Ludmil Kroumov : entre improvisation, sincérité et esprit de liberté…

Photo: © Daniil Rabovsky

C’est un des guitaristes bulgares les plus talentueux qui a fait ses études aux Pays-Bas, ce qui ne l’empêche pas de revisiter grâce à la musique ses origines bulgares, même vivant et travaillant à des milliers de kilomètres de son pays natal. Ludmil Kroumov estime que ce qu’il a appris au Prince Claus Conservatorium à Groningue, c’est d’être authentique et sincère quand il s’agit de s’exprimer par l’art. Son style est celui du « jazz standard », une musique d’auteur qui lui permet de participer à de nombreux projets, depuis les concerts pour enfants jusqu’aux oeuvres chorales magistrales et aux solos pour orchestre symphonique...

Né à Svichtov, son père joue du saxophone et de la trompette, alors que son grand-père est un danseur de talent...A 6 ans, il prend ses premiers cours de musique et à 14, il joue déjà de la guitare. Il termine le lycée de commerce dans sa ville natale, mais comprend vite que ce n’est pas ce qui l’attire dans la vie. « J’ai acquis une solide expérience de musicien de guiguette », nous confie-t-il, en précisant qu’il a essayé tous les genres, du pop et du rock à la musique orientale...En 2001, il est admis au Berklee College of Music à Boston qu’il termine avec mention et avec un prix de composition, mais malheureusement, il ne dispose pas de suffisamment de moyens pour poursuivre ses études aux USA :

Je me suis retrouvé donc aux Pays-Bas, et je suis heureux d’avoir été reçu au Conservatoire de Groningue qui applique un programme d’études américain, avec des pédagogues venus directement des Etats-Unis. Et moi, tout ce que je voulais apprendre, c’est le jazz ! Je suis tombé sur des professeurs de grand talent qui nous ont appris à être sincères, authentiques. J’ai poursuivi avec un master CODARTS à Rotterdam, où la musique traditionnelle se greffe sur les notes de jazz. Et bien sûr, la musique folklorique de la Bulgarie m’a facilité la tâche, elle faisait partie de mon patrimoine...

Et puisque j’ai parlé de sincérité, j’estime que les styles n’existent pas, il n’y a que la sincérité dans l’interprétation et la composition qui comptent...Ainsi dans ma musique, je mélange le folklore, le jazz, des éléments de la musique classique. L’improvisaton est essentielle pour moi, et la musique traditionnelle bulgare en est très riche...

Le nouveau projet bulgare de Ludmil Kroumov lui tient particulièrement à coeur. Tout commence en mars dernier, lorsqu’il arrive pour un concert avec le percussionniste Boby Pétrov. Il décide alors d’adapter une partie de ses pièces pour orchestre et les interpréter avec des amis musiciens, avec lesquels il a fait ses études aux Pays-Bas, notamment Michaïl Ivanov /contrebasse/, Jivko Vassilev /kaval/ et Peyo Péev /rebec/ dont il a beaucoup appris sur les particularités du folklore bulgare.

Peyo Péev est le roi de l’improvisation. Il arrive a tout « extraire » de son rebec, à l’entendre jouer on en est tout retourné...

Le produit fini de ce mélange de genres et traditions est à la fois proche du folklore et du jazz. Pas la moindre trace d’un « formalisme de style ». Contrairement à la thèse largement répandue, Ludmil Kroumov est d’avis que la liberté n’est pas dans l’improvisation. Le secret doit être recherché dans la connaissance approfondie de la matière et la richesse des moyens d’expression...Improviser c’est comme jongler, plus les éléments mis en jeu seront nombreux, plus l’improvisation sera réussie. Bien entendu, l’artiste a la liberté totale de choisir ses rythmes et sonorités et surtout de réagir à sa manière aux improvosations des collègues sur scène...




Tous les articles

Après le succès au „Teatro Lirico di Cagliari“, l’Оpéra de Stara Zagora ouvre la saison avec l‘'Italienne à Alger“ de Rossini…

Nous sommes heureux de pouvoir mettre en sc è ne des spectacles int é ressants. Nous sommes reconnaissants à la Ville de Stara Zagora et au ministère de la Culture qui nous ont toujours soutenus… Tel est l’avis..

Publié le 13/10/19 à 08:35

Quoi de neuf du côté de „Version acoustique“ ?

Le 10 octobre, le trio de jazz „Version acoustique“ présente son nouveau programme, conçu spécialement pour le Festival international « Nişville » en Serbie. Le concert est au Sofia Live Club. Compositeurs, interprètes et pédagogues, le..

Publié le 10/10/19 à 13:12

Les „Jeunes virtuoses“ célèbrent la Journée internationale de la Musique

En ce 1 er octobre, Journée internationale de la Musique, nous vous invitons au concert de gala dans le cadre du 15e Concours international des „Jeunes virtuoses“ que nous présente la pianiste Milka Mitéva, fondatrice et directrice..

Publié le 01/10/19 à 12:53