conduite. 

En pleine campagne, le parti nationaliste « Ataka » s’est fait distinguer par la déclaration de son leader Volen Sidérov d’après lequel l’Europe n’est pas un continent à part, mais une presqu’île de l’Eurasie et qu’il serait néfaste d’éviter de communiquer avec la Russie. Dans cet ordre d’idées, Sidérov a assuré qu’une des premières tâches des futurs eurodéputés de son parti sera de demander la suppression de l’embargo contre la Russie.



Tous les articles

Veto présidentiel sur le nouveau modèle de financement des partis politiques

Le veto du président Roumen Radev concernant les amendements à la Loi sur le financement des partis politiques a mis à l’épreuve les forces parlementaires qui se voient obligées de réaffirmer ou bien de renoncer carrément aux..

Publié le 18/07/19 à 13:21

Le changement du modèle de financement des partis trace de nouvelles lignes de partage dans la vie politique bulgare

Peu après la tenue des européennes et à trois mois des municipales, une réduction radicale des subventions des partis politiques est prévue dans le pays. L’occasion concrète pour ce faire réside dans un  audit financier..

Publié le 10/07/19 à 12:46

Ivan Iltchev : "Sofia et Skopje ont besoin d’une meilleure communication !"

En 2017, la Bulgarie et la Macédoine du Nord ont signé un Traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération. L’assainissement des relations entre les deux pays représente une condition sine qua non pour l’ouverture des..

Publié le 09/07/19 à 13:47