Les vaccins ne modifient pas l’information génétique de l’homme, ni implantent des puces électroniques sous-cutanées…

« La peur des gens de se voir implanter des puces électroniques sous-cutanées ou de subir des modifications de leur information génétique à la suite d’une vaccination contre le coronavirus n’est aucunement justifiée », a déclaré sur Nova TV le professeur Guéorgui Christov. Il a expliqué qu’à travers la seringue est introduite dans l’organisme une molécule créée artificiellement (acide ribonucléique (ARN)) qui n’atteint pas le noyau de la cellule. Selon lui, il n’est guère vrai que les vaccins ARN qui sont actuellement appliqués dans la lutte contre le Covid-19 ont été élaborés en une seule année. La plateforme de produits vaccinaux basée sur la technologie ARN date des années 1990, a-t-il expliqué en conseillant les gens de ne pas se fier à chaque information qui n’est pas vérifiée et prouvée.