31 octobre: Journée internationale de la mer Noire

Photo: BGNES

Chaque 31 octobre est célébrée la Journée internationale de la mer Noire. Nous marquons aujourd'hui le 23ème anniversaire de la signature de la Convention sur la prévention de la pollution des eaux de la mer Noire dont les signataires sont six pays riverains – Bulgarie, Roumanie, Russie, Turquie, Ukraine et Géorgie. 

En 1996 les gouvernements des Etats riverains de la mer Noire constatent que la pollution de notre mer commune crée des risques pour tous. Quel est cependant l’état écologique de la mer Noire à l'heure actuelle?

Pour ce qui est de la pollution on peut dire qu’une amélioration générale est constatée – déclare Dimitar Popov de la fondation des associations écologiques « Balkans verts ». – Au cours des 20 à 30 dernières années les recherches qui y sont effectuées établissent un sensible rétablissement de la pureté des eaux maritimes. Ce fait est dû dans une grande mesure à la législation qui est entrée en vigueur et surtout à celle approuvée au niveau européen, suite à laquelle a en effet sensiblement été améliorée la qualité des eaux aux embouchures des rivières et plus particulièrement du Danube. Pendant les 10 à 15 dernières années une amélioration de l’état des stations d’épuration a également été effectuée – la plupart des statons d’épuration des eaux usées sur la côte bulgare de la mer Noire ont été élargies et rénovées. Il existe toutefois des endroits auxquels les capacités de ces stations demeurent insuffisantes surtout pendant la saison touristique. 

Bien qu’un important progrès dans cette direction soit constaté par les experts en la matière, il existe de nombreux problèmes toujours non réglés dont notamment la pollution biologique. 

Dans d’autres pays, un règlement du problème en question est très souvent recherché par le biais de la création d’aquacultures. Sur notre littoral on n’en trouve guère hormis les moules noires, ce qui s’avère d’ailleurs un business très réussi qui favorise en plus l’épuration naturelle des eaux de la mer Noire. Des ports de pêche ont été créés dans le cadre d’un programme opérationnel européen le long de toute la côte bulgare. Dans le même temps je pense qu’il aurait été bien d’orienter une grande partie des mesures prévues dans le programme européen vers la création d’aquacultures, ainsi que vers la mise en place de méthodes qui soient à même de nous alimenter en fruits de mer que nous tous nous adorons avoir à table, mais à condition que ce ne soit pas sur le compte d’une pêche excessive.

Les dauphins morts qui cette année se sont échoués sur le littoral bulgare de la mer Noire ont provoqué une forte inquiétude au sein de l’opinion publique bulgare et ont mis en garde contre une diminution dramatique de leur population. Les trois types de dauphins de la mer Noire sont protégés car étant menacés au niveau mondial. Célèbres par leur intelligence remarquable et leur attitude amicale envers les humains, les dauphins se reproduisent malheureusement très lentement. Ils ne le font pas chaque année, la grossesse des femelles durant 12 mois, etc, souligne Dimitar Popov des « Balkans verts :

Les mammifères marins de la mer Noire ont fait l’objet d’une exploitation sauvage. En 1966 en Bulgarie a été décrété un moratoire sur la pêche industrielle de dauphins. Des données concernant leur population pour 2013 montrent que pour tout le bassin de la mer Noire il y a eu uniquement entre 200 000 et 400 000 cétacès. Juste à titre de comparaison, je voudrais rappeler que pendant la première moitié du XXème siècle ceux-ci se ont été au nombre de 4 à 5 millions de dauphins. Depuis trois ans déjà nous organisons des expéditions dans les eaux territoriales de la République de Bulgarie – sur environ 6000 km2, et nous avons constaté que la population de dauphins dans cette région varie de 3000 à 10 000 mammifères seulement en fonction de la saison. 

Chacun de nous est en mesure de contribuer à la protection des eaux de la mer Noire non seulement en collectant les déchets sur la plage. Dans la Loi sur la pêche et les aquacultures sont déterminées les dimensions minimales autorisées à la pêche. Nous, en tant que citoyens et consommateurs, nous nous devons de notre part d’obliger les commerçants et les pêcheurs, soit tous ceux qui offrent des ressources maritimes, à agir de manière attentive et mesurée, est catégorique Dimitar Popov.

Version française : Nina Kounova


Tous les articles

Journée mondiale des accidentés de la route : „La vie n’est pas une pièce de rechange ”

En sortant de la maison, du bureau, de l’école nous tous, nous devenons des acteurs de la circulation en tant que piétons, passagers ou conducteurs. Mais tout le monde ne revient pas à la maison vivant et en bonne santé. Soyons des piétons,..

Publié le 17/11/19 à 08:15

Nelly Salchéva : "Le pot de miel est un condensé de santé !"

L’Association des apiculteurs de Plovdiv « Acacia » organise du 8 au 17 novembre sa traditionnelle Foire au miel et nous avons visité le stand de Nelly Salchéva et sa fille Guérgana qui se distingue par la variété de ses pots..

Publié le 14/11/19 à 14:01

Projet „Bulgarie 2030“, un enthousiasme qui n'exclut pas la controverse…

Dans le cadre du Conseil national de coopération tripartite /CNCT/, les représentants du gouvernement, des employeurs et des syndicats ont planché sur un projet du ministère des Finances prévoyant un Programme national de développement de la..

Publié le 13/11/19 à 13:12