Plovdiv 2019 – Capitale européenne de la Culture

Trois lunes immenses illumineront le festival nocturne de la ville des trois collines

L’antique Plovdiv avec ses places, ses temples, galeries d’art mais aussi ses endroits connus uniquement des initiés seront autant d’espaces de partage grand ouverts aux arts, aux valeurs humaines et aux idées. Après une année de pause le festival  “La Nuit” drapera dans son voile étoilé la ville rendant les conversations plus sincères, les sens plus aiguisés, l’âme plus ouverte aux nouvelles rencontres et aux savoirs insoupçonnés.

Le festival nocturne de Plovdiv revient ce 13 septembre et compte à son agenda 120 manifestations qui seront accueillies trois jours durant dans 85 points de la ville. La devise “Ensemble” dont le but est de rappeler aux habitants de l’antique Philippopolis de Thrace combien il est important d’être ensemble bien que différents.


« Avec cette devise nous avons voulu mettre en avant l’importance de la nécessité de réfléchir à tout ce qui nous unit, nous rapproche – dit Vladiya Mihaylova, curatrice de “La Nuit/ Plovdiv“. – Chaque jour on est assailli de toutes parts par les médias de sujets qui parlent de nouvelles frontières, de partage, de discrimination, d’exclusion sociale, de frustration de l’individu, d’actes d’agression inexplicable. En revanche, si nous nous focalisons sur les endroits de partage où nous sommes ensemble, parce qu’il y a encore des causes et des idées capables de nous rassembler, nous démontrons que nous pouvons être solidaires et unis. Prenons les droits de l’homme – bien que tellement remis en question et dévalués, ils n’en sont pas moins une des plus marquantes acquisitions de noter civilisation. Et la liberté et l’accès à l’air et l’eau nécessités d’importance vitale, bien que leur accès soit interdit à des milliers de personnes à travers le monde. Des inégalités nouvelles apparaissent au lieu de pouvoir garantir les besoins vitaux des humains et aussi leur permettre de mener une vie digne et décente. »

Les artistes contemporains ont arrangé une exposition à la Maison Dantchov, dans le Vieux Plovdiv, consacrée aux communautés, aux droits individuels, au devoir de mémoire. La gamme des animations est très riche, elles se situent à proximité de la Porte de l’Est – un endroit encore mal connu des visiteurs et des touristes mais qui a conservé ses vieilles maisons que les locataires n’ont pas le cœur à quitter, poursuit Vladiya Mihaylova. La culture mondiale est représentée à Plovdiv par des artistes aux idées innovantes venus des Etats-Unis, Israël, Bosnie et Herzégovine, Turquie, Tchéquie, Pologne, dont l’artiste américain „L“de Los Angeles qui transformera le stade romain en un temple grâce à un rituel spiritiste et la danseuse Saori Hala du Japon.  


« L’artiste nipponne a choisi de partager avec le public une vidéo inspirée de l’époque de la domination ottomane qui avait une loi interdisant de bâtir des églises plus hautes qu’un homme à cheval – une façon d’empêcher la pratique de la religion chrétienne dans nos terres – poursuit Vladiya Mihaylova. – Dans l’Empire ottoman il était pratique courante que les infidèles se distinguent des fidèles par leur mode d’habillement - ils devaient porter des vêtements de couleurs sombres, descendre de cheval et saluer bien bas chaque fois qu’ils rencontraient un fidèle. Les églises, elles, ne devaient pas être vues de loin, c’est pourquoi elles n’avaient pas de clochers, puisqu’elles ne devaient pas excéder la taille d’un homme à cheval. »

Des émotions garanties, des immersions dans l’art, des échanges passionnés – tout cela se déroulera dans une ville qui ne fermera pas l’œil de la nuit sous les étoiles dans un décor agrémenté de trois lunes immenses.

« Matera – l’autre capitale européenne de la culture a envoyé à Plovdiv trois lunes que nous disposerons à divers endroits de la ville en souvenir du premier vol sur la Lune en 1969 – dit encore la curatrice du festival. – Et puisque nous affirmons qu’il faut être unis et Ensemble, la lune, aussi irréel et utopique que cela puisse sembler est un endroit commun à nous tous, parce que aux termes de l’accord, tout ce qui a trait à elle appartient à l’humanité. »

Expositions sur le passé, mais aussi regards sur l’avenir grâce aux technologies, rencontres avec l’art contemporain, avec l’équipe de restaurateurs de la Grande basilique /le plus important temple paléochrétien, datant du IVe s. après J.-C./mis au jour en Bulgarie - l’agenda de “La Nuit/Plovdiv” est tout aussi impressionnant que les strates archéologiques dе la ville. Et comme ses habitants ont bonne mémoire et le sentiment de la continuité inexorable de la vie, ils enverront en clôture du festival une capsule du temps avec leurs réponses à la question “Dans quel Plovdiv je voudrais vivre dans 20 ans ?”


Version française Roumiana Markova

Photos: archives

Tous les articles

Rafaela Rafaelova, une artiste moderne à l’imagination intarissable...

Qu’est- ce qu’on ressent en peignant un tableau dont on fait partie ? Une question qui se pose en toute spontanéité quand on connaît le hobby de Rafaela Rafaelova, hobby qui s’installe durablement dans sa vie. elle est un des artistes bulgares pionniers..

Publié le 15/10/19 à 11:12

Daniéla Kostova emballe le Ringturm à Vienne

Au tout début de l’été une installation artistique a attiré l’attention des habitants de Vienne – du sommet de la Tour « Ringturm » a été suspendue une énorme bâche représentant un bébé-cosmonaute sur le scaphandre duquel était perchée une..

Publié le 11/10/19 à 13:28
Jeunes chanteurs de l'opéra

L'Opéra national de Sofia propose sa nouvelle version de „Zacharie l‘Iconographe“

L’Opéra national de Sofia ouvre sa nouvelle saison par la première de « Zacharie l’Iconographe », un opéra de Marin Goléminov d’après le livret de Pavel Spassov. Les spectacles ont lieu le 11 et le 13 octobre. Nous ne pourrons certainement pas..

Publié le 11/10/19 à 12:32