Podcast en français
Radio nationale bulgare © 2022 Tous droits réservés

La flambée des prix consume les économies des Bulgares

Photo: Ani Petrova

Nous sommes dans une période de transformation globale des économies du monde entier où de nouvelles entreprises naissent et certaines des anciennes sont forcées de changer. Dans cette conjoncture, les experts bulgares conseillent de continuer de faire des économies, mais de ne pas mettre notre argent sur un compte en banque, parce que l’inflation dévalue les moyens de paiement et ces comptes ne génèrent que des dépenses. Les Bulgares ont par ailleurs senti le vent tourner quant à la montée des prix et se sont empressés d’investir leur argent, notamment dans des biens immobiliers dans les grandes villes. L’an dernier ce sont les crédits pour l’achat d’un logement qui étaient les plus recherchés. Bien que la plupart des banques n’offrent pas de taux d’intérêt sur les comptes de dépôt, les Bulgares ont actuellement un total de 31,5 milliards d’euros en banque, dit le consultant en crédits Tihomir Tochev. Au début de l’année les banques ont fait une mauvaise surprise à leurs clients avec l’annonce d’une augmentation de leurs tarifs.

« Tous les services en guichet de banque deviendront de plus en plus chers, parce que l’inflation grimpe rapidement, tout comme les dépenses, les loyers, etc. », explique Tihomir Tochev dans une interview à RNB « Horizon » (notre équivalent de France Info). « Pour les banques, conserver notre argent représente une dépense et en dépit des taux d’intérêt assez bas sur les comptes de dépôt et la demande accrue de crédits ces derniers temps, la somme totale des crédits accordés ne se monte qu’à 14 milliards d’euros. Les banques ont aussi introduit une taxe sur les grosses sommes dans les comptes de leurs clients. Malheureusement la plupart des Bulgares ne sont pas en mesure d’économiser sur leurs revenus. »

« Par le passé on faisait des économies, et puis elles sont parties en fumée à cause de l’inflation », sans oublier les faillites de banques, se souviennent des gens dans un sondage de RNB-Vidin.

« On avait économisé pour l’achat d’un poste de télévision et c’est alors que l’inflation a frappé. A présent nous n’avons pas suffisamment d’argent pour pouvoir en mettre de côté », dit une femme de Vidin.

Outre les souvenirs amers du passé, l’inflation galopante actuelle remet en question les habitudes en matière d’économies. Les analystes des fluctuations des prix notent que depuis quelques mois l’inflation chez nous est plus élevée que dans les pays d’Europe de l’Ouest pour les mêmes biens et services.

La brusque montée des prix en Bulgarie touche aussi bien les combustibles et l’énergie que les produits de première nécessité. Les causes principales en sont le bond des prix du pétrole et de ceux de l’électricité pour les entreprises. Cela se répercute sur les prix des biens et des services. Par exemple le pain et les céréales ont augmenté de 12,8% en 2021, le lait et les produits laitiers de 8,1%, du beurre et de l’huile de 22,7%. Si l’on y ajoute le bond des prix de l’électricité, du chauffage et des combustibles, le résultat est que 80% des Bulgares ont dépensé toutes leurs économies et ne peuvent pas mettre d’argent de côté pour des dépenses imprévues. Et les pronostics sont que l’inflation restera élevée sur le long terme. On s’attend à ce qu’elle atteigne 3-4 % en 2022 sur une base annuelle.

Guergana Mantchéva, sur des interviews pour RNB « Horizon » et RNB-Vidin

Version française : Christo Popov