Radio nationale bulgare © 2021 Tous droits réservés

Comment gérer la pandémie du Covid-19 dans les conditions d’une apesanteur politique ?

La crise sanitaire exige des décisions d’experts…

Photo: drchives

Le 15 avril, alors que les députés du nouveau parlement bulgares finissaient leur première journée de travail, le Service de presse du gouvernement sortant a annoncé la suspension de la Cellule nationale de crise, chargée de gérer la lutte contre la pandémie du Covid-19. Une décision communiquée sans aucun motif, ni une information sur la suite des actions de coordination et des mesures sanitaires pour freiner l’épidémie. Beaucoup d’experts ont violemment réagi contre cette décision, unanimes à dire que la situation sanitaire est telle qu’elle exige que la Cellule de crise continue à fonctionner…

Trois jours plus tard, le premier ministre Boyko Borissov a annoncé lors d’un point presse au siège de son parti GERB, que la Cellule nationale de crise reprenait du service, sa suspension ayant été toutefois un acte logique après la démission du gouvernement. A ce propos, le ministre de la Santé, Kostadin Anguélov a précisé que la Cellule nationale de crise était une structure supra-nationale jouant le rôle de conseil auprès du premier ministre. Boyko Borissov a même propose que le nouveau chef de la commission parlementaire à la Santé, le pneumologue Alexandre Simidtchiev devienne le chef de la Cellule de crise pour “donner des consignes aux ministres, jusqu’à ce que le nouveau gouvernement de la Bulgarie prenne ses fonctions”.

Le commentaire d'Alexandre Simidtchiev à l’antenne de Plovdiv de la RNB :


"De toute façon, une autorité centrale de coordination de la lute contre la pandémie est nécessaire, peu importe sa dénomination. Jusqu’au jour de la suspension de son activité, la Cellule nationale de crise était effectivement une structure qui collectait, traitait et analysait toute l’information sur l’évolution de la pandémie, avant de prendre les décisions sanitaires en s’appuyant sur des données concrètes. Ce qui m’inquiète c’est comment toutes ces données vont être stockées, conservées et migrées dans une nouvelle structure.”

Cela étant, le mieux serait de garder la formule de l’actuelle Cellule de crise contre le Covid-19. Surtout que virologues et autres experts sanitaires anticipant déjà une nouvelle 4e vague du coronavirus à l’approche de Pâques et suite à l’assouplissement de certaines mesures sanitaires:

Le Directeur général de la Santé, Anguel Kounchev est aussi formel: “Une autorité de contrôle et de gestion de la pandémie du Covid-19 est absolument nécessaire, car le virus et ses variants circulent toujours et il faut agir en conséquence”. Mais pour que la Cellule de crise soit encore plus efficace, il faut attirer des experts médicaux…

Ilko Sémerdiev, ancien ministre de la Santé partage cet avis:


„Qui d’autres que les experts médicaux pourront conseiller les pouvoirs publics? Les politiques prennent des décisions, alors que la Cellule de crise est chargée de l’expertise. Celui qui porte la responsabilité prend les décisions."

C’est le ministre de la Santé qui est responsable de la gestion de la crise sanitaire et qui donne des ordres et signe des arrêtés encadrant les mesures anti-crise. A ce propos, le ministre de la santé Kostadin Anguélov a assuré les nouveaux députés que l’Etat arrive à gérer la 3e vague de la pandémie du Covid-19.


Edition: Darina Grigorova /d’après les interviews de Dimitar Vladimirov de RNB-Plovdiv et Vesselina Milanova de la chaîne info de la RNB/

Version française: Sonia Vasséva

Photos : BGNES

Tous les articles

La pandémie sous la loupe de l’art

Le "Musée des peurs du Covid-19 » nous aide à surmonter  l’image traumatisante de la pandémie et poursuivre notre chemin de l’avant. "La particularité de ce projet qui est le nôtre est qu'il implique des artistes contemporains qui créent..

Publié le 29/05/21 à 07:10

Le vote des Bulgares à l’étranger – plus facile mais toujours « assorti » de nombreux défis…

19 partis et 9 coalitions ont déposé des demandes de participation dans les prochaines législatives anticipées du 11 juillet. Même si les candidats à ces dernières sont moins nombreux par rapport ceux des précédentes élections parlementaires du 4..

Publié le 27/05/21 à 13:36

L’éducation globale comme dispositif favorisant le développement d’une manière de penser critique…

L’une des choses les plus importantes que devraient apprendre les jeunes Bulgares c’est la manière de penser critique, est catégorique la professeure Petranka Filéva, présidente du Conseil de direction de la Plateforme bulgare de..

Publié le 26/05/21 à 12:55