Radio nationale bulgare © 2020 Tous droits réservés

Dynamisme renforcé dans les rapports avec les USA au détriment de la Russie

Après la rencontre du premier ministre Boyko Borissov avec le président américain Donald Trump qui s’est tenue en novembre dernier, nous constatons un dynamisme renforcé dans les relations politiques entre les deux Etats. 

Rien qu'entre le 8 janvier et le 11 février 2020, soit en un peu plus d’un mois, des fonctionnaires haut placés de l’administration américaine sont arrivés à Sofia - l’assistant adjoint du secrétaire d’Etat de Washington, district de Columbia, Matthew G. Boyse, le vice-Secrétaire d'Etat adjoint des USA Matthew Palmer et le premier vice-Secrétaire adjoint au ministère des Finances des USA Paul Ahern. Le premier est en charge de l’Europe centrale, le deuxième répond des affaires européennes et eurasiennes et le troisième – de la coopération dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Un forum inexistant à ce jour dans le cadre des relations bilatérales bulgaro-américaines a été créé, intitulé "Dialogue stratégique au sommet", dans le contexte duquel les autorités au pouvoir des deux Etats devraient tenir leurs consultations sur des questions d’ordre global, régional et bilatéral.

Au cours de cette même période la ministre bulgare de l’Energie Téménoujka Petkova a effectué une visite aux USA. C’est de là-bas qu’elle a déclaré que la Bulgarie diminuerait de 50% la consommation de gaz naturel russe dès l’année en cours. Sofia s’est décidée à cette démarche indépendamment du fait que l’accord réglementant les livraisons de gaz russe signé avec le géant russe « Gazprom export » soit en vigueur jusqu’en 2022, et ceci après d’insistantes recommandations de la part des USA portant sur la nécessité pour la Bulgarie de diversifier ses fournitures de gaz. La réduction des livraisons de gaz russe sera compensée par des importations de gaz azéri, ainsi que par l’importation de gaz liquéfié via la connexion gazière avec la Grèce qui sera finalisée au cours de cette année.

Dans le contexte de ce dynamisme renforcé dans les rapports bilatéraux avec les USA un événement assez inhabituel s’est produit, qui a eu de sérieux impacts sur les relations bulgaro-russes. C’est notamment le Secrétaire d’Etat des USA Mike Pompeo qui a déclaré en personne qu’une interdiction d’entrée sur le territoire américain avait été imposée au juge du Tribunal pénal spécialisé Andon Mitalov pour des raisons de corruption. Ce même magistrat aurait récemment autorisé le président du mouvement bulgare « Russophiles » Nikolai Malinov qui fait l'objet d'un chef d’accusation, à se rendre à Moscou pour se faire décorer par le président Vladimir Poutine de l’ordre « Amitié ».

Le dernier développement des relations bulgaro-américaines ne laisse pas indifférents les responsables moscovites, vu certaines déclarations de leur ambassadeur Anatolii Makarov. Le diplomate s’est dit surpris devant des journalistes de la décision des USA de déclarer Mitalov « persona non grata » et a rappelé que chaque personne était innocente jusqu’à preuve du contraire. Quelques heures plus tard, dans une interview accordée à "Free Europe" le vice-Secrétaire d'Etat adjoint des USA Matthew Palmer a assuré que les USA sont prêts à fournir si besoin est de l’information à la Bulgarie concernant le cas « Mitalov ». Il est bien visible que cette affaire est bien suivie aussi bien par les USA que par Moscou. 

A une question journalistique de savoir si la Bulgarie se trouve en réalité sur la ligne du front dans ses rapports entre la Russie et les USA, l’ambassadeur Makarov a répondu que son pays ne menait sur le territoire bulgare aucun combat ni contre les Américains, ni contre qui que ce soit. Interrogé sur une éventuelle visite en Bulgarie du président Vladimir Poutine, le diplomate a déclaré qu’une pareille visite ne serait pertinente que si la signature d’accords concrets ou de projets était prévue. C’est ainsi que l’ambassadeur de Russie a fait comprendre qu’aucune évolution concrète n’avait pas été observée ces derniers temps dans les rapports entre la Bulgarie et la Russie. Il est toutefois possible de s’attendre à ce qu’un développement des relations bulgaro-russes se produise car Makarov a ajouté qu’on était en train d’examiner une possible venue en Bulgarie du ministre russe des Affaires étrangères, Serguey Lavrov. Quand dans les relations entre deux Etats il existe de nombreux problèmes, il est logique que des solutions soient recherchées dans le cadre de la diplomatie.



Tous les articles

La vie des Britanniques en Bulgarie après le Brexit…

Après avoir été membre de l’Union européenne pendant 47 ans, la Grande-Bretagne a officiellement quitté l’Union le 31 janvier dernier. A la fin de 2020 l’Union européenne perdra un des trois plus importants contributeurs dans le..

Publié le 11/02/20 à 12:34

Le CETA soulève des questions aux réponses ambiguës

C'est par 110 voix „pour“ , 98 „contre“ et 7 „abstentions“ que le Parlement bulgare a adopté récemment en première lecture le projet de loi de ratification d traité commercial bilatéral de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada (CETA)...

Publié le 11/02/20 à 11:57

L’intervention de Roumen Radev divise l’opinion publique en Bulgarie

L’intervention d’hier dans laquelle le président de la République Roumen Radev a annoncé retirer sa confiance du gouvernement fait aujourd’hui la une de tous les quotidiens bulgares. Sous le titre «  La guerre froide devient chaude  », le..

Publié le 05/02/20 à 13:46