Webcast en français

Radio nationale bulgare © 2021 Tous droits réservés

Une expédition cherche à dévoiler les secrets des ponts de pierre dans les Rhodopes

Bien solides avec leurs pieds en pierre mais s’élevant au-dessus des eaux, les ponts de pierre dans les Rhodopes sont amis avec le temps. Et quand il se fatigue à compter les instants et les éternités, il s'accroupit sur un rocher et écoute des histoires au milieu du grondement de la rivière sombre contre le don de la vie éternelle.

Bien qu’on dit souvent que ces ponts sont romains, ils ont été probablement construits pendant le Moyen Age quand la route de Gumurdjina (Komotiní actuellement en Grèce du Nord) à la mer Egée traversait la rivière Arda et ses affluents, explique Ivan Balkanski dans son livre “Vieux ponts dans le département de Kardjali”. Aujourd’hui c’est l’association « Mechtra » qui s’est attelée à dévoiler les secrets de leur belle dignité et durabilité au fil du temps et cette association conduira des recherches sur place dans la montagne. La rivière Arda est le principal centre autour duquel sont construits les plus grands ponts.

“Ces sites n’ont pas été suffisamment explorés – nous ne possédons toujours pas d’information fiable et des documents sur leur construction et entretien, sur leurs créateurs – évoque le chef du projet, l’architecte Ivan Kolev.


Il est très intéressant de voir comment les ponts ont été construits en tant que système de différents éléments pour pouvoir traverser les grandes barrières fluviales dans les Rhodopes. De ce point de vue il est intéressant de savoir s’ils faisaient partie d’un plan général ou bien si chacun de ces ponts a été construit à différentes époques et à différentes occasions. On ne peut toutefois pas ne pas remarquer un fait – en jetant un regard sur la carte des Rhodopes et de la rivière Arda, nous nous apercevons que les grands ponts sont situés à une distance presque égale l’un de l’autre. Ceci à mon avis signifie qu’ils représentent bien tout un système bien conçu et son analyse pourrait prouver cette idée.”

L’association “Mechtra” et le musée d’histoire à Ardino, le musée régional d’histoire à Kardjali et des volontaires inspectent l’état dans lequel se trouvent les ponts de pierres pour voir s’ils sont bien conservés dans leur état original ou bien ils ont été modifiés. Ils travailleront à Ardino, Kardjali et Smolyan où se trouvent plus de 100 ponts. Pour chaque pont sera établi un dossier contenant des informations actuelles et historiques, des analyses de leur état actuel et leur authenticité. Toutes les infos seront publiées sur un site spécial et seront dans le futur utilisées pour leur restauration.


“La raison pour laquelle les ponts sont aussi bien conservés est qu’ils représentent une construction connue depuis l’antiquité à presque nos jours – ajoute encore l’architecte Ivan Kolev. – Cela signifie que jusqu’à la révolution industrielle on a utilisé des systèmes de construction presque identiques et que ces systèmes ont évolué pendant tout le temps. Les ponts dans les Rhodopes sont les derniers exemples de ce type d’architecture avant l’apparition des ponts de métal et ensuite de béton. C’est pour cette raison que nous pouvons dire qu’ils ont résisté précisément en raison de l’accumulation au fil de nombreux siècles de connaissances et de technologies.”

Le Pont du diable sur l’Arda a été proclamé emblème des Rhodopes. Il a été construit au XVIe siècle sur ordre du sultan Selim I et sa construction est riche en différentes légendes. Selon une de ces légendes, son constructeur a été le maître Dimitar de Nédélino qui a accepté de construire un pont sur la rivière déchainée bien que toutes les tentatives avant lui avaient échoué. Selon les croyances, le Diable lui aurait fait une promesse selon laquelle s’il arrivait à construire le pont en 40 jours, son œuvre serait éternelle. Malheureusement, le maître n’a pas réussi à se féliciter de la magnifique œuvre qu’il avait réalisée de ses propres mains car il mourut peu après. Une autre légende nous raconte que du Pont du Diable on peut voir la figure de Satan si on regarde attentivement les flots de la rivière de 11h00 à 12h00 quand le pont et son reflet forment un cercle. Et apercevoir sur une des pierres une trace du pied du Diable


Edition: Diana Tsankova sur la base d’une interview de la chaîne “Christo Botev” de la RNB avec l’architecte Ivan Kolev

Version française: Vladimir Sabev

Photos : archives et L’association “Mechtra”

Tous les articles

Le cimétière militaire bulgare de Kavadartsi a été détruit au 20e siècle

Le cimetière militaire bulgare de Kavadartsi, datant de l'époque de la Première guerre mondiale, a été probablement détruit dans les années 30 du 20e siècle. C'est ce qu'a déclaré sur la RNB Radoslav Siméonov, expert en monuments militaires auprès du..

Publié le 19/10/21 à 10:23

Ephéméride : Saint Jean de Rila…

Le 19 octobre, l’Église orthodoxe bulgare rend hommage à Saint Jean de Rila, protecteur céleste du peuple bulgare. Saint Jean de Rila est honoré non seulement par le peuple bulgare, mais aussi par les églises orthodoxes des peuples slaves et..

Publié le 19/10/21 à 09:31
 le professeur Nikolay Ovtcharov

Un anneau tueur en argent est une des précieuses trouvailles à Missionis

Missionis, une cité de l’Antiquité tardive située près de l’actuelle ville de Targovichté dans le nord de la Bulgarie, a existé pendant plus de 150 ans. Les historiens basent cette affirmation sur les nombreuses trouvailles de périodes..

Publié le 17/10/21 à 12:45
Подкасти от БНР