Podcast en français
Radio nationale bulgare © 2022 Tous droits réservés

Sur les traces des dauphins...

Les secrets de la vie des mammifères en mer Noire

Photo: greenbalkans.org

En plein été, nous sommes nombreux à rester du matin au soir sur les plages de la côte. En regardant la mer on ne manquera pas de repérer des dauphins qui évoluent librement. 

En Bulgarie on a enregistré trois espèces de dauphins – le dauphin commun à bec court (Delphinus delphis), le marsouin commun (Phocoena phocoena) et le grand dauphin (Tursiops truncatus). Ce sont des espèces protégées et il est interdit de les attraper et de les tuer. On ne peut également pas emporter des dauphins morts. L’organisation non-gouvernementale de protection de la nature « Les Balkans verts » s’efforce depuis des années de dévoiler les secrets et mystères de la vie des dauphins dans les eaux territoriales bulgares de la mer Noire. Du 27 juillet au 1 août a eu lieu leur traditionnelle expédition d’exploration de la population des oiseaux de mer et des mammifères dans les eaux territoriales de la Bulgarie. Au cours de l’expédition, on a réalisé 72 observations qui ont permis de détecter 211 dauphins. 

Le dauphin commun à bec court (Delphinus delphis ponticus)
Actuellement une autre initiative a été lancée – la campagne « Sur les traces des dauphins », à l’aide de laquelle l’organisation écologique collecte des infos supplémentaires sur la vie et les migrations des dauphins “bulgares”. La collecte de moyens financiers a pour objectif  l’acquisition d’un émetteur par satellite et le marquage d’au moins un marsouin commun qui pourrait fournir des données sur ses déplacements, explique Dimitar Popov de « Balkans verts »:

Les mammifères en mer Noire sont de trois espèces et leur dynamisme saisonnier, leur nombre et leurs migrations ne sont pas très clairs. On sait en principe qu’ils n’habitent que dans ce bassin car ils sont divisés en différentes espèces. Mais où se trouvent-ils, dans quelle partie de la mer Noire et quand sont des questions auxquelles nous n’avons pas de réponses. L’utilisation de méthodes modernes d’observation comme la surveillance par satellite pourrait nous donner des réponses à ces questions. Nous avons choisi le plus petit exemplaire – le marsouin, car c’est une espèce qui à la différence des deux autres a une vie assez secrète.  Le dauphin commun à bec court et le grand dauphin aiment les contacts sociaux à la surface de la mer, tandis que pour les marsouins les contacts sociaux sont avant tout en-dessous de la surface. Ils cherchent leur nourriture avant tout près du fond marin dans la zone benthos ce qui les fait très vulnérables et difficilement repérables avec les méthodes visuelles standard qui sont utilisées dans de tels cas.“

Le grand dauphin (Tursiops truncatus ponticus)
Pour leur exploration, les experts bulgares utiliseron tl’expérience de leurs collègues danois. « Au Danemark il y une expérience très sérieuse au niveau de l’installation sur des marsouins d’émetteurs radio par satellite et ceci leur a permis de bien étudier la population en mer du Nord et dans les détroits vers la mer Baltique », précise le biologiste dans une interview pour la RNB-« Christo Botev ».

Dimitar Ivanov est catégorique que l’exploration de la population de dauphins en mer Noire servira à la protection de toute la variété biologique maritime et que les craintes de surpopulation sont infondées.

Le marsouin commun (Phocoena phocoena)
La pollution est la plus grande menace pour ces mammifères sympathiques.

„Nous connaissons le caractère spécifique de la mer Noire – une mer fermée où se jettent les plus grands fleuves européens – explique-t-il. Cela fait d’elle un conteneur qui retient toutes sortes de polluants, certains desquels ne sont pas bio dégradables. En mer Noire, en raison de son assez faible salinité, il y a beaucoup de floraisons d’algues ce qui a pour effet de réduire l’oxygène dans l’eau et provoque la diminution du nombre des poissons.“


Une installation interactive présente les problèmes avec la pollution de la mer Noire. Elle fait partie de la journée d’information sur les initiatives environnementales qu’organise « Les Balkans verts » aujourd’hui, 18 août sur la plage du village de vacances Santa Marina près de Sozopol.

Edition: Vessela Krasteva (sur la base dune interview de Martina Krasteva, RNB-“ChristoBotev”)

Version française: Vladimir Sabev

Photos : greenbalkans.org