Podcast en français
Radio nationale bulgare © 2022 Tous droits réservés

Le secret d’Eleonora Kruger ou à la recherche des Romanov…

| Modifié le 29/01/22 à 10:51

En 2017, les autorités russes annoncent la découverte des restes de l’héritier de la couronne et de la cadette des princesses de la famille des Romanov dont on disait qu’ils avaient miraculeusement réchappé au massacre de Nicolas II et de sa famille. Cependant, les habitants du village de Gabarévo, situé au pied de la Stara planina, sont d’un autre avis. Ils considèrent qu’Alexis et Anastasia Romanov ont vécu tranquillement dans l’anonymat le plus complet au cœur de la Vallée des roses.


Ce sujet fait régulièrement couler l’encre, l’inspecteur à la retraite Blagoy Emanuilov a même publié deux livres soutenant que le tsarévitch Alexis et la princesse ont vécu à Gabarévo sous un faux nom : Eleonora Kruger et Georges Judin.

Une jeune femme venue d’on ne sait où s’est installée à Gabarévo en 1922. Dotée d’une allure aristocratique, elle se présentait comme Eleonora Kruger mais tout le monde l’appelait Mme Nora. Elle vivait avec un médecin russe, venu un mois auparavant, qu’elle épouserait plus tard. Une année s’était écoulée quand un jeune homme maladif les a rejoints. Il s’est inscrit à la commune sous le nom de Georges Judin.

Mme Nora avait des manières nobles, maîtrisait plusieurs langues, jouait du piano, faisait de la broderie russe monochrome ou bigarrée. Elle lisait beaucoup et fumait tout le temps, prenait de l’opium. Elle donnait des cours aux enfants du village. Son cou et sa joue droite était marquées d’une cicatrice laissée par une balle. Elle avait été blessée au niveau de la poitrine.

Stefana Nestorova figure parmi les quelques contemporains d’Eleonora Kruger qui sont toujours en vie. Elle se rappelle sa voix sourde et sifflante :


« Comme la cicatrice sur son cou était très voyante, elle portait toujours un fichu par souci de bienséance. Cette cicatrice lui était probablement restée du temps où elle était soignée en Turquie où ils s’étaient rendus en navire. Ma marraine disait qu’à la fin de sa vie Mme Nora lui racontait comment, enfant, on l’avait baignée dans une baignoire dorée. Elle avait à son service des domestiques qui lui peignaient les cheveux, l’habillaient, prenaient soin d’elle. » 

Les habitants du village ont fait ériger une stèle à la mémoire du docteur Aleksiev et de leur bien-aimée Eleonora Kruger.

« J’ai entendu mes voisines dire qu’elle leur apprenait à jouer du piano, les initiait aux gestes mondains qu’elles ne comprenaient pas. Nous aimerions lui consacrer une exposition au premier étage de la Maison de Djananov connue pour avoir servi de lieu de résidence à Vassil Levski. Cette exposition ferait parti du parcours touristique de la commune de Pavel Banya », a signalé Mme Maria Kutsarova, employée de la bibliothèque locale.


Du vivant de Mme Nora et de Georges, des rumeurs couraient déjà sur leur origine royale. Au milieu du XX siècle, un combattant de l’armée blanche aurait affirmé devant témoins que Nicolas II en personne lui avait ordonné d’aider le jeune tsarévitch et la princesse Anastasia à s’enfuir du palais et de les cacher. Après de nombreuses péripéties les enfants du roi se sont embarqués sur un navire à destination d’Odessa. Cependant, profitant de la confusion générale, la cavalerie rouge aurait blessé Anastasia à coup de balle.

 

Georges Judin est mort en 1930, ses symptômes faisant penser à l’hémophilie, la maladie dont souffrait le prince Alexis. Il a été enterré dans le vieux cimetière du village. Un quart de siècle plus tard, Elena Kruger s’est éteinte elle aussi sans révéler son secret. On l’a enterrée du côté gauche de Georges. Leurs ossements ont été exhumés en 1995 en présence d’un médecin légiste. Dans la tombe de Georges on a trouvé une petite icône, une ladanka qu’on inhumait de coutume avec les plus hauts membres de l’aristocratie russe.


L’inspecteur Blagoy Emanuilov garde les restes de Nora et de Georges à un endroit secret. Il n’y a qu’une expertise indépendante de l’ADN qui permettrait d’y voir clair. Pour nombre de raisons néanmoins personne ne se décide à prendre en charge une telle analyse qui serait bien onéreuse. D’après l’inspecteur les autorités russes gardent le secret pour ne pas inciter des prétentions au patrimoine des Romanov stocké dans les banques européennes.

Edition : Veneta Nikolova

Version française : Maria Stoéva

Photos : archives

Tous les articles

Les reliques des Saints frères Cyrille et Méthode arrivent à Sofia

Les reliques des Saints frères Cyrille et Méthode arrivent à Sofia pour que les Bulgares puissent s'y recueillir et honorer les créateurs de l'écriture slave, fêtés chez nous le 24 mai, a annoncé le Saint-Synode de l’Église orthodoxe bulgare. Les reliques..

Publié le 17/05/22 à 16:48

Les émissions de la RNB destinées à l’étranger : historique...

Après les émissions en français, anglais, allemand, italien, turc, grec, serbo-croate et albanais, lancées avant les années 50, la Radio bulgare introduit des programmes en arabe en 1956 . Cela est provoqué par la crise de Suez. Stefan Alahverdjiev..

Modifié le 15/05/22 à 14:38

Les Bulgares célèbrent Saint Georges

Le 6 mai est la journée du mégalomartyr St. Georges, le porteur de la victoire, un saint extrêmement populaire dès la christianisation des Bulgares. Il est parmi ces saints, peu nombreux, qui sont reconnus par les chrétiens mais aussi par les musulmans...

Publié le 06/05/22 à 14:11