Radio nationale bulgare © 2020 Tous droits réservés

La démission du ministre de l’Ecologie préfigure-t-elle une tempête au gouvernement ?

Photo: BGNES

Les remous autour de la crise de l’eau qui a touché la ville de Pernik à proximité de Sofia ne s’apaisent pas. Des associations civiles et des partis de l’opposition s’attendent à ce que cette crise de l’eau s’approfondisse en touchant d’autres agglomérations dans le pays et critiquent l’absence de compétences de la part des gouvernants assortis de soupçons de corruption. Le Premier ministre Boyko Borissov se rend compte du sérieux de la situation et dans un désir de réduire les tensions a accepté la semaine dernière la démission du ministre de l’Ecologie et des Eaux Neno Dimov pour que ce dernier soit placé en garde vue et accusé de négligence économique. Entretemps on observe une avalanche de mécontentement à propos des infos sur des importations clandestines de déchets de l’étranger susceptibles vue les circonstances de générer de la corruption non seulement au sein du ministère de l’Environnement mais également dans les douanes et d’autres institutions gouvernementales. Selon des informations officielles, la Bulgarie a importé ces 5 dernières années 734 mille tonnes de déchets, y compris de déchets médicaux, pour qu’ils soient incinérés en Bulgarie. Le parquet s’occupe de cette affaire et des contrôles sont encore en cours pour vérifier si les déchets sont correctement importés. Après une inspection dans la ville de Pleven hier, le procureur général de la République Ivan Guechev lui-même s’est exclamé que « les citoyens bulgares, la société bulgare et la Bulgarie ne méritent pas d’être transformés en poubelle ou toilette”. Il semble évident qu’il y aura bientôt des révélations scandaleuses si on se rappelle les propos du procureur général ; « des évènements intéressants nous attendent » et que le parquet enquêtera sur tous les cas sans tenir compte du poste occupé par les soupçonnés.

C’est dans ces conditions-là que la Parti socialiste bulgare a annoncé son intention de déposer le 20 janvier au parlement une motion de censure contre le gouvernement. Les socialistes ont invité le Mouvement des droits et libertés, le parti “Volia” et les députés indépendants à des consultations sur cette question le 16 et 17 janvier. Il n’y a toujours pas de réponses à ces invitations, mais le MDL a laissé entendre qu’il se prononcera la semaine prochaine après avoir pris connaissance de la demande du PSB déposée dans le parlement. Cela indique que ce mouvement n’est pas prêt à coordonner à l’avance sa politique avec les socialistes contre le cabinet « Borissov 3 ».

Le PSB estime que si tous ceux qui ont été invités donnent leur soutien à la motion, il y aura une majorité de 124 voix « pour ». En théorie, l’opposition est capable de rassembler une majorité pour renverser le cabinet. Mais la pratique politique bulgare démontre qu’il n’a pas eu jusque-là une motion de censure qui ait été approuvée et que les trois déjà proposées contre le cabinet de Borissov pour ses échecs en matière de santé publique, de sécurité et de lutte contre la corruption ont été rejetées avec plus de 130 voix chacune.

La gouvernance de l’Etat traverse en ce moment une de ses crises les plus graves de l’avis de l’ex vice-président du parti GERB au pouvoir Tsvétan Tsvétanov. Il pense que si le gouvernement n’annonce pas prochainement les mesures pour surmonter la crise et si des élections anticipées sont à l’horizon, les résultats seront très graves pour les partis de la coalition au pouvoir.

Avant Neno Dimov, 8 ministres du cabinet Borissov ont déjà déposé leur démission sans que cela provoque des élections anticipées. Certains observateurs estiment qu’il en sera de même cette fois encore. Selon une information qui vient de tomber, le VMRO aurait proposé son candidat pour remplacer le ministre de l’Environnement qu'il soumettra au premier ministre Boyko Borissov. On verra dans les prochains jours dans quel sens va évoluer cette situation et quelles en seront les retombées, surtout pour ceux qui sont soumis à des restrictions d'eau…

 


Tous les articles

Le creusement des inégalités devient le principal facteur de pauvreté

« En 10 ans, les milliardaires à l’échelle mondiale ont doublé, et le gouffre entre les riches et les pauvres se creuse de plus en plus ». C’est ce qu’a déclaré à la Radio nationale bulgare le prof. Douhomir Minev de l'antenne bulgare du Réseau..

Publié le 21/01/20 à 12:47
Christo Panchougov

Un remaniement ministériel a éclipsé les déclarations politiques de la rentrée parlementaire

Un jour après l’inauguration de la session parlementaire le 15 janvier, les réactions dans les médias et du public à cet évènement démontrent que les intentions déclarées des partis politiques pour les prochains mois ont été éclipsées par le..

Publié le 16/01/20 à 11:39

Rentrée parlementaire: les forces politiques s'expriment...

En cette journée de rentrée parlementaire après les vacances de fin d'année, les principaux groupes politiques ont exposé leurs priorités politiques pour les mois à venir. Le parti GERB a tenu à souligner que les tensions intérieures et internationales..

Publié le 15/01/20 à 13:53