Carlos Valenzuela : „La Bulgarie est un pays très attrayant pour les investisseurs étrangers“

Par:

De plus en plus d’étrangers viennent vivre et travailler en Bulgarie, une partie d’entre eux arrivant déjà avec des idées de lancer leur propre business dans le pays. Les étrangers ne réussissent toutefois pas toujours à se frayer rapidement le chemin à travers les nombreuses difficultés existantes dont la plupart sont provoquées par la méconnaissance de la langue, ainsi que par la bureaucratie bulgare très complexe.

Carlos Valenzuela est avocat et économiste espagnol qui travaille en Bulgarie. Il crée une compagnie qui fournit des conseils juridiques et économiques à des sociétés étrangères qui s’intéressent au marché bulgare :

Je vis en Bulgarie depuis 5 ans, explique M. Valenzuela. Pour des raisons liées à mon travail, je passe la moitié de la semaine à Plovdiv et l’autre moitié – à Sofia. De cette manière je peux juger de ce qu’il y a de mieux dans les deux plus grandes villes bulgares. Mon départ d’Espagne et mon arrivée en Bulgarie constituaient pour moi une simple chance car auparavant je n’avais jamais envisagé de vivre et de travailler en dehors de mon pays d’origine.

La Bulgarie présente de nombreux avantages par rapport aux autres pays européens lorsqu’il s’agit d’engager une nouvelle activité.

Premièrement, c’est l’impôt corporatif qui en Bulgarie ne s’élève qu’à 10% alors qu’en Espagne il est de l’ordre de 30%, déclare Valenzuela et ajoute : - Je tiens à souligner également que la Bulgarie est l’un des pays dans lequel le pourcentage des jeunes qui font des études supérieures d’économie est le plus élevé au sein de l’UE, les rémunérations étant pourtant très basses par rapport aux standards européens. Tous ces facteurs font en sorte que la Bulgarie s’avère un pays extrêmement attractif pour les investisseurs étrangers.

Malgré ces avantages, les étrangers risquent de se heurter à de sérieux problèmes s’ils décident de transférer leur business en Bulgarie ou bien s’ils souhaitent ouvrir ici des succursales ou bien carrément fonder de nouvelles sociétés.

Lorsque vous fondez une nouvelle compagnie, vous avez besoin de traducteur, d’avocat, de notaire, d’économiste, entre autres. Ce que nous faisons c’est de réunir au même endroit tous ces spécialistes de manière à ce que l’entrepreneur étranger ne se voie pas obligé de contacter différentes sociétés pour se procurer l’information dont il a besoin. C’est ainsi que Carlos décrit sa niche d’activités : Si je dois résumer en une phrase ce que représente l’objet d’activité de ma compagnie, c’est qu’elle assiste le coup d’envoi et le développement de nouvelles initiatives d’affaires en Bulgarie. 

Carlos est aussi un grand connaisseur de la cuisine bulgare :

La vérité c’est que j’aime tout. J’aime les boulettes, les kébaptchés et les frites au fromage mais mon plat préféré est sans aucun doute la soupe aux tripes. C’est quelque chose de très différent de tout ce que nous avons en Espagne qui a attiré mon attention dès le début.

Outre la cuisine, un autre facteur important pour qu’on arrive à s’adapter à vivre dans un pays étranger, c’est la langue. Dans ce sens, l’avocat espagnol se débrouille à merveille.

Je peux parler bulgare mais c’est une langue très difficile, déclare Carlos en bulgare et continue dans sa propre langue :

5 ans après mon arrivée en Bulgarie, en exerçant mon métier qui demande des rencontres constantes avec des Bulgares, ainsi que le traitement de dossiers en bulgare, je peux dire que je suis content de mon niveau de maitrise de la langue. Pour moi c’est toujours un défi de m’entretenir en bulgare avec des partenaires bulgares aussi bien les grandes villes que les petits villages. Les Bulgares aiment les étrangers qui sont en mesure de s’exprimer en bulgare et essayent à chaque fois quand il est nécessaire de bien articuler les mots pour qu’on arrive à mieux les comprendre. 90% de mes amis sont bulgares et il m’est vraiment très agréable de parler avec eux dans leur langue. Quand vous vous faites des amis ici, vous devez être convaincu que ce sont des amis à vie qui ne vous quitteraient jamais. 


Version française : Nina Kounova

Photo: archives personnelles

Tous les articles

L’économie bulgare : une bonne moyenne européenne malgré des investissements qui peinent à arriver…

„ Nous avons raté l’excellente occasion, au sortir de la crise, d’accomplir les plus importantes réformes structurelles pour remettre de l’ordre dans notre économie, afin d’affronter sans difficulté les défis du nouveau cycle de..

Publié le 15/10/19 à 11:57

Le gouffre se creuse entre les riches peu nombreux et les pauvres trop nombreux …

Le ministre des Finances Vladislav Goranov a annoncé ces jours-ci que le nombre des Bulgares qui paient des impôts sur des revenus mensuels exorbitants pour le pays, de l’ordre de 4 600 euros, a atteint 193 mille, le nombre total des..

Publié le 10/10/19 à 12:23
Les plantes médicinales cultivées en quantités industrielles ont la cote...

Les plantes médicinales, un juteux business autour de notre santé !

Pour la 9 e année consécutive la Bulgarie se hisse à la première place dans l’Union européenne pour la production de plantes médicinales et aromatiques. Selon EUROSTAT, en 2018 on a cultivé dans le pays plus de 71 mille tonnes de ces végétaux...

Publié le 07/10/19 à 12:40