Radio nationale bulgare © 2020 Tous droits réservés

En Bulgarie, la criminalité est souvent la face cachée d'un business parfaitement légal

Photo: ministère de l'Intérieur

"La traite d'êtres humains, dont l'esclavage sexuel, est la plus grande source de revenus pour les filières criminelles en Bulgarie, générant près de 500 millions d'euros par an. Il en va de même du commerce illégal de carburants qui cause de gros préjudices au budget de l'Etat". C'est ce qu'a déclaré à la radio nationale Atanas Roussev, coordinateur du Programme "Sécurité" au Centre d'étude de la démocratie, résumant les conclusions de l’Évaluation des menaces de la criminalité organisée en Bulgarie. A ses dires, les phénomènes des premières années de la transition démocratiques sont restés dans le passé. Il n'existe pas en Bulgarie de filières criminelles à hiérarchie bien structurée. On observe un phénomène d'adaptation des structures criminelles aux nouvelles réalités, ce qui signifie qu'elles constituent souvent la face cachée d'un business parfaitement légal. Pour venir à bout de ce fléau, l'Etat bulgare doit développer ses capacités d’enquête et de renseignement financier et documentaire.

Tous les articles

La Bulgarie défendra ses intérêts énergétiques au sein de l’UE

La Bulgarie respecte strictement les politiques et les priorités de l’UE dans le domaine de l’énergie mais se doit de trouver un équilibre entre ces dernières et ses propres intérêts nationaux car les centrales à charbon représentent des capacités de..

Publié le 24/01/20 à 18:50

D’ici 48 heures deux diplomates russes quittent la Bulgarie

Le 24 janvier l’ambassadeur de Russie accrédité à Sofia Anataolii Makarov a été convoqué au ministère bulgare des Affaires étrangères où lui avait été remise une note par laquelle un délai de 48 heures pour quitter la Bulgarie est accordé à deux..

Publié le 24/01/20 à 18:10

Les jeunes Bulgares ne sont pas orientés vers les professions plus sophistiquées

Nombreux sont les jeunes Bulgares qui après avoir terminé leurs études secondaires ne souhaitent pas travailler dans la production. Ils se voient plutôt engagés dans les secteurs des services. Le choix de ces derniers est le plus souvent orienté vers les..

Publié le 24/01/20 à 17:47