Radio nationale bulgare © 2021 Tous droits réservés

„Narcisse et Echo“, une œuvre qui fait rayonner toutes les facettes de l’art

Ina Kancheva et son projet „ Vers les étoiles“

„Narcisse et Echo“  est une lecture modеrne du mythe de l’adolescent doué d’une grande beauté et de la nymphe qui s’enivrait du son de sa voix. Le spectacle est l’œuvre d’une équipe d’artistes renommés – le peintre Nedko Solakov, l’écrivain Gueorgui Gospodinov, la cantatrice qui se produit sur les plus prestigieuses scènes lyriques Krassimira Stoyanova, la chorégraphe Galina Borissova sous la direction du metteur en scène Yavor Gardev, autre nom connu et reconnu dans les milieux artistiques. Les jeunes comédiens, le metteur en scène Ovanès Torossian, le percussionniste Sebastian Tzolov qui compose la musique a prima vista ont été récompensés avec la première bourse nationale „Vers les étoiles“. LacantatriceInaKantchevaetlafondationqu’ellepréside„Perspectives culturelles“sont à l’origine de l’événement. 


« J’ai démarré ma carrière internationale lorsque j’avais 20 ans, c’est une chance immense- dit Ina Kantcheva- et j’ai croisé des personnes extraordinaires qui m’ont marquée. - Lorsque j’ai appris que j’allais être mère j’ai décidé de faire cette fondation avec ma famille et mes amis les plus proches dans le but de réaliser des projets indépendants. Nous travaillions avec l’aide de sponsors jusqu’en 2018, lorsque la Municipalité de Sofia nous a épaulé, nous et notre projet „Vers les étoiles“, suivie par la Ville de Plovdiv imitées par d’autres municipalités par la suite. Nous développons nos projets à notre rythme. Moi, même je produis les spectacles et je mène de front ma carrière de chanteuse, ce qui est extrêmement gratifiant. Ce qu’il faut savoir c’est que le bon fonctionnement de cette bourse est assuré par des mentors. Nous avons la chance d’être coachés par des artistes brillants qui sont à l’apogée de leur carrière et prodiguent à leurs jeunes collègues l’assurance et la confiance dans leurs propres forces ce qui valorise encore davantage leurs performances scéniques. »

„Narcisse et Echo“ s’inspire des Métamorphoses d’Ovide et du mythe bienconnu. Nous soumettons à l’attention du public une lecture différente de la solitude, de la vanité et de l’aliénation. Tous les boursiers sont dans ce spectacle des co-auteurs. Il se peut quecertainspoursuiventleurcollaborationce qui est très bien. Je suis pour ce type de coalitions dynamiques - les artistes des différents genres peuvent apprendre davantage comment fonctionne la sphère de son partenaire, s’en inspirer dans ses recherches, puiser l’énergie de créer... Nous avons choisi sciemment une vision clé, représenter un écran de smartphone. C’est une immersion dans l’esprit de l’autre, on voit comment pour lui plaire aux autres devient une idée fixe. Or notre but à nous c’est de plaire aux autres par ce que nous sommes, les impressionner par notre « contenu » par nos actes, car l’important c’est le contenu et non le contenant. J’espère que le public adhérera à notre idée et apprécier nos boursiers. »


La légende de Narcisse et Echo pose le problème des vraies valeurs et des capacités de l’homme de les rendre prioritaires. Elle traite aussi de la puissance destructrice de l’ego mais encore de la capacité de l’artiste à positiver le moi, l’ego. Comment les jeunes, leurs mentors, ou encore Ina Kantcheva décriptent-ils ces éternels questionnements ?

« Tout d’abord ne jamais se prendre au sérieux – dit Ina Kantcheva. - Il est bien d’avoir du recul, de faire preuve d’ironie envers soi, de ne jamais oublier que l‘artiste est un contradicteur de nature. Sa mission est de montrer du doigt la faute, de dénigrer la démesure, d’énoncer avec légèreté la virtuosité, l’art de bien faire, d’ailleurs le jeu de scène le lui permet. Il est celui qui cherche, son ego n’est que le point de départ qui nous permet d’entrer dans la compétition, de tenir tête aux vents contraires. Nous avons voulu faire de ce projet un œuvre syncrétique, une sorte d’opéra, ce mot italien voulant dire travail… C’est ainsi que de traduit l’idée de l’opéra, faire travailler ensemble tous les arts. En faisant la sélection des boursiers j’ai mis l’accent sur leur volonté de se voir de l’extérieur. C’était aussi l’idée des mentors, qui leur ont appris que les thèses que nous exposons doivent toujours avoir une solide argumentation pour convaincre, pour laisser des traces. Et pour être à la hauteur il faut avoir une solide culture générale, une bonne formation, savoir montrer la bonté, l’humanité, la sensibilité et c’est le but que nous nous étions posés. »

Photos: „Narcisse et Echo“ , BGNES-archives


Tous les articles

Athanas Pétrov et ses élèves en répétition

Il y a 70 ans, la première école de ballet ouvrait ses portes en Bulgarie...

Nous marquons le 70e anniversaire de la fondation à Sofia de la première école publique de ballet, une initiative d' Anastas Pétrov et avec le concours du danseur et pédagogue russe Vladimir Bélii. La grande danseuse étoile bulgare Krassimira Koldamova..

Publié le 05/02/21 à 07:45

Kalina Moukhova ou l'art des illustrations de livres brodées

Vous reconnaîtrez les œuvres exceptionnelles de la jeune Kalina Moukhova par leur style modéré et élégant dont elles se distinguent. Ses dessins d’une incroyable finesse faits au crayon, en noir et blanc ou en couleurs, nous éblouissent par leur..

Publié le 31/01/21 à 08:10

La bibliothèque régionale de la ville de Pernik présente la coutume "Sourva"

La bibliothèque régionale de la ville de Pernik marque le 55 e anniversaire du Festival international des jeux de mascarade « Surva » par la présentation de sa riche collection de matériaux des archives liés à cet événement. La collection..

Publié le 31/01/21 à 06:35