Radio nationale bulgare © 2020 Tous droits réservés

Une Bulgare en Italie écrit des contes pour les enfants bulgares à travers le monde…

Margarita Lazarova: „C‘est surtout notre langue qui nous manque à l’étranger“

Les Bulgares sont des gens adaptatifs qui peuvent vivre et travailler à n’importe quel endroit à travers le monde. Ce qui ne nous empêche pas d’éprouver de la nostalgie pour notre pays « perdu » et nous mettre à la recherche de tout ce qui est bulgare, indépendamment s’il s’agit de contacts directs avec nos compatriotes ou bien de l’accès à des livres en langue bulgare ou de la nourriture bulgare.

C’est une telle nostalgie qu’éprouve en Italie du sud notre compatriote Margarita Lazarova. Elle s’y rend pour quelque temps au début, car ayant perdu son travail de comptable en Bulgarie, mais y reste finalement 20 ans. Ce qui ne l’empêche guère d’entretenir des contacts étroits avec son pays et ses amis. Margarita cherche des contacts avec des Bulgares qui se sont installés pour vivre sur la Péninsule apennine. Elle nous raconte que la plupart des Bulgares s’y sont rendus dans le but de gagner plus d’argent pour aider leurs parents en Bulgarie. Selon elle, en Italie les Bulgares se démarquent des autres étrangers principalement par leur honnêteté, modestie et compassion. 


Ce qui manque le plus aux Bulgares résidant à l’étranger c’est la langue bulgare, elle-même – affirme Margarita. C’est à ce moment qu’elle commence à écrire des contes de fées qu’elle-même a inventés dans son enfance. C’est ainsi que dans dix apparaît son livre pour enfants qui raconte les aventures de « Troptcho et l’oreille qui parle ». Les belles illustrations des contes sont l’œuvre du jeune dessinateur Vesselin Tchakarov qui présente les héros exactement de la manière dont Margarita les avait décrits.  


Sur la couverture de mon livre est représentée la charrette typique bulgare – un âne et un enfant sur la charrette. Ce sont des contes qui nous font remonter dans le passé. J’ai voulu revenir aux racines des Bulgares, à la beauté, à l’honnêtetéexplique Margarita Lazarova intervenant sur Radio Bulgarie. – Nos jeunes en ont besoin. J’ai commencé à écrire quand j’éprouvais une forte nostalgie pour mon pays. Je ne le croyais pas au début mais je peux dire déjà que ce livre a eu beaucoup de succès et a fait le tour du monde. Ont pu s’en servir de petits Bulgares en Grande-Bretagne, aux USA, en Allemagne et dans toute l’Europe, ce qui me réjouit beaucoup ! Pourvu que les gens lisent de plus en plus dans leur propre langue. Mon deuxième livre pour enfants sera publié tout prochainement. En même temps j’écris également des récits concernant les difficultés auxquelles se heurtent tous les jours les émigrés bulgares ici, difficultés qui ne se voient pas de l’extérieur.

Margarita déclare que les Bulgares qu’elle rencontre à l’étranger sont conscients de devoir s’affirmer à travers leur travail, ce qui les oblige de faire de leur mieux.

Certains pensent qu’à l’étranger il y a du tout et qu’on y vit très bien mais ce n’est guère vrai. La nostalgie nous entoure. C’est pourquoi nous autres Bulgares, nous nous réunissons souvent, parlons et faisons la fête ensemble. Ici nous avons tous le même sort. Un enfant d’une famille des minorités a été récemment admis à l’université. Nous tous, nous partageons la joie de sa famille car c’est un succès d’un enfant bulgare. Si quelqu’un de nous a des problèmes, nous nous organisons tous pour l’aider.

Photos : archives

Tous les articles

La "Nuit européenne des chercheurs" en format virtuel avec une possibilité élargie de participation

Des institutions éducatives de 25 villes du pays dont Sofia, Plovdiv, Stara Zagora, Roussé, Varna prennent part au programme de la « Nuit européenne des chercheurs » 2020. En raison de la pandémie mondiale du Covid-19 l’événement aura lieu..

Publié le 27/11/20 à 08:52

25 novembre: Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

Le 25 novembre, le monde entier marque la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Cette date a été proclamée par l’Assemblée générale de l’ONU en décembre 1999. A cette occasion l’organisation mondiale..

Publié le 25/11/20 à 13:51

Le tabagisme et l'air pollué augmentent le risque du Covid-19

Des photos prises par satellite sur le niveau de pollution de l’air en Europe donnent des preuves sur le lien entre l’air pollué et la gravité des cas de Covid-19. „Les zones les plus polluées coïncident de manière précise avec les régions où au..

Publié le 24/11/20 à 14:35