Radio nationale bulgare © 2020 Tous droits réservés

COVID-19 : entre psychose et ignorance…

Photo: BGNES

L’épidémie du coronavirus qui est partie de Chine pour se propager même en Europe, préoccupe les gens et une partie du business en Bulgarie. Bien qu’on n’ait toujours pas détecté de Bulgares infectés, les gens prennent des mesures pour se protéger. La pénurie de masques dans les pharmacies bulgares est une preuve de ce phénomène. Le président de l’Association des propriétaires de pharmacies en Bulgarie, Nikolay Kostov, a expliqué au micro de la radio nationale que la raison pour laquelle on ne trouvait plus de masques se cache dans le fait que le plus grand producteur de ces masques, la Chine, n’arrive à satisfaire pour le moment que ses propres besoins et que les exportations vers d’autres pays sont pratiquement interdites. Dans une interview à la Radio nationale bulgare, l’épidémiologiste Bojidarka Kayrakova* a conseillé aux Bulgares qui envisagent des voyages dans des régions touchées par l’épidémie de faire attention à leur hygiène personnelle - Pour le virus, les yeux, le nez et la bouche sont des portes d’entrée et c’est pour cette raison que l’hygiène des mains est aussi importante ». Il serait également bon d’éviter les contacts personnels avec d’autres personnes déjà infectées.

Une enquête révèle que l’attitude des jeunes par rapport à la maladie est différente. Certains se moquent des infos sur le COVID-19 en expliquant qu’il s’agit d’une nouvelle psychose de masse. D’autres cependant sont d’un avis contraire :


Nous sous-estimons un peu le risque, alors que la santé est la première chose à surveiller et préserver. D’autre part, on se rappelle qu’il y a quelques années, il y a eu aux USA une psychose de masse à propos de l’anthrax qui s’est relativement dissipée. A cette époque, les gens avaient peur de voyager aux USA. Reste la grande question de savoir de quelle manière est apparue cette nouvelle maladie. “Je suis quelqu’un qui croit dans les théories du complot et rien de ce que nous avons vu ou vécu n’est dû au hasard. Il n’est pas normal de recenser autant de victimes d’un virus que personne n’arrive à stopper » - nous confie une jeune dame.

Un autre problème de l’information donnée à la population concerne les premiers symptômes de la maladie. Ces infos ne sont pas suffisantes ce qui pourrait provoquer des complications.

„En fait, je crois que je suis plutôt mal informée. Je présume que les symptômes sont identiques à ceux de la grippe », confie une femme bulgare. Je m’efforce de respecter une excellente hygiène personnelle. Je crois que c’est la clé permettant de se protéger de toutes les maladies contagieuses. Je suis également préoccupée pour la santé publique. “

Si on a des doutes au sujet du coronavirus, il faut savoir que pour passer des tests, il faut avoir les symptômes typiques sinon les échantillons seront négatifs. Les symptômes les plus courants sont la hausse de la température et ceux typiques du début d’une pneumonie, mais afin de réduire au minimum le risque de diagnostic erroné, il est recommandé même dans le cas de symptômes qu’on croit insignifiants de consulter. Souvent on a tendance à ignorer ce conseil et c’est probablement une des raisons pour les statistiques alarmantes selon lesquelles plus de 50% des Bulgares ne sont jamais allés chez leur docteur en 2017. La réponse à la question de savoir si on se rend souvent chez son médecin traitant est une autre preuve:

„Je le fais régulièrement car j’ai une maladie chronique, reconnaît une des participantes à l’enquête. Quand il s’agit toutefois de virus et de rhume, je n’y vais pas souvent. Je prends des mesures préventives en recourant aux remèdes de grand-mère que j’utilise pendant toute l’année. C’est ainsi que je veille à ce que je sois en assez bonne santé afin d’être en mesure de travailler. »


La déclaration de l’ambassadeur de chine à Moscou Zhang Hanhuey a donné quelques espoirs, car il estime que le rythme de vie normale sera rétabli d’ici la fin du mois ou le mois prochain, même dans le foyer de la contagion, la ville de Wuhan, centre administratif de la province de Hubei. Ce qui sera possible grâce au vaccin mis au point en Chine contre le coronavirus qui a toutefois besoin d’un certain temps pour être testé.


*Bojidarka Kayrakova, directrice de la Direction “Contrôle des maladies contagieuses” de l’Inspection sanitaire régionale de la Ville de Sofia

Photos: BGNES et co.china-embassy.org

Tous les articles

Гимназия “Райна Княгиня”

La crise du coronavirus a fait jaillir de nos cœurs la compassion et la bonté

Habitués à voir dans notre quotidien des visages tristes et froids, l’indifférence à l’égard de ceux qui ont besoin de compassion, les réactions de nervosité et d’intolérance, en ces jours d’épreuves nous affichons de plus en plus souvent la..

Publié le 30/03/20 à 11:20

COVID-19 : les bons désinfectants et leur usage…

Dès le début de la pandémie du coronavirus, les Bulgares se sont rués dans les pharmacies pour acheter des gels hydro-alcooliques et autres désinfectants afin de se protéger. Les stocks ont été   rapidement épuisés, même si d’après les..

Publié le 27/03/20 à 13:35

Pavel Mitkov nous invite à dessiner contre le virus !

La pandémie du nouveau coronavirus modifie notre mode de vie – nous devons rester à la maison et limiter nos contacts sociaux. Nous sommes dans le même temps submergés de part et d’autre par les médiaux sociaux d’informations inquiétantes,..

Publié le 27/03/20 à 13:01