Webcast en français

Radio nationale bulgare © 2021 Tous droits réservés

La cueillette des cerises a commencé…

| Modifié le 08/06/21 à 15:41
Photo: BGNES

La récolte des cerises a commencé dans la region de Kustendil, connue depuis toujours comme la “cerisaie de la Bulgarie” et la campagne devrait continuer jusqu’à la mi-juillet au moins… Plus de 60 points de collecte et rachat des cerises cueillies ont été ouverts dans la région de Kustendil, et ils sont plus de 200 à Doupnitsa et Bobovdol. La récolte cette année est plutôt moyenne à très moyenne, à cause de l'épisode de gel en avril qui a compromis cette variété précoce. Un kilo de cerises devrait être racheté aux producteurs 0.40 euros.

Les cerisaies dans la région de Kustendil couvrent 2 000 hectares dont sont récoltées 5000 à 6000 tonnes par an. Des saisonniers comme des familles entières participent à la campagne. Concernant la récolte de cerises cette année, le chef de la coopérative régionale Valéry Yovev nous donne le détail :

"Il n’y a pas beaucoup de cerises cette année, à cause de la période de gel au printemps. Et puis, nous assistons à la diminution progressive du nombre des abeilles, très importantes pour la pollinisation. Il fut un temps, il y a 10-15 ans, on entendait le bourdonnement des abeilles dans les cerisaies, aujourd’hui c’est un silence total."

L’agronome, Kiril Dimitrov qui passe ses jours et ses nuits dans son verger trouve aussi que la situation a empiré:

"Chez moi, la situation est un brin meilleure que la moyenne malgré les gelées matinales ce printemps qui ont cause de gros dégâts. Et puis avec les prix de rachat ridiculement bas, nous sommes à coup sur perdants et petit à petit les gens baissent les bras même si les cerises de Kustendil sont les meilleures du pays. Ce sont les prix qui tuent le secteur."


Chaque année, les producteurs évoquent un cartel qui monopolise le rachat et la vente de la production de cerises.

"Et c’est une situation qui dure depuis des années, sans que les autorités interviennent pour mettre fin à ces pratiques. Des entreprises italiennes ont fait main basse sur la région et cassent les prix. La pénurie de main d’œuvre et de saisonniers est un autre problème…Une grande partie des cueilleurs de cerises sont partis en Europe occidentale, alors que ceux qui sont restés demandent à être mieux payés. Les Italiens font du dumping et sapent nos efforts. L’année dernière, j’ai abandonné 30 tonnes de cerises sur les arbres. Cette année, ce sera pareil…“

La pandémie du Covid-19 et les déplacements ralentis multiplient les contraintes et restrictions, ajoute Borislav Goguév, chef de la coopérative.

„J’exportais dans le temps pour le Mont Athos et le monastère Zographe, mais aussi à Chypre. Je transportais mes cerises jusqu’à l’aéroport où était ouvert un point de collecte logistique. Les poids-lourds étaient chargés le vendredi et lundi matin, ils étaient réceptionnés à Limassol. Mais c’est fini, tout ça…“

Et pourtant, la cerise est un fruit à forte valeur ajoutée, même quand la récolte n’est pas très abondante, reconnaît le maire d’un village de la région, Plamen Iliev :

„Nous ne pouvons pas laisser les cerises sur les arbres, les gens ont besoin de cet argent. C’est le gagne-pain de toute une région…“

Kiril Falin, RNB-Kustendil


Photos : BGNES

Tous les articles

Remises sur les prix pour les firmes qui achètent de l’électricité sur le marché libre

A partir du 1 er novembre, 250 000 PME qui achètent de l’électricité sur le marché libre bénéficieront de remises sur les prix. Il s’agit de 40% de tous les consommateurs sur le marché libre. Ils achètent de l’électricité au prix de fournisseur de..

Publié le 26/10/21 à 18:46

Les pass sanitaires et le business

La période de grâce accordée la semaine dernière pour se munir d’un pass sanitaire a pris fin. A partir d’aujourd’hui on ne fréquentera sans ce doucement que les épiceries, les banques, les pharmacies, les institutions gouvernementales et les..

Publié le 25/10/21 à 13:18

La BNB propose aux investisseurs une nouvelle dette à hauteur de 250 millions d’euros

La BNB offre au rachat 250 millions d’euros de dette publique. Si toutes les obligations d’une échéance de 10 ans sont vendues, les nouveaux emprunts assumés par la BNB depuis le début de 2021 seront d’un total de 1,15 milliard. La Banque nationale..

Publié le 25/10/21 à 09:25