Radio nationale bulgare © 2021 Tous droits réservés

La forte pénurie de professionnels de santé – problème chronique du système en Bulgarie

Photo: BGNES

Plus de 500 médecins quittent annuellement la Bulgarie. La pandémie sans précédent du Covid-19 et la pression exercée sur notre système de santé a fait en sorte que la pénurie de soignants a atteint son point culminant. La statistique est plus que stressante – dans les établissements de santé est constaté un déficit de 470 médecins et de 26 000 infirmiers. Dans les villages, le déficit de professionnels de santé est encore plus dramatique car ne sont garantis que 20% du personnel requis. Dans 10 à 15 ans la pénurie de soignants atteindra son point culminant étant donné qu’un tiers des médecins sont âgés de plus de 50 ans. D’après des données de l’Institut national de la Statistique, les médecins généralistes dans toute la Bulgarie se chiffrent à 4015. Il convient de souligner dans le même temps que le nombre des jeunes gens qui souhaitent faire des études de médecine est deux fois inférieur à celui des années précédentes. 

Rien qu’en dix ans, leur nombre a été ramené de 635 (en 2011) à 286 personnes en 2021, a déclaré dans une interview accordée sur la RNB le recteur de l’Université de médecine de Pléven, le professeur Dobromir Dimitrov d’après lequel la principale raison pour cette pénurie réside dans :

la très basse rémunération, les mauvaises conditions de travail et les difficultés que rencontrent en général les professionnels de santé. Les jeunes gens qui initialement déclarent souhaiter devenir des médecins, une fois s’être informé de la réalisation de ceux-ci sur le marché, se désistent de ce faire.

Le nombre des soignants enregistrés vers la fin de l’année dernière s’élève à 45 000 mais la tendance concernant le déficit d’infirmiers demeure stable.

Le ratio infirmier-médecin est de 0,9 contre un minimum requis de 2/1. Une ingérence de l’Etat est nécessaire afin que les filières d’infirmiers et de sages- femmes deviennent plus attrayantes pour les jeunes. 

L’une des jeunes infirmières qui se sentent toujours motivées de se consacrer pleinement au métier s’appelle Mariéla Boudina. Ayant fait des études à la capitale, elle travaille déjà dans un des hôpitaux de Sofia.

J’ai décidé de choisir ce métier car j’adore prendre soins des autres et voir ensuite la gratitude dans leurs yeux. J’ai passé deux ans à l’étranger. J’ai travaillé en Grande-Bretagne mais j’ai décidé de retourner en Bulgarie. Pour se faire examiner et soigner, en Grande-Bretagne il faut attendre des mois, ce qui n’est pas le cas en Bulgarie ?

Au début du mois en cours, le ministère de la Santé a proposé au ministère de l’Education et de la Science de déclarer « protégée » la profession de l’infirmier. Conformément à une clause de la Loi sur l’enseignement professionnel, la « profession protégée » représente une filière unique par son contenu qui nécessite des spécialistes bien préparés mais pour laquelle l’intérêt n’est pas évident. 

Edition. Yoan Kolev

Version française : Nina Kounova

Photos : BGNES et archives

Tous les articles

„Week-end à Plovdiv“ malgré les restrictions sanitaires…

La 4 e édition du festival « Week-end à Plovdiv » a mobilisé les professionnels du tourisme pour faire valoir les atouts de la deuxième ville6 bulgare en tant que destination de loisirs et de culture. Du 17 au 19 septembre, trois..

Publié le 18/09/21 à 11:10

Temps instable et températures automnales...

Le temps sera orageux ce week-end avec du vent du Nord-Ouest et des averses de pluie, surtout dans la plaine du Danube et la région de la Thrace. Les températures minimales seront de 14°C, 22° au meilleur de la journée. A Sofia, le mercure indiquera..

Publié le 18/09/21 à 08:00

Kaléidoscope des Balkans

Bruxelles émet des réserves à l’égard de l’initiative régionale « Balkans ouverts » L’administration bruxelloise émet de sérieuses réserves au sujet de l’initiative concernant la création d’un «  mini Schengen  » ou bien « Balkans..

Publié le 17/09/21 à 14:50