Mirtcho Mirtchev, l’artiste qui a choisi l’aérographe pour s’exprimer

Inventé en 1876 en Amérique, patrie de tous les possibles l’aérographe est une sorte de pistolet à air comprimé qui permet de projeter des gouttelettes de peinture ou d’encre vers un support choisi. Au début les photographes l’appliquaient pour améliorer, coloriser voire truquer leurs clichés. Autour de 1885, l’instrument est entré au cursus des écoles des beaux-arts.
« Dessiner avec l’aérographe est un pur bonheur – dit Mirtcho Mirtchev. – On peut laisser faire son imagination, on peut pulser la couleur sur le support de votre choix, il suffit juste de bien maîtriser l’usage de cet instrument et de savoir ce que vous voulez. A vrai dire ses applications sont tout bonnement illimitées, c’est d’ailleurs ce qui explique l’attrait indéniable qu’il exerce sur celui qui l’a tenu en main ne serait-ce qu’une seule fois - poursuit le doyen de l’aérographie bulgare. En 1991 Mirtcho Mirtchev et son épouse Milena Kochoutanska en sont littéralement envoûtés et dix ans plus tard le couple ouvre le premier studio professionnel d’aérographie. Inutile de rappeler que Mirtchev est le maître et le modèle incontestable pour tous ceux qui appliquent cette technique picturale. »

L’aérographie gagne ses galons grâce surtout aux dessins qui ornent véhicules de transport et voitures particulières, d’où l’idée que cette technique ne pourrait s’appliquer qu’aux autos et aux motos. Qu’en est –il en vérité ?
« Le sfumato, ce modelé vaporeux, capable de suggérer par les gradations de la couleur et de la lumière l'échelonnement en profondeur des objets dans l’atmosphère fait de l’aérographie une technique préférée dans plus d’un domaine – explique Mirtcho Mirtchev. – C’est la technique de prédilection pour la décoration de voitures et de motos, mais encore l’aérographe est un instrument qui a sa place dans d’autres sphères - au cinéma par exemple, il est incontournable pour les effets spéciaux, pour pulser des panneaux sur les murs, des tableaux, pour le maquillage. Moi-même je m’en sers pour dessiner sur tous les supports possibles et imaginables, et à ce jour il n’y a que sur un oiseau en vol que je n’ai pas eu l’occasion de l’expérimenter » – dit en plaisantant le maestro.

Le body art, selon lui est l’application la plus inhabituelle de l’aérographie. Faire de son corps une œuvre d’art est une tendance qui gagne de plus en plus d’adeptes, le peintre est à l’origine de toute une série d’événements dans ce genre en Bulgarie et il a remporté de nombreux prix et distinctions à l’international.
« Au début le body painting était pour moi une occupation assez futile – avoue l’artiste – mais à l’heure actuelle il connaît un boom mondial. C’est un genre absolument à part, l’artiste et le modèle se retrouvent dans une situation inédite – l’artiste ne rend pas sur la toile le modèle qu’il a en face de lui, il dessine sur le modèle lui-même. Et alors on voit apparaître quelque chose de très intéressant. »
Le tigre dans la jungle qu’il a peint sur un 4x4 UAZ russe et aussi sur un pick-up Ford F150, et qui continue de rouler quelque part dans le monde comptent parmi ses œuvres les plus impressionnantes et représentent aussi ses plus grands challenges :


« 2011 est une année que je n’oublierai jamais, j’ai eu le grand honneur de participer au rallye annuel de Norvège des fans de voitures américaines. Nous y avons présenté ce pick-up Ford; l’idée était de montrer quelque chose qui évoquerait l’esprit viking. Je me suis donné beaucoup de mal - poursuit Mirtcho Mirtchev. – J’ai pulsé des enjoliveurs et des accessoires imitation métal, j’ai recouvert la carrosserie d’un blindage en trompe l’œil, l’ensemble était très impressionnant. Et le résultat également – un tas de prix mais aussi, et c’est ce qui compte le plus, la consécration de la part de gens qui ont consacré toute leur vie aux voitures américaines ! »
L’aérographie, comme tout art n’arrête pas de faire des progrès. Et après la grande mode des décorations sur les autos elle fait ses premiers pas dans notre quotidien – les dessins à l’aérographe sur des objets usuels et des pièces d’ameublement – tables, chaises, carrelages multi décor.

Avec mon épouse nous dessinons sur tout ce qui nous entoure. Décorer un objet le rend unique, le personnalise. Je pense que ce n’est pas le support qui est important, mais la manière dont on s’y prend et le résultat final. Je dessine sur des carreaux de faïence, des lavabos et j’aime ça. Si ton travail te permet d’en vivre c’est que tu as réalisé ton rêve – te lever le matin pour faire ce métier. Je ne veux pas être banquier, le matin, en ouvrant les yeux je veux voir les fleurs sur le lavabo» - dit en conclusion le peintre aérographiste Mirtcho Mirtchev.

Version française Roumiana Markova

Photos: archives personnelles

Galerie

Tous les articles

nPloy : Une plateforme mobile au service des demandeurs d'emploi...

Postuler pour un job par le biais de sites de recrutement n’a jamais été très facile, ni très rapide. Le lien entre ceux qui sont à la recherche d’un emploi et ceux qui en proposent est déjà facilité grâce à une appli mobile qu’a mise en place..

Publié le 16/10/19 à 11:37

L’incinération des déchets de Sofia soulève des questions qui nagent dans le brouillard…

L’incinération des déchets de Sofia est à l’étude de la part de la municipalité et de la société de Chauffage urbain de Sofia depuis 2008. Toutefois, la mairie de Sofia n’a pas tenu compte des évolutions positives dans la législation concernant la..

Publié le 14/10/19 à 13:16
Foto: EPA/BGNES

Kaleidoscope des Balkans

L’Albanie, la Serbie et la Macédoine du Nord se préparent pour le « petit Schengen » A Novi Sad le président serbe Alexandre Vucic et les premiers ministres de la Macédoine du Nord et de l’Albanie Zoran Zaev et Edi Rama sont..

Publié le 14/10/19 à 12:34