Webcast en français

Radio nationale bulgare © 2021 Tous droits réservés

Un pilote photographie les merveilles du pays pour les reproduire sur des timbres-poste

Photo: Le musée polytechnique national

Le 1 mai 1879 est mis en circulation le premier timbre-poste bulgare avec sur la face, un lion debout à deux pattes en profil avec une couronne sur la tête et une inscription « La poste bulgare ». Mais, immédiatement après la libération, la Bulgarie n’a pas encore sa propre monnaie, on utilise pour définir la valeur du timbre le franc et les centimes français. C’est pour cette raison que les premiers timbres-poste bulgares étaient appelés dans la philatélie des « centimes ».

Le musée polytechnique national à Sofia possède une intéressante collection philatélique qui nous emmène dans différentes époques historiques. Parmi les plus précieuses, la série mise en circulation le 22 février 1940 sous le nom  de « Par avion ». On en vient à sa réalisation après les appels de la presse philatélique dans les années 30 de remplacer les anciens timbres « tous avec un même sujet et une finition déplorable » par de nouveaux.

“Il est intéressant de savoir que cette série voit le jour grâce à l’initiative de la poste à imprimer des timbres avec des qualités artistiques meilleures – évoque Vassil Makarinov, conservateur au musée.


C’est pour cela que la Poste embauche un dessinateur, qui est dans le même temps un aviateur, pour faire ces illustrations. C’est ainsi qu’en 1939 Constantin Ikonomov élabore quelques dessins – d’un avion décollant, d’un avion passant au-dessus de la forteresse d’Assen, de l’aéroport de “Bojourichté” ainsi que quelques images au-dessus de Sofia avec le palais royal et la cathédrale “St. Alexandre Nevski” du patriarche. Il mérite d’être souligné que ces timbres-poste sont précieux par le fait qu’ils sont dessinés conformément à la nouvelle objectivité dans l’art”.

La réalisation du projet est saluée par le Bureau des timbres-poste de la Direction principale des postes, télégraphes et téléphones en Bulgarie. “Le dessinateur a fait bien son travail et les projets présentés par lui, après quelques corrections, ont été approuvés par la commission technique », est-il écrit dans une lettre de l’Institution du 13 septembre 1939 qui ordonne que les timbres soient imprimés. 


La presse philatélique est aussi enchantée par les nouveaux timbres. “Le pilote-dessinateur Constantin Ikonomov, au risque de sa vie a survolé les plus beaux mais également les plus dangereux endroits de notre patrie pour nous offrir des sujets originaux et extrêmement artistiques.”

On suppose que pour obtenir les images finales, le pilote a fait des photos au-dessus de remarquables endroits de notre patrie et qu’après ils les a redessinés en reproduisant également le vol de l’avion. C’est ainsi qu’à vue à vol d’ oiseau l’œil humain découvre le monastère de Bachkovo et le mont Vihren dans la montagne de Rila, les lacs de Rila et le monument de Chipka… La belle série « Par avion » arrive à collecter pour la Banque nationale en trois jours des devises d’une valeur de 18 millions de leva. En ce qui concerne les commerçants bulgares, ils se trouvent débordés car la demande dépasse le volume du tirage et les commandes ne cessent d’arriver du monde entier. 


L’esprit du temps est visible dans d’autres catalogues également, dans des collections philatéliques et des dons en faveur du Musée polytechnique national. Leur valeur durable est accessible au public pendant des expositions comme celle consacrée aux 140 ans depuis la fondation des “Postes et communications bulgares ”.

“Je crois qu’il existe toujours des collectionneurs de timbres-poste – résume Vassil Makarinov. Il en sera de même tant qu’il y aura des lettres en tant que moyen pour transmettre des informations comme il se passait dans le passé bien qu’à une échelle beaucoup plus grande et avec une plus grande passion. Bien sûr, autrefois la lettre avait une valeur différente en comparaison de ce que l’on voit maintenant à l’heure des possibilités de communication beaucoup plus rapides. Mais, oui, collectionner reste toujours une passion et les collections de timbres-poste attirent de l’intérêt – tant les timbres-poste modernes que les timbres-postes en tant qu’histoire de leur collection par les philatélistes.”


Version française: Vladimir Sabev

Photos : Le musée polytechnique national

Tous les articles

Que nous disent les presque 70% d’abstention au second tour de la présidentielle ?

Le quatrième scrutin de 2021 s’est terminé avec un taux de participation extrêmement faible : 30,3% en Bulgarie. Roumen Radev, qui remporte le second tour selon les résultats préliminaires, explique cela par la lassitude. "Les gens en ont assez des..

Publié le 21/11/21 à 22:01

Comment votent les Bulgares de l'étranger?

Les Bulgares de l'étranger sont eux aussi moins nombreux à voter aujourd'hui par rapport aux élections 2 en 1 (législatives et présidentielle) du 14 novembre, informent nos correspondants. Nos compatriotes en France sont bien moins actifs qu'au..

Publié le 21/11/21 à 18:39

Quel président pour la Bulgarie ? Les expatriés brossent son portrait…

A quelques heures du deuxième tour de l’élection présidentielle qui nous révèlera le nom du futur président de la République pour les 5 prochaines années, les Bulgares vont probablement miser sur la stabilité , surtout après une année..

Modifié le 21/11/21 à 13:42