Radio nationale bulgare © 2021 Tous droits réservés

Une nouvelle plateforme pour l’intégration du business et de la science

Photo: Pixabay

La science bulgare est à un haut niveau et elle est susceptible d’offrir beaucoup de choses aux investisseurs étrangers et bulgares. Mais pour réussir à les attirer, elle a besoin d’un transfert efficace de technologies. Les conditions nécessaires pour que les produits scientifiques soient disponibles pour les compagnies dans la grande « guerre » mondiale pour accueillir les unités de production des nouvelles industries sont-elles en place ?

La Bulgarie devra bientôt et bien vite apprendre comment se transformer en pôle d’attraction pour les leaders mondiaux dans les innovations et le savoir-faire à la recherche de destinations d’implantation pour leurs compagnies d’intelligence artificielle, les énergies renouvelables et autres technologies du futur. A cette fin on devra mettre en place un climat des affaires favorable pour la réalisation de projets à grande échelle et de la confiance dans les perspectives pour le développement sur le long terme.

“Dans tous les pays développés dans le domaine des innovations, la recherche scientifique et les brevets pour les découvertes sont le moteur principal de la croissance innovatrice – dit la prof. Vladia Borissova, directeur de l’Institut de propriété intellectuelle et transfert technologique de l’Université d’économie mondiale et nationale à Sofia (UEMN). – Il est également important non seulement de breveter les découvertes scientifiques mais également de les implanter dans la production qui de se part favorisera le caractère innovateur de l’économie. Les structures en matière de recherches sont avant tout les universités et les instituts de recherches de l’Académie bulgare des sciences et c’est pour cette raison que le budget qu’on y investit est extrêmement important. Or, par rapport aux autres pays ce budget  est en dessous de 1 %. ”


Il existe à l’heure actuelle des structures fonctionnelles en charge de différentes étapes de la construction de liens entre la science et le business, mais il n’y a pas un système cohérent pour les innovations. Selon la prof. Vladia Borissova, ce sont les bureaux de transfert de technologies qui sont le principal élément de ce système car ils assurent des informations sur des innovations déjà réalisées et sur les consommateurs potentiels des idées innovatrices.

“Les bureaux de transfert de technologies sont les maillons qui en réalité traduisent les recherches scientifiques dans la langue de l’économie – ajoute-t-elle. – C’est pour dire que des connaissances scientifiques extrêmement sérieuses sont exigées afin que ces projets puissent être réalisés et ne pas rester uniquement sur le papier.”

Savoir ce que font les équipes de chercheurs scientifiques est un grand problème pour le business. « C’est justement le chemin vers cette information qui est un des maillons qui manque dans l’écosystème innovant ”, souligne la prof. Vladia Borissova. C’est pour cette raison qu’on envisage de mettre en place une plateforme destinée à favoriser les rencontres des recherches scientifiques avec le business afin d’assurer le transfert technologique.

“Les technologies numériques ont permis l’établissement rapide de contacts entre les différents chercheurs et les équipes de recherches scientifiques dans le monde entier – ajoute l’économiste. – Or, cela favorise considérablement l’intégration de l’expertise scientifique et la consolidation des efforts lors des recherches de solutions à des situations données. Le Covid-19 est un exemple à ce titre avec la coopération de chercheurs du monde entier pour la mise au point de vaccins. Et nous tous, nous avons été les témoins comment un vaccin qui normalement est mis au point durant des années, a été réalisé en l’espace de quelques mois.”

Les brevets pour les innovations – ce qui en fait est une forme de transfert technologique, reste toujours un maillon qui manque au système des innovations. “Si nous voulons que tous les secteurs profitent des solutions innovantes, nous devrons avoir comme priorité la science”, rappelle la prof. Vladia Borissova

Edition: Diana Tsankova (sur la base d’une interview de Diana Doncheva, RNB, “Horizon”)

Version française : Vladimir Sabev

Photos : Pixabay et UEMN

Tous les articles

Le gouvernement intérimaire cherchera des financements auprès des grands contribuables…

Pavel Tonev est nommé directeur de l’Agence des douanes, a déclaré dans le cadre d’une conférence de presse le ministre intérimaire des Finances Assen Vassilev. Galya Dimitrova, actuelle cheffe de l’Agence nationale des recettes a également été démise de..

Publié le 14/05/21 à 12:13

Le business pourra acheter de l’électricité de l’UE

A partir du 11 mai, la Bulgarie a plein accès au marché européen commun intégré d’électricité via la plateforme « Un jour à l’avance ». Toutes les firmes bulgares pourront acheter de l’électricité dans l’UE avec livraison le lendemain . Dans le..

Publié le 11/05/21 à 10:38
Ivan Ivanov

La mise en service de la connexion gazière avec la Grèce pourrait être retardée

Il existe des raisons pour lesquelles on pourrait négocier avec “Gazprom” de nouvelles conditions plus avantageuses pour la Bulgarie pour l’achat de gaz naturel, a déclaré lors du contrôle parlementaire le président de la Commission de régulation..

Publié le 07/05/21 à 13:40