Radio nationale bulgare © 2021 Tous droits réservés

Des archives numériques gardent vivante l’histoire du patrimoine industriel bulgare

Des fabriques, des équipements ferroviaires, des ponts, des abattoirs imprégnés de l’histoire du développement fulgurant de l’industrie au cours des premières décennies du siècle passé sont aujourd’hui démolis ou tombent en ruines. Afin de préserver les témoignages de ces sites architecturaux précieux, une équipe d’historiens s’est chargée de mettre en place des archives numériques et une appli mobile avec le patrimoine industriel sur nos terres.

Les bâtiments industriels d’autrefois pourraient revivre – raconter des histoires avec leurs imposantes façades et se transformer avec leurs fonctionnalités en abris provisoires pour des gens aux professions modernes, des qualités artistiques ou bien servir à des fins publiques. Le patrimoine industriel possède de nombreuses possibilités d’adaptation et de socialisation, est convaincu l’assistant principal Ivaylo Nachev de l’Institut de recherches balkaniques de l’Académie bulgare des sciences qui est un des piliers du projet sur les archives numériques.


“Le patrimoine industriel, au même titre que d’autres patrimoines, est lie à l’histoire et à la mémoire de la ville – dit-il. – Il est cependant totalement ignoré chez nous et nous avons plutôt l’habitude de faire attention à des églises, monastères, l’architecture urbaine de la fin du 19e jusqu’au maximum le début du 20e siècle. Tout le reste qui ne fait pas partie de ces paramètres a un accès difficile auprès du public. Même le statut officiеl de monuments de la culture n’est pas en mesure de protéger de nombreux sites industriels.”

Захарната фабрика в София днес / Снимка: архив

Tel est le cas de l’ancienne sucrerie à Sofia qui s’écroule mais reste toujours la victime du destin.

“La fabrique de sucre a donné le nom à tout un quartier et ceci illustre le fait que ces sites ne sont pas enfermés en eux-mêmes et qu’ils ont changé plusieurs aspects de la vie – explique Ivaylo Nachev. Dans ce cas on pourrait parler de démographie – des milliers de gens qui ont déménagé pour vivre à proximité de l’usine. Nous pouvons aussi parler d’infrastructures car à cause de la sucrerie la ligne de chemin de fer a été détournée. C’est pour cette raison qu’une des choses que nous essayons de faire est d’illustrer à l’aide de documents l’importance des fabriques pour un plus large environnement et pour le fonctionnement de la ville comme un grand organisme.”

Захарната фабрика в София 1917 г. / Снимка: Фабрики и личности

Selon l’historien, chaque bâtiment doit être identifié et considéré individuellement pour être conservé et par la suite adapté conformément à ses caractéristiques.

“Nous ne connaissons pas beaucoup de choses sur le patrimoine industriel, même sur les différentes usines et sites – ajoute Ivaylo Nachev. – Je donnerai en exemple le Musée “La terre et les hommes” à Sofia qui selon les études est aménagé dans un bâtiment industriel de la fin du 19e siècle. Ceci cependant est fort peu probable au vu des technologies en matière de bâtiment et de la manière dont la ville a été construite. Effectivement, quand j’ai commencé à étudier les documents il est devenu clair que l’édifice a probablement été construit dans les années 20 du siècle passé. Avec cet exemple je veux démontrer que même pour des sites classés monuments nationaux de la culture il y a des lacunes ou bien de faux renseignements. Ne parlons pas des édifices industriels moins connus et négligés.”

Във фабриката за шоколад и захарни изделия на Велизар Пеев преди 1943 г. / Снимка: ДА Архиви

Le développement d’une appli mobile, tout d’abord sur la capitale, est un des moyens de connaître la vérité sur le patrimoine industriel. Cette appli permettra de voir les bâtiments tels qu’ils ont été construits à l’époque quand ils étaient utilisés aux fins prévues initialement.

“J’espère que des activités de ce genre seront intéressantes à des fins éducatives afin que nous puissions tourner les regards vers des exemples inspirants – ajoute l’historien. – Les sites industriels nous conduisent souvent à des entrepreneurs novateurs qui pourraient inspirer les entrepreneurs d’aujourd’hui et leur montrer comment au fil des ans il a fallu modifier le mode de production et de vente.

Бирената фабрика на братя Прошек в София 1912 г. / Снимка: ДА Архиви

Edition: Diana Tsankova (sur la base d’une interview de Tania Dimova du programme « Christo Botev » de la RNB)

Version française : Vladimir Sabev

Photos: archives

Tous les articles

Temps maussade et pluvieux pour la Journée de l'Indépendance...

Les averses de pluie et les nuages bas seront au programme de la Journée de l'Indépendance avec une arrivée, par l'Ouest, d'une perturbation et d'un courant d'air frais. Les températures minimales seront entre 7° et 12°C, les maximales entre 16° et 21°..

Publié le 22/09/21 à 08:00

L'automne astronomique arrive avec des températures de saison...

Le soleil jouera à cache-cache avec les nuages ce mardi, les averses de pluie n'étant pas exclues par endroits. Les températures minimales seront de 16°C, les maximales atteindront 26° au meilleur de la journée. A Sofia, le mercure indiquera 20°C...

Publié le 21/09/21 à 08:00

Les syndicats réclament une hausse de 17% du SMIC

La Confédération nationale des syndicats indépendants /CNSI/ demande que le SMIC en Bulgarie passe à 388 euros, à compter du 1er janvier 2022, soit une augmentation de 17% par rapport aux 332 euros actuels. Ainsi seulement, il sera possible de faire face à..

Publié le 20/09/21 à 12:25