Radio nationale bulgare © 2020 Tous droits réservés

L'épidémie de choléra au 19e siècle avait imposé l’ouverture en Bulgarie des premières structures d'isolement

Une des premières images des séquelles de la peste en Europe date de 1349. Des gens portent les cercueils des victimes de la maladie dans la ville belge Tournai

La peste, la variole, le typhus, la tuberculose, le choléra….Plus tard la grippe espagnole et aujourd’hui – le coronavirus…Les épidémies sur les terres bulgares se propagent de manière dévastatrice. Elles ont de sérieux impacts non seulement sur la démographie, mais carrément sur la marche de l’histoire. Tel en est le cas de la peste noire. La maladie la plus dangereuse ayant fait le plus de victimes dans l’histoire de l’humanité et dans une grande mesure ayant provoqué la conquête de la Bulgarie par les Turcs. Au 14e siècle cette maladie fait d’innombrables victimes au sein de la population bulgare. L’Etat perd sa puissance et son dernier tsar Ivan Chichman n’a aucune chance de s’opposer à l’Empire ottoman.

Des millions de Bulgares perdent leurs vies dans ces temps épidémiques. Ces maladies avaient tué des familles entières et dévasté des villages entiers. Au Moyen Age ces infections dangereuses avaient plutôt été conçues comme « volonté de Dieu », raison pour laquelle les médecins ne faisaient pas de grands efforts pour les affronter – déclare l’historien Roumen Ivanov. – A un moment donné la quarantaine avait constitué le seul moyen de limiter leur propagation. Des documents qu’on trouve dans la Bibliothèque nationale montrent clairement que pendant le joug ottoman, le Sultan émettait souvent des firmans décrétant d’exiler des villages entiers et de placer en quarantaine les malades dans des immeubles spécialement construits à cette fin.

Des images de malades de peste bubonique dans une bible du 15e siècle

Témoignent également des victimes les inscriptions sur les pierres tombales comme par exemple celle d’une jeune femme : « Sa mort avait été provoquée par la peste. N’oublie jamais la mort ».

Надгробен паметник на починал от чума (началото на 19 век) от Пловдив

Des archéologues ont découvert à maintes reprises lors de leurs fouilles des vestiges de fosses communes de malades de la peste ou de la variole. A l’époque on avait l’habitude d’y mettre de la chaux et beaucoup de terre dessus afin que l’infection ne puisse continuer de se propager.

Au fil du temps la médecine commence à se développer à des rythmes plus rapides et les gens ne se sentent plus si impuissants face aux maladies. Quand le choléra envahit les terres bulgares aux 18-19e siècles, les autorités prennent des mesures décisives. 

Des centres de quarantaine sont créées à la frontière le long du Danube, dans lesquelles sont placés des étrangers arrivant sur nos terres depuis l’Europe occidentale. Les archives racontent que le romancier et conteur danois Hans Christian Andersen qui est arrivé en bateau à Roussé n’a pu descendre dans cette ville car dans son carnet santé on n’avait pas marqué s’il avait déjà été malade ou non du choléra.

Pierre tombale d’une victime de la peste (début du 19e siècle), Plovdiv

A l’époque de l’épidémie du choléra au 19 siècle, les autorités créent également les premières cellules de crise, des directeurs de la santé étant également nommés et chargés de faire le tour des villes et des villages et de sanctionner tous ceux qui ne respectaient pas la distanciation sociale. Les personnes contaminées avaient été isolées, des quartiers entiers avaient été confinés. La grippe espagnole de 1918-1919 n’épargne pas, non plus, la Bulgarie.

Il s’avère cependant que dans cette partie de la région des Balkans les vagues mortelles de grippe et autres infections avaient également sévi beaucoup avant ces dates. Il existe de nombreux documents témoignant de la présence de sérieuses épidémies de grippes au cours de la période de l’Empire ottoman aux 15-16e siècles lors desquelles des milliers de Bulgares avaient perdu leur vie – affirme Roumen Ivanov. Mais quand la grippe espagnole envahit le pays, l’Etat bulgare prend de très sérieuses mesures sanitaires, se fondant sur son expérience de la lutte contre le choléra. La grippe espagnole tue sur le territoire bulgare entre 300 et 400 mille personnes – ce qui représente déjà un sérieux pourcentage par rapport à toute la population qui est alors évalué à environ 2 millions d’habitants ! » - conclut l’historien.

Photos : Archives personnelles

Tous les articles

Victor Topalov lève le voile sur les mystères de Sofia

Le projet « The Bohemian Sofia » (Sofia ou la vie de bohème) du jeune juriste Victor Topalov a radicalement changé la manière dont les gens habitant la capitale percevaient leur propre ville, en leur permettant notamment d’y voir non pas..

Publié le 25/11/20 à 11:26

Ephéméride : l’Eglise célèbre Saint Alexandre Nevski

Le 23 novembre, l’Eglise orthodoxe commémore le saint Alexandre Nevski. C’est une double fête parce que la cathédrale, qui porte son nom Saint –Alexandre Nevski , située au cœur de Sofia et qui sert d’église au patriarche de Bulgarie a aussi sa fête. Le..

Publié le 23/11/20 à 08:00

Ephéméride : Présentation de la Vierge au Temple et Journée de la famille chrétienne

Le 21 novembre est célébrée la fête de la Présentation de la Vierge au Temple. C’est l’une des 12 grandes fêtes chrétiennes célébrées aussi bien par les orthodoxes que par les catholiques. La Présentation de la Vierge au Temple est le jour où Marie, âgée..

Modifié le 21/11/20 à 10:38