Webcast en français

Radio nationale bulgare © 2021 Tous droits réservés

Svetlozara Savova réchauffe le cœur des malades du coronavirus grâce à son arbre à ballons

La lycéenne de 17 ans se lance dans des campagnes de bienfaisance pour enfants…

Photo: Facebook / Sveltolzra Savova

Un arbre biscornu à branches nues évoque de la mélancolie à chaque fois que les regards des patients et des médecins se tournent vers la cour de l’hôpital. D’un côté du couloir il y a le service Covid et de l’autre, une chambre d’hôpital près de la fenêtre de laquelle s’assied Svetlozara. Un soir, une idée lui vient à l’esprit – décorer cet  arbre triste et offrir ainsi un peu de joie aux « locataires » des chambres d’à côté.

Quand j’ai commencé à fabriquer cet arbre à ballons, il était tard – aux environs de 22h00 – raconte Sveltolzra Savova – J’ai vu des infirmiers en blouses blanches pareilles à des scaphandres, des gens inquiets qui de temps en temps sortaient de leurs chambres. J’ai donc voulu apporter une quelconque joie à ces patients désespérés et la première pensée que j’ai eue c’était de leur réciter des poésies bulgares. J’étais cependant tout à fait consciente de ne pas pouvoir entrer chez les malades du Covid-19 même si moi aussi j’étais hospitalisée. J’ai alors décidé de faire quelque chose d’atypique – et c’était l’arbre à ballons. Je ne m’attendais toutefois pas à des réactions aussi impressionnantes… 

Svetlozara qui est âgée de 17 ans, fait ses études secondaires au lycée « Saints Cyrille et Méthode » à Karnobat et a jusqu’à présent participé à plus de cent campagnes de charité au profit d’enfants malades du cancer. Elle-même qui a vécu toute jeune des jours difficiles se déclare prête à aider quiconque aurait besoin d’une main tendue.

J’avais alors 10 ans et je ne comprenais pas bien ce qui se passait – remonte-t-elle dans le temps. – Je savais que papa est malade de quelque chose de très grave et c’est seulement quand il a rendu le souffle que j’ai compris de quoi il s’agissait en éprouvant un malheur indescriptible. Je voudrais que chaque personne malade ait la chance de guérir, que cette horrible maladie disparaisse. C’est alors que j’ai commencé à aider des enfants malades du cancer.

J’ai vu la joie dans les yeux de beaucoup de gens quand j’ai pu réaliser ma première cause, ce qui m’a beaucoup encouragée. Ainsi le besoin que j’éprouvais d’aider des gens en difficulté devenait de plus en plus fort…

Quand elle avait 13 ans, Svetlozara a organisé l’initiative « Au lieu d’offrir des fleurs à un enfant qui souffre du cancer, donnez-lui une chance ! » et a pu ainsi à collecter 750 euros au sein de son propre école. Suivent des activités de bienfaisance pour enfants malades du cancer à travers tout le pays.

Avec la récompense pour son initiative « Les bons exemples »Je ne crois pas qu’un mot existât permettant de décrire l’émotion – déclare Svetlozara. – On se sent utile dans sa vie, on sent avoir fait quelque chose au profit d’autrui. Il y a pourtant des gens de 70 ans qui n’ont rien réussi dans leur vie et qui ont un comportement arrogant envers ceux qui les entourent. Mais il y a heureusement de jeunes gens qui n’arrêtent pas de faire du bien et qui mènent de ce fait une vie de valeur. Je ne pense toutefois pas que les gens ont besoin d’être « petits » ou « grands » pour faire de la bienfaisance. 

Les gagnants du Concours international qui se tient sous le parrainage du Duc d’EdinburghSvetlozara participe actuellement dans deux nouvelles campagnes de charité. Elle a écrit une pièce qu’elle présentera en ligne avec des gens qui partagent ses idées.

D’habitude, elle fait part de ses activités dans les réseaux sociaux et en particulier dans Facebook où un groupe s’est formé, intitulé « Fais don avec moi » qui forme de nombreux volontaires pour la campagne. Pour ses nombreux actes de charité, Svetlozara est proclamée ambassadrice du Prix international du Duc d’Edinburgh. Elle voit son avenir dans deux directions entièrement contraires – la salle de classe pour enseigner la philosophie, et la rue – pour vendre ses tableaux à la manière d’un peintre de la rue qui l’avait beaucoup impressionnée quand elle était toute petite et passait ses vacances à Ahtopol.

Version française : Nina Kounova

Photos: Facebook / Sveltolzra Savova, La voix de Karnobat, gramofona.com

Tous les articles

Albert Hadjiganev, le traducteur des sentiments…

„Je suis un traducteur – un traducteur de sentiments!“. C’est par ces mots que se définit l’artiste peintre Albert Hadjiganev. Chaque fois qu’il voit quelque chose de beau, quelque chose capable de l’émouvoir réellement il ressent le besoin de..

Publié le 17/10/21 à 08:25

Disparition de Jean-Paul Belmondo

L'acteur Jean-Paul Belmondo est mort ce lundi à l'âge de 88 ans, a annoncé son avocat. Le clap de fin d'une vie consacrée au cinéma et au théâtre, qui laisse un vide immense. « Je crois que je suis un enfant gâté. J'ai été élevé dans l'amour et la..

Publié le 06/09/21 à 18:20

Le virtuose Vasko Vassilev partage avec le monde la beauté de Sofia en 5 clips vidéo

"Une bonne partie de mes amis qui se rendent en Bulgarie déclarent avoir adoré Sofia. C’est pour cette raison que j’ai voulu faire quelque chose pour montrer au monde la beauté de notre capitale". C’est en ces termes que le violoniste..

Modifié le 30/07/21 à 13:46