Radio nationale bulgare © 2020 Tous droits réservés

Stoyan Yorgov, le collectionneur d’histoires qui regarde le monde dans l’objectif de sa camera

Photo: Diana Tsankova

Stoyan Yorgov décide de se présenter au public en noir et blanc – cette lumière particulière qui fait vibrer l’air torride du désert et la peau frissonne de la fraîcheur salée de l'eau de l'océan.

L’artiste rassemble pour les présenter ses tableaux photographiques dans la galerie d’art « Raccourcis » de Sofia sous le nom de “18% Gravity”. Il est inspiré pour ses tableaux par les skateurs de la plateforme en béton de Venice Beach en Californie et leurs constants efforts de surmonter la gravitation. « J’ai associé la camera avec la carte qui ajuste le système de mesure de l’appareil photo de manière à ce que à certaines conditions de la lumière la scène paraisse à 18% grise ”, explique l’auteur. Le littoral riche en couleurs et rayons du soleil est dissout dans la brume afin de donner plus de consistance aux objets photographiés.


“Les photos sont éternelles quel que soit le moment de la journée quand elles ont été faites – certaines de ces photos sont plus foncées, d’autres sont plus claires – évoque Stoyan Yorgov. Je les photographie avec beaucoup de spontanéité ces skateurs. Le sentiment qu’on éprouve par rapport à cette plateforme et comme celui à l’égard d’une grande sculpture. A ce bel endroit le temps change vite, surtout entre mars et juin, une période qu’on appelle June Gloom. C’est alors que la chaleur du désert repousse les brouillards et le froid dans l’océan et tout est magnifique. J’aime beaucoup cet endroit pour y faire des photos.”


Stoyan Yorgov habite depuis 26 ans à Los Angeles. Après un court séjour en Allemagne et des observations et impressions personnelles des groupes criminels et des bandits dans son pays natal, il décide de quitter la Bulgarie. Peu après il escalade la clôture à la frontière entre le Mexique et les USA. Peintre de formation et de vision du monde, il est avare en propos sur sa vie de l’autre côté de l’océan et il jette un regard comme avec un kaléidoscope sur un tableau donné qui a été inspiré par le hasard.

A l’âge de 31 ans, à l’époque du totalitarisme, il entre en conflit avec les autorités bulgares en matière de ressources humaines. En pleine campagne d’assimilation de la minorité turque dans le pays quand on change par la force leurs noms il raconte une innocente à première vue anecdote. Cela cependant n’empêche pas un collègue du théâtre de marionnettes de Sliven où il travaille comme peintre de le trahir en racontant l’histoire à la secrétaire du parti communiste dans le théâtre. Il est immédiatement viré. Aujourd’hui Stoyan Yorgov ne garde qu’un seul souvenir dans son cœur de cette époque – celui de l’impitoyable à l’égard de tous les gens aux intentions malveillantes scénariste Nédélcho Nédélchev de qui il apprend qu’il ne faut jamais mentir les enfants.


Quand il traverse au risque de sa vie la frontière vers le monde libre, Stoyan Yorgov ne possède pas une grande quantité d’objets matériels de sa patrie – parmi eux 56 pellicules photo. C’est ainsi que son amour pour la photographie des années scolaires, les mystères de la chambre noire et les moments d’attente que les films soient développés dirigent de nouveau ses destinées. Il décide tout simplement un jour de sortir dans la rue avec son vétuste appareil photo et de se laisser à la vie pour se faire surprendre par des visages, des mouvements, de la paix.

“Je photographie beaucoup dans la rue mais je ne suis pas exactement un street photographier – explique Stoyan Yorgov. Je dirais que mes œuvres sont de la photographie documentaire. Cela fait déjà longtemps que je rassemble des photos qui a première vue ne sont pas très intéressantes du point de vue des histoires qu’elles reflètent et qui devraient être facilement compréhensibles. Mais j’envisage de faire un jour une exposition justement de ces photos-là et laisser les spectateurs imaginer tous seuls leurs sujets.”


Depuis deux ans, l’artiste réside principalement en Bulgarie. En ce moment il prépare un livre avec des histoires qui lui sont arrivées à Los Angeles, mais il n’en dit pas davantage. Et il continue toujours de se promener muni d’un appareil photo. Sa patrie a –t-elle changé vue avec l’objectif et à travers les émotions, les rêves et les souvenirs ?

“Non – est-il persuadé. – Tout est à sa place et je découvre chaque jour de nouvelles choses. La Bulgarie est un pays incroyable vue à travers l’objectif de la camera et vue à travers les souvenirs. Je l’aime – ça c’est sûr. Et il n’y a pas de « mais ». Je souhaite qu’un jour tout le monde puisse voir mon pays à ma manière. En fait, je connais beaucoup de gens qui aiment notre pays et c’est un grand plaisir de s’asseoir avec eux et d’en parler. Parfois certains disent que c’est parce que j’habite ici, mais ce n’est pas vrai.”



Photos : Diana Tsankova

Tous les articles

Un festival de graffitis redessine le passage à niveau de la Gare centrale à Sofia

GRAFF EXPRESS arrive à la Gare centrale de Sofia dans le but de décorer de fleurs et de messages l’espace urbain, 8 graffiti artistes bulgares travailleront pour la première fois dans le passage souterrain en suivant une conception spéciale..

Publié le 08/08/20 à 06:30

Des tableaux de Vladimir Dimitrov – le Maître ressuscitent grâce à un projet numérique

Pour nous autres, Bulgares, les peintures de Vladimir Dimitrov – le Maître traversent notre vie comme un souvenir de notre enfance et une inoubliable leçon de patriotisme. C’est probablement le peintre bulgare le plus reconnu qui nous..

Publié le 28/07/20 à 11:05

"Cinémanie estivale– Bansko” présente des paysages inaccessibles à couper le souffle

Les amateurs de la beauté extrême de la nature pourront suivre pendant trois soirées consécutives du 23 au 25 juillet une sélection des meilleurs films du « Bansko Film Fest 2019 », a annoncé la correspondante de la RNB Keti Trencheva, A..

Publié le 23/07/20 à 12:44