Radio nationale bulgare © 2020 Tous droits réservés

Lady Strangford, une Anglaise qui aimait la Bulgarie…

4
Lady Strangfond en visite à l'hôpital de Karlovo

Au lendemain de l’étouffement sanglant de l’Insurrection d’Avril en 1876, d’illustres hommes publics européens lancent une campagne en faveur de la population bulgare martyrisée. Et parmi eux se détache une femme, Emily Anne Beaufort, épouse Strangford, une illustratrice, écrivaine et infirmière britannique qui arrive en Bulgarie pour y ouvrir 6 hôpitaux et des moulins pour aider les Bulgares après l'Insurrection bulgare d'avril 1876 qui a précédé le rétablissement de la Bulgarie. Il y a des rues qui portent son nom et des expositions permanentes du musée à son sujet en Bulgarie. Un de ces hôpitaux se trouvait au village Radilovo que les habitants reconnaissants ont transformé еn un musée, dédié à leur bienfaitrice. La conservatrice du musée, Maréna Vatchkova nous en dit plus :

„Avant d’épouser le vicomte de Strangford, Emily Anne Beaufort fait partie de la haute société britannique. Son père est amiral. Née en 1826, elle adore voyager. En 1858, elle part en voyage avec sa sœur aînée en Égypte. Le livre qu'elle écrit, Sépulcres égyptiens et Sanctuaires syriens est dédié à sa sœur, et décrit les endroits qu'elle a visités en Syrie, au Liban, en Asie Mineure et en Égypte avec de belles illustrations basées sur ses croquis de son voyage.

L'ancien hôpital de lady Strangford à Radilovo, transformé en musée

Les éditions « Strangford » reçoivent une critique de son livre et c’est ainsi qu’elle rencontre son futur époux, Percy Smythe, 8e vicomte Strangford qui dans sa carrière de diplomate à Constantinople a eu l’occasion de connaître la Bulgarie et venait en aide à de nombreux Bulgares. Malheureusement, il décède avant l’Insurrection d’avril mais lègue à son épouse l’amour des Bulgares qui organise une campagne de bienfaisance en Angleterre avant de décider de venir en Bulgarie.

„Elle entreprend un voyage dans le Sud de la Bulgarie et c’est ainsi qu’elle se retrouve dans notre village, complètement incendié par les Turcs. Elle décide d’y ouvrir des hôpitaux, à Radilovo, mais aussi à Batak, Pérouchtitsa, Panagurichté, Karlovo et Pétrich, poursuit son récit Maréna Vatchkova. – Elle réussit à trouver des médecins et des infirmières, autant de volontaires de l’étranger, qui arrivent et forment les équipes de soignants des hôpitaux. Lady Strangford était très attachée à ses établissements de soins qui fonctionnaient aussi comme des soupes populaires. Et comme elle n’avait pas d’enfants, elle a permis à des centaines d’orphelins bulgares de trouver des parents adoptifs à l’étranger. “

Lorsqu’elle quitte définitivement la Bulgarie, elle a adopté 6 enfants bulgares, des filles, qu’elle emmène en Angleterre leur offrant une bonne éducation, avant de les laisser revenir en Bulgarie où elles travaillent comme institutrices. 

En 1887, Emily Strangford lève des fonds pour construire un hôpital au Caire. Mais en toute pour la cérémonie officielle de son inauguration, elle meurt à bord du navire qui la transporte…Mais une partie de son cœur reste à jamais en Bulgarie…

Crédit photos : Musée de lady Strangford à Radilovo

Galerie

Tous les articles

Victor Topalov lève le voile sur les mystères de Sofia

Le projet « The Bohemian Sofia » (Sofia ou la vie de bohème) du jeune juriste Victor Topalov a radicalement changé la manière dont les gens habitant la capitale percevaient leur propre ville, en leur permettant notamment d’y voir non pas..

Publié le 25/11/20 à 11:26

Ephéméride : l’Eglise célèbre Saint Alexandre Nevski

Le 23 novembre, l’Eglise orthodoxe commémore le saint Alexandre Nevski. C’est une double fête parce que la cathédrale, qui porte son nom Saint –Alexandre Nevski , située au cœur de Sofia et qui sert d’église au patriarche de Bulgarie a aussi sa fête. Le..

Publié le 23/11/20 à 08:00
Une des premières images des séquelles de la peste en Europe date de 1349. Des gens portent les cercueils des victimes de la maladie dans la ville belge Tournai

L'épidémie de choléra au 19e siècle avait imposé l’ouverture en Bulgarie des premières structures d'isolement

La peste, la variole, le typhus, la tuberculose, le choléra….Plus tard la grippe espagnole et aujourd’hui – le coronavirus…Les épidémies sur les terres bulgares se propagent de manière dévastatrice. Elles ont de sérieux impacts non seulement sur..

Publié le 22/11/20 à 06:00