Webcast en français

Radio nationale bulgare © 2021 Tous droits réservés

„Revenir dans sa maison natale“– récit d’une Bulgare qui habite en Tchéquie

4
Photo: Guergana Mantcheva

Notre compatriote Nadya Chourélova – Novotna, alias Nadya Chourel, vit depuis 20 ans en République Tchèque. Elle a fait ses études secondaires au Lycée des beaux-arts de Sofia et depuis plus de 15 ans s’occupe de design intérieur dans une petite ville près de Prague. Elle déclare avoir la sensation d’être peintre des espaces – des pièces dans lesquelles nous vivonset où nous passons nos journées : « Il est très important pour moi et mon travail de connaître l’influence que ces espaces ont sur nous-mêmes, de comprendre comment nous arrivons à nous y habituer pour y vivre ». 

Nadya Chourel était à Sofia pour le vernissage de l’exposition « HOME SWEET HOME » qui peut être vue jusqu’au 10 octobre à l’Espace culturel tchèque. Tout ce qui fait partie de son exposition est consacrée à la maison pouvant être arrangée partout à travers le monde, mais dans son exposition-maison elle a surtout essayé d’exprimer le confort et les couleurs de la Bulgarie.

« Après avoir passé 20 ans dans mon pays d’origine, et 20 autres à l’étranger – la maison pour moi se situe là où se trouvent mes enfants, où je travaille et où je passe mes journées » – déclare Nadya.


« Ma maison dans la ville Usti nad Labem en République Tchèque représente pour moi un oasis bulgare. C’est là-bas que se trouve ma Bulgarie. Une grande table nous accueille près de la porte. Elle est grande en raison de la célèbre hospitalité bulgare. Il y a dans ma maison de la chaleur et des matériaux naturels, tous caractéristiques pour une maison bulgare. J’ai toujours vécu au village, j’y ai grandi. C’est pourquoi je répète toujours que j’ai eu une très agréable enfance au village Yasna Polyana de la région de Bourgas. Une bonne partie des détails que j’ai inclus dans mon exposition y ont été trouvés. Une grande échelle par exemple présente la jeune mariée. J’y ai également posé au sommet le diadème de la mariée. Il est fabriqué de différents morceaux de tissus

des robes de ma grand-mère Nadejda dont je porte le prénom. Nous autres Bulgares sommes très attachés à nos us et coutumes, à notre folklore et à nos broderies. Ces symboles me rappellent tout ce qui est bulgare, ils sont caractéristiques pour notre peuple, je les aime énormément. Notre folklore est varié et beau, le goût du Bulgare est très raffiné, ce qui est bien visible dans ses vêtements, ainsi que dans la manière dont il décore sa maison. 


« Je ne suis pas à tel point patriote pour célébrer toutes les fêtes nationales. J’en connais plein de dates de grands événements aussi bien tchèques que bulgares mais en famille, nous tenons absolument à célébrer le Réveillon et Pâques, déclare Nadya et d’ajouter : 

« Cette année je me suis sentie chargée de beaucoup d’énergie en raison de mon voyage à travers la Bulgarie. Accompagnée de ma fille âgée de 12 ans, nous avons fait le tour du pays car je tenais absolument à lui montrer les plus beaux endroits de mon pays. Nous avons visité le musée ethnographique en plein air « Etara » de Garbrovo, nous avons été à Véliko Tarnovo, Sozopol et Nessebar. Mon mari adore aussi la Bulgarie, surtout la mer, et nous y allons chaque année.

Photos : Guergana Mantchéva et Espace culturel tchèque

Galerie

Tous les articles

Anguélina Samsonova devant l’immeuble du parlement à Pretoria

Anguélina Samsonova : "Nous autres Bulgares résidant à Durban, nous souhaitons ouvrir ici une école du dimanche

Sur le littoral de l’Océan indien, en Afrique du sud, se situe une ville avec 3 millions d’habitants de différentes ethnies, qui semble avoir réuni au même endroit des gens du monde entier. C’est d’ailleurs l’image de toute l’Afrique du sud – en raison..

Publié le 07/03/21 à 08:05

Svetlozara Savova réchauffe le cœur des malades du coronavirus grâce à son arbre à ballons

Un arbre biscornu à branches nues évoque de la mélancolie à chaque fois que les regards des patients et des médecins se tournent vers la cour de l’hôpital. D’un côté du couloir il y a le service Covid et de l’autre, une chambre d’hôpital près de la..

Publié le 02/03/21 à 11:41
„Le Tsar Siméon le Grand devant Istanbul“ – 1927,peintre Dimitar Gudjenov

Dimitar Gudjenov, le peintre-chroniqueur de la mémoire nationale bulgare

„Autrefois, quand j’étais adolescent, j’aimais beaucoup ce peintre. On pouvait voir dans nos écoles de nombreuses reproductions de ses tableaux" – écrit dans son livre consacré à Dimitar Gudjenov l’écrivain Dimitar Avramov. Nulle part..

Publié le 07/02/21 à 07:00