Radio nationale bulgare © 2020 Tous droits réservés

Les inactifs, la plus grande réserve du marché du travail...

Photo: archives

La Bulgarie dispose d’énormes réserves sur le marché du travail en la personne de ses plus 200 mille inactifs. La priorité du gouvernement bulgare sera d’inciter à travailler ce grand groupe de personnes, ainsi que d’assurer des emplois aux handicapés, a déclaré le vice-ministre du Travail et de la Politique sociale Lazar Lazarov dans le cadre d’une conférence consacrée aux effets de l’actuelle politique de l’emploi.

Les Bulgares inactifs qui n’étudient ni ne travaillent sont notamment ceux que notre économie cible étant donné que les chômeurs enregistrés dans les bureaux de l’emploi sont déjà très peu nombreux – environ 5% pour tout le pays, alors que dans les régions comme celle de Sofia ceux-ci représentent à peine 2 à 2,5%, déclare dans un entretien accordé à Radio Bulgarie Adrian Nikolov de l’Institut d’économie de marché (IEM). Selon lui, les attentes irréalistes des jeunes Bulgares influencent sensiblement le marché du travail :

Il n’existe pas actuellement d’analyses représentatives au niveau national qui soient à même d’évaluer et de systématiser les attentes des jeunes inactifs et c’est pourquoi nous nous sommes tournés vers les bureaux locaux de l’emploi et vers les patrons d'entreprises eux-mêmes. Selon eux, une grande partie des jeunes Bulgares affichent en effet des attentes complètement irréalistes, voire inadéquates même en cas de première embauche, et ceci, en rapport direct avec le niveau de leurs aptitudes. C’est notamment l’un des facteurs qui maintient les jeunes inactifs en dehors du marché du travail. Il ne faut pas non plus négliger les exigences inadéquates qu’impose le marché du travail à l’égard des compétences de quelques-unes de ces personnes. Il y a des jeunes gens qui ont fait sous une forme ou une autre des études supérieures mais qui n’arrivent pas par la suite à trouver un poste qui soit adéquat à leurs aptitudes. Il y en a qui ont travaillé à l’étranger et qui reviennent ensuite en Bulgarie pour y vivre notamment grâce à l’argent gagné dans les autres pays. 

Les individus qui demeurent entièrement à l'écart du marché du travail et du système éducatif bulgare proviennent d’habitude des minorités, ou bien ce sont des femmes et des enfants qui habitent dans des régions très éloignées, est catégorique Adrian Nikolov. Pour ce qui est des programmes de qualification et de perfectionnement de la main d'oeuvre et de l’inclusion des jeunes inactifs au marché du travail, il précise :

Il existe quelques programmes qui donnent de bons résultats. Comme par exemple lesdits « médiateurs roms » qui ont déjà fait preuve de leurs capacités d’activer de jeunes roms en les incluant dans une quelconque forme d’emploi. Malheureusement pour le moment ces programmes ne couvrent pas un nombre suffisant d’inactifs. Un autre grand problème dans cette direction réside dans l’absence d’une éducation subventionnée car quelques-uns des programmes sont orientés vers un emploi subventionné mais non pas vers l’acquisition des aptitudes qui y sont nécessaires. Les handicapés constituent un important groupe qui traditionnellement demeure en dehors du marché du travail, dans la mesure où la plupart des emplois n’y sont pas vraiment adaptés. 

La tranche d’âge qui fait le plus souvent l’objet des politiques de l’emploi est celle des 25-29 ans. Selon l’Institut d’économie de marché, le profil des gens entre 30 et 34 ans qui demeurent en dehors du marché du travail est similaire à celui de la précédente tranche d’âge, ce qui fait que dans un proche avenir, le dialogue les concernant devrait être désormais mené simultanément avec les deux groupes. 

Le problème démographique est un autre facteur qui a de forts impacts sur le marché du travail. Tout cela se confirme par le fait que les sociétés gardent plus longtemps des employés à l’âge de la retraite. Si les tendances démographiques ne subissent pas d’importants changements dans un proche avenir, le problème relatif à l'embauche d’effectifs s’approfondira encore plus. Deux pourraient être les solutions possibles – soit un allongement de l’âge de départ à la retraite, ou bien une plus forte mécanisation de la production qui n’est cependant possible que dans certains domaines, a souligné l’expert économique de l’IEM.

Version française ; Nina Kounova 


Tous les articles

La CSIB: La dette extérieure est vraiment nécessaire

L'Etat a placé deux prêts de 2,5 milliards d'euros sur les marchés internationaux avec des échéances de 10 et 30 ans. Le rendement est de 0,4% pour les obligations à 10 ans et de 1,48% pour les obligations à 30 ans. Il s'agit d'un taux d'intérêt..

Publié le 24/09/20 à 15:26

La Bulgarie est un pays avec unе e-administration très développée

La Bulgarie se range à la 44e place sur 193 pays dans l'indice de développement de l'administration en ligne (EGDI), selon un rapport de l'ONU. Pour la première fois, le pays entre dans la catégorie du "très haut niveau de développement de..

Publié le 21/09/20 à 15:09

Les investissements directs étrangers augmentent de 54%

Les investissements directs étrangers dans le pays pour la période janvier-juillet se sont élevés à 1,4 milliard d'euros . Par rapport à la même période de 2019, leur augmentation est de 494,8 millions d'euros soit 54,2% , a annoncé la Banque..

Publié le 18/09/20 à 14:59