Streltcha - une destination thermale à découvrir qui fleure bon la rose et les souvenirs d’antan

| Modifié le 02/12/19 à 15:56




Un cadre naturel de toute beauté, un patrimoine historique et culturel qui mérite d’être connu, des sources thermales aux propriétés curatives, des habitants accueillants – c’est ainsi qu’on peut décrire brièvement la petite ville à flanc de montagne qui attire des visiteurs de tout âge et de plus en plus nombreux!  Il y a un siècle et demi que ses habitants, gens à l’esprit entreprenant ont travaillé dur pour l’épanouissement de la culture de la rose oléifère, des fruits et du commerce.


Ils ont créé une coopérative, fait bâtir une église, un établissement de bains public pour faire profiter tout le monde des bienfaits des eaux thermales, aménagé leur ville et le résultat ne s’est pas fait attendre – montée en flèche du nombre de sa population et affluence de curistes, devenant en quelque sorte ils les pionniers du tourisme thermal. Les locaux sont fiers à juste titre qu’en 1969, l’Etat proclame par deux décrets leur bourgade ville à grand potentiel balnéaire, comme on nommait à l’époque les SPA, et depuis elle est une des destinations thermales les plus connues.

Streltcha possède trois sources d’eau minérale la plus chaude fait 56° Celsius. Les eaux sont très efficaces pour le système nerveux, le système locomoteur, pour les affections gynécologiques et les problèmes de vue. La Bulgarie est connue pour ses nombreuses sources thermales mais seules les sources de Sapareva Bania ont des propriétés analogues. Les curistes qui viennent à Streltcha déclarent qu’ils ressentent rapidement les bienfaits des eaux et ajoutent que l’air pur et le calme de l’endroit y sont pour beaucoup. L’hiver y est doux, la neige rarissime, le printemps et l’été sont d’une fraîcheur agréable.



Streltcha est une destination touristique et balnéaire à l’année et la ville est présente à toutes les foires touristiques et SPA à l’échelle nationale. Depuis quelques années les élus locaux sont fiers d’accueillir des personnes de tous les âges ce qui s’explique par une présentation judicieuse des formules SPA alliées aux visites guidées des sites du patrimoine culturel et historique ainsi qu’à l’hébergement de qualité. Les habitants de Streltcha sont amoureux de leur ville, de la montagne Sredna Gora dans laquelle elle se niche et ils peuvent parler des heures durant de son histoire.



Et quand ils parlent  d’eux-mêmes ils disent qu’ils sont coriaces et durs – „ notre terre est pierreuse et pourtant nous la cultivons depuis toujours. Nous avons des roseraies oléifères sur les versants abrupts et nous les soignons avec beaucoup d’amour. Streltcha a été incendiée et rasée par quatre fois, mais ses habitants l’ont toujours rebâtie et relevée des cendres, pierre par pierre. Avant de penser à bâtir des maisons ils ont érigé l’église orthodoxe et après seulement ils ont construit leurs maisons autour de la maison de dieu pour y vivre en paix tous ensemble.



Maintenant les jeunes partent pour les grandes villes parce qu’ils trouvent rarement du travail à Streltcha. Mais ce qui est bien c’est qu’ils y reviennent pour être près des leurs, de la famille. C’est ainsi que décrivent l’histoire du pays les amateurs du foyer de la culture „Prosvechtenie 1871“ (éducation en bulgare).



« Les 25 dernières années ont été très dures, on a eu à surmonter des grandes épreuves, mais grâce au dévouement des bénévoles on a réussi à sauvegarder le foyer de la culture » - dit la secrétaire du foyer Mariana Niagolova:


« Les fêtes de Streltcha – la fête de la rose, la fête de la ville / la Saint Elie, fin juillet /, à l’automne le traditionnel festival des chansons et des coutumes de la région de Sredna gora, les groupes de chanteurs amateurs qui font revivre le folklore urbain, les acteurs amateurs, ils sont tous accompagnés par les autorités de la ville qui ont à cœur de soutenir par tous les moyens ces activités, surtout celles liées à l’histoire de notre ville. Nos bénévoles sont très ambitieux et travailleurs. Les eaux thermales, le climat et la culture de la rose sont nos plus grands atouts pour attirer les touristes. Tout au long des 50 dernières années nous avons essayé plein de choses – il y avait à Streltcha des entreprises industrielles, des forceries pour la culture maraîchère chauffées à l’eau chaude des sources thermales, des maisons d’hôtes, des petits ateliers de production de divers articles, on a tout essayé. En fin de compte nous avons bien compris qu’il nous faut développer le tourisme. Ces dix dernières années ont été ouverts beaucoup d’hôtels et de gîtes ruraux, le musée possède une riche collection d’objets, l’histoire y est présentée à un niveau enviable. Il reste encore beaucoup à faire au niveau de l’infrastructure et de l’alimentation en eau, mais la bonne entente entre les businessmen et les autorités locales est prometteuse et nous sommes confiants que cette coopération apportera la prospérité à notre ville, dit Mariana Niagolova.



Version française Roumiana Markova
Photos: @Аз обичам Стрелча

Tous les articles

Les géants des locations touristiques en ligne sont-ils menacés par les autorités bulgares?

Les grandes compagnies de reservations en ligne Airbnb, Booking.com, Expedia, le reseau social Facebook renonceront-elles à travailer avec des hôtes et voyageurs bulgares? Alotrs qu'elles viennent juste d’etablir leurs reseaux d’hôtes et de voyageurs,..

Publié le 02/12/19 à 12:00

„Black Friday“ dans le secteur touristique

La compétitivité, les possibilités de promotions et les différentes méthodes d’attrait de touristes des marchés traditionnels mais également de nouveaux marchés constituent un élément clé des salons du Tourisme en Bulgarie et à travers le monde. "Travel..

Publié le 29/11/19 à 13:21

Les charmantes maisons en bois sculpté de Malak Porovets…

C’est un artiste autodidacte qui passe toute sa vie dans son village natal Malak Porovets, près d’Ispérih /Bulgarie du Nord-Est/. Ayant fait des livraisons dans la région pendant ses années actives, Marin Pétkov /car c’est lui le héros de..

Modifié le 28/11/19 à 16:52