La Bulgarie est dans le viseur des militants pour la défense des droits des handicapés

Après avoir visité des établissements sociaux en Bulgarie qui accueillent des enfants handicapés, le directeur exécutif de Disability rights international - l’organisation internationale des droits des personnes handicapées, Eric Rosenthal a décrit ces structures comme étant des „dépôts pour stocker les personnes inutiles“. Selon lui la vie de ces enfants n’a aucune valeur pour la société, ce qui témoigne non seulement d’une mauvaise politique sociale, de l’absence de soins et d’assistance médicale adéquate, plus encore, cela  constitue une violation des droits humains fondamentaux. Il existe une Convention des droits des personnes handicapées - dit Eric Rosenthal,– elle est le garant du droit de tout un chacun de vivre dans la communauté des hommes et avoir la liberté de choix à l’instar de tous les humains sans exception. 

« J’estime que les dispositifs de cette convention donnent  le droit à chaque enfant de vivre au sein d’une famille et s’intégrer dans la société. L’ONU a déjà fait savoir que les petites structures, les établissements d’accueil de type familial, toutes ces prestations sociales, toutes ces institutions ne remplacent en aucune façon la famille, parce que la famille est unique, irremplaçable. La majorité des enfants qui sont placés dans ces structures ont une famille et si nous réussissons à épauler leurs proches ces institutions deviendront inutiles, parce qu’elles n’auront plus de raison d’exister. Il a été prouvé que tous les enfants handicapés  trouvent une famille d’accueil si leurs parents sont dans l’impossibilité de prendre soin d’eux. C’est une condition formulée à l’international et il est de notre devoir d’influer sur l’UE et les autres donateurs pour mettre un terme aux subventions pour l’édification et la remise en état de ce type de structures d’accueil pour ces enfants.»

Et il faut rappeler que notre pays est impliqué dans une procédure judiciaire ouverte à l’encontre de l’UE – en fait une première dans ce sens, - engagée par trois organisations de défense des droits de personnes handicapées basées en Europe. Les trois plaignantes sont l’ENIL - le réseau européen pour la vie autonome, la Validity Foundation et le Centre de vie autonome. Ils ont déposé leur requête à la Cour de justice de l’UE à Luxembourg, contestant la décision  de la CE de financer la Bulgarie. Le financement européen à titre gratuit des  services aux personnes âgées et aux personnes handicapées se monte à 18 millions d’euros destinés à construire, meubler et équiper 6 centres d’accueil de jour et 68 ehpads. Les bénéficiaires sont 28 communes dans lesquelles seront ouvertes jusqu’à 9 structures nouvelles d’une capacité d’accueil de plus de 1000 personnes.

En dépit de l’engagement déclaré par la Bulgarie d’appliquer une politique de désinstitutionalisation, les financements européens  aideront à créer des maisons médicalisées spécialisées dans l’accueil d’enfants handicapés. Les ONG sont formelles, ce n’est pas ainsi que seront réglés ces problèmes, sources de discrimination, exclusion sociale et ségrégation de ces groupes sociaux. Après le refus de la CE de mettre un terme à ce type d’investissements, les  plaignants n’ont aucun autre recours que de s’adresser à la Cour de justice de l’UE. Les visages des enfants dans ces structures d’accueil que nous voyons sur ces photos doivent éveiller notre juste colère – dit de son côté Steven Allen directeur exécutif de la Validity Foundation - Mental Disability Advocacy Centre:

« Ce que nous montrent les photos prises dans ces maisons d’assistance sociale sont une humiliation, une atteinte à la dignité humaine. Ces problèmes ne sont pas uniquement d’ordre moral, ils sont aussi d’ordre juridique. C’est un fait, que des ressources publiques de l’UE sont allouées à la ségrégation de personnes handicapées. En ce qui concerne la Bulgarie il s’agit de mise à l’écart d’enfants handicapés. Le modèle des maisons qui accueillent des groupes d’enfants dont ce pays se dit fier et prétend qu’il s’agit une formule de faire sortir les pensionnaires de ce type d’institutions est financé en fait par l’argent des contribuables européens. Aux termes du droit international, l’UE est tenue de ne pas financer la ségrégation. Depuis de nombreuses années notre organisation est confrontée à des cas de violation de ce type de la part de l’UE - elle continue de financer non seulement les structures d’accueil pour enfants handicapés, mais aussi pour adultes handicapés en Europe Centrale et de l’Est. Les plaintes affluent à la CE et elle est absolument au fait du problème. Nous ne voulons pas de ce gâchis de la vie de milliers de personnes handicapées, c’est pourquoi nous exigeons d’allouer ces aides financières pour soutenir leur famille. »

Version française : Roumiana Markova

Photos: driadvocacy.org et validity.ngo

Tous les articles

Pour leur fête, environ 2 000 étudiants bulgares seront à Pamporovo

A la veille de la fête des étudiants et de la 3e édition du festival d’hiver, la station de skis Pamporovo s’apprête à accueillir quelque 2 000 étudiants de tout le pays. Un chapiteau spécial pour la fête a été déployé et il dispose de tous les..

Publié le 07/12/19 à 08:00

Disparition de l’actrice emblématique du théâtre bulgare, Stoyanka Moutafova

Ce matin à l’âge de 97 ans l’actrice emblématique du théâtre et du cinéma bulgare Stoyanka Moutafova a rendu l’âme. Au cours des quelques dernières semaines elle était hospitalisée suite à des problèmes de la vésicule biliaire en raison..

Publié le 06/12/19 à 12:46

Les soins pédiatriques: les gros problèmes demeurent !

Un sujet douloureux qui tourmente les esprits depuis quelques semaines, des commentaires outrageants et surtout un sérieux manque de confiance à l’égard du métier le plus humain du domaine de la santé – la pédiatrie, c’est ce qui nous a incités à..

Publié le 06/12/19 à 11:49