Radio nationale bulgare © 2020 Tous droits réservés

Pourquoi le réalisme l'emporte sur l'optimisme dans le contexte de l'économie bulgare ?

Photo: Reuters

Les statistiques concernant le taux d’incidence du Covid-19 en Bulgarie et à travers le monde changent d’un moment à l’autre et ne cessent d’enregistrer des hauts et des bas. Il en est de même en ce qui concerne la crise économique provoquée par la pandémie du Covid-19 au niveau global, européen et local. Dans un tel contexte les entretiens qui portent sur les impacts économiques de la pandémie en Bulgarie à l’issue d’un été politique « brûlant » se multiplient, les notes optimistes qu’on trouvait il y a peu dans les conclusions des experts commençant petit à petit à céder la place au réalisme.

Pour évaluer les manques à gagner subits par l’économie bulgare à ce jour et essayer de nous rattraper, il aurait fallu acquérir à l’avance les capacités requises - a déclaré sur la RNB Athanas Pekanov – expert en économie dans l’Institut autrichien d’analyses économiques, doctorant et enseignant à l’Université économique viennois.

Nous sommes actuellement témoins de certaines insinuations selon lesquelles le PIB de la Bulgarie n’aurait jamais été si élevé et les citoyens bulgares n’auraient jamais été si riches - déclare l’économiste et explique que, du point de vue économique c’est quasi offensant pour le public car, même en dehors des années de crise, cette tendance de plongée économique avait toujours été réelle. Pour ce qui est du retard que la Bulgarie enregistre, il est bien visible dans l’analyse du professeur Plamen Nenov de l’Ecole norvégien de business.


Selon lui, si l’on comparait la Bulgarie par exemple à la Roumanie – on constaterait les choses suivantes :

Avec la Roumanie nous sommes partis presque de la même trajectoire pendant les années 2007-2008-2010 mais pendant les 10 années qui ont suivi nous avons pris un retard considérable – explique Pekanov – Nous devons donc être conscients d’avoir perdu des années, ce qui nous rend plus vulnérables que les Roumains à des chocs économiques qu’est celui de nos jours.

Très souvent dans les rapports annuels de la Commission européenne il avait été question des revenus extrêmement bas des Bulgares et avait aussi été déploré le fait que ceux-ci ne réussissent toujours pas à rattraper ce retard. C’est déjà un indicateur qui montre que notre base de départ pour sortir de la crise est déjà très dure. Ce n’est qu’après avoir rattrapé ce retard enregistré au cours d’une dizaine d’années que nous devrions faire des prévisions sur l’utilité des fonds publics accordés dans le but de permettre à faire face à l’actuelle crise provoquée par le coronavirus. Les mesure de soutien, aux dires de l’expert en économie, devraient répondre à trois critères – être orientées correctement, être opportunes et provisoires. Outre les mesures économiques, il faudrait accorder une attention toute particulièrement également aux mesures de prévention qui permettront en cas d’une brusque recrudescence du nombre des malades, d’appliquer des gestes barrières sévères afin que soit évité un nouveau « gel » de l’économie. Athanas Pekanov pense que la Bulgarie doit suivre l’exemple de l’Autriche dont le gouvernement, bien qu’en absence de loi spéciale, ait appelé les citoyens dont l’activité le permet, à continuer de travailler à distance. 

Il fallait, pendant les mois estivaux qui sont passés relativement calmement, prendre déjà des mesures qui auraient pu préparer de nombreux secteurs à une année prochaine assez dure. Si une éventuelle complication de la situation épidémiologique dans le pays impose une nouvelle fermeture des établissements scolaires et d’autres institutions, nous ne voudrions surtout pas que les jeunes gens en souffrent supplémentairement. Il est donc nécessaire de nous focaliser sur le développement de nos compétences numériques, ce qui, à un moment donné, permettrait à d’autres secteurs également, en dehors du domaine des IT, d’effectuer du télétravail.

Edition Yoan Kolev

Tous les articles

La Bulgarie est un pays avec unе e-administration très développée

La Bulgarie se range à la 44e place sur 193 pays dans l'indice de développement de l'administration en ligne (EGDI), selon un rapport de l'ONU. Pour la première fois, le pays entre dans la catégorie du "très haut niveau de développement de..

Publié le 21/09/20 à 15:09

Les investissements directs étrangers augmentent de 54%

Les investissements directs étrangers dans le pays pour la période janvier-juillet se sont élevés à 1,4 milliard d'euros . Par rapport à la même période de 2019, leur augmentation est de 494,8 millions d'euros soit 54,2% , a annoncé la Banque..

Publié le 18/09/20 à 14:59

Les taux d'intérêt sur les nouvelles obligations témoignent de la confiance dans la Bulgarie

La Bulgarie a placé les deux nouvelles émissions obligataires au bon moment, car d'autres pays se sont précipités et ont emprunté à des conditions moins favorables . Le taux d'intérêt sur les titres de 10 ans est de 0,4% et le taux d'intérêt sur..

Publié le 17/09/20 à 17:15