Coopération pour le développement, pierre angulaire de la politique étrangère de la Bulgarie

Photo: youtube.com

La politique pour le développement fait partie intégrante de la politique étrangère de la Bulgarie depuis 2011 et elle est régie par une ordonnance gouvernementale sur la participation du pays à la coopération internationale – explique Radko Vlaykov, ambassadeur de Bulgarie en Serbie dans une interview à Radio Bulgarie:

Cette politique a été initiée par nos engagements en tant qu'État membre de l'UE, conformément au traité sur le fonctionnement de l'UE et au traité sur l'Union européenne. Le deuxième engagement découle de nos obligations vis-à-vis de l'Organisation de coopération et de développement économiques, sans que la Bulgarie n’en soit un membre à part entière. La politique de développement est orientée vers les pays qui ont déclaré leur orientation vers l'intégration européenne et vers l'UE ou ceux qui empruntent cette voie. Ils sont divisés en deux groupes – le premier concerne les Balkans occidentaux - la Serbie, la Macédoine du Nord, le Kosovo, la Bosnie-Herzégovine, l'Albanie et le Monténégro, pour lesquels la Bulgarie a beaucoup fait ces dernières années sur le plan politique. L’autre est la région de la mer Noire - Ukraine, Moldavie, Géorgie et Arménie. L’aide financière que nous fournissons à partir du budget du pays contribue à la réalisation des objectifs que ces pays se sont fixés.

L’ambassadeur Vlaykov explique que le mécanisme pour demander et obtenir de l’aide pour le développement a été simplifié. Les procédures de réception et de sélection des propositions sont accomplies dans chaque ambassade bulgare.

„Les critères que nous appliquons sont liés au développement des différents pays et les priorités de la Bulgarie à leur égard. La coopération et l’aide au développement  elles-mêmes sont un instrument démocratique important. Dans le même temps, la manière dont il est appliqué suppose une large transparence, une grande  objectivité, souligne Radko Vlaykov. Ces dernières années plusieurs projets ont été réalisés dans les pays des Balkans Occidentaux et la région de la Mer Noire. Les efforts sont ciblés sur les réformes qu’ils accomplissent sur leur chemin vers l’UE. Nous soutenons les processus démocratiques et la mise en œuvre de différentes structures sociales, explique le diplomate et d’enchaîner:

Le montant total de l’aide que nous avons accordée en 2018 à tous les pays se monte à plus de 1.8 million d’euros. Ceci représente 0.08% du PIB avec pour objectif d’atteindre d’ici à 2030 les 0.33%. Au début de cette année les défenseurs des droits de Bulgarie et de Serbie ont organisé ensemble à Tsaribrod une salle de réception. Ils ont accueilli et rencontré des citoyens, la majorité d’entre eux étant d’origine bulgare. Ceci pour dire que nos efforts  visent, d’une part, le renforcement d’organisations démocratiques d’un type différent, et, d’autre part, la protection des intérêts de notre minorité. En 2018 les projets en Macédoine du Nord ont été orientés vers les perspectives pour son adhésion à l’OTAN et l’UE. En 2019 ce pays bénéficiera de la plus grande aide bulgare. Une des priorités de la Bulgarie dans le domaine de l’aide au développement au cours de cette année est l’Albanie pour la construction d’une route  goudronnée entre la ville de Bilist et le village de Varnik d’une valeur de plus de 600 mille euros. Cette route est importante pour le développement de la région peuplée de Bulgares ethniques. Il y a également des projets d’environ 750 mille euros pour les pays de la région de la Mer Noire. Le projet en Moldavie a pour objectif d’équiper la Direction régionale de l’éducation à Taraclia, une région également habitée  de Bulgares ethniques. L’aide pour l’Ukraine est destinée à soutenir la mise en place d’un portail de recherches pour l’amélioration de l’enseignement supérieur, en Géorgie – pour l’accès à l’éducation de qualité, en Arménie pour l’intégration sociale d’enfants handicapés. Dans chaque pays nous essayons de définir les sphères qui ont besoin de soutien pour que leurs sociétés puissent se développer et se rapprocher des critères susceptibles de rendre possible leur adhésion à l’UE – relève en conclusion Radko Vlaykov, ambassadeur de Bulgarie en Serbie.

Version française : Vladimir Sabev


Tous les articles

Hasan Ulusoy: Ankara est satisfaite des réactions de Sofia aux évènements en Syrie

Une semaine après le début de l’opération armée de la Turquie au Nord de la Syrie, à l’Ouest de l’Euphrate, les préoccupation face à l’escalade de la tension ont donné lieu à une réunion extraordinaire du Conseil à la sécurité nationale de la..

Publié le 16/10/19 à 12:42

La Bulgarie demande l’arrêt immédiat de l’opération militaire turque en Syrie

Convoqué d’urgence par le premier ministre Boyko Borissov, le Conseil à la sécurité auprès du Conseil des ministres a examiné la situation en Syrie et les risques qui en découlent pour la Bulgarie. Après avoir informé le président Roumen Radev de..

Publié le 15/10/19 à 13:21

Bulgarie – Macédoine du Nord : les médias contre le discours de la haine !

L’une des conditions sine qua non pour le soutien de Sofia à l’intégration européenne de la Macédoine du Nord se rapporte aux médias macédoniens qui sont priés de mettre fin, une fois pour toute, au discours de la haine à l’égard de la..

Publié le 11/10/19 à 16:25