Radio nationale bulgare © 2021 Tous droits réservés

Le cinéma bulgare souffle ses 106 bougies…

Journée du cinéma bulgare

Alexandre Alexiev : "Les succès de Maria Bakalova et de Théodore Ushev sont deux exemples très motivants pour notre société"

Plan-séquence du film bulgare "Balgaran est galant"
Photo: archives

Le 13 janvier 1915 a lieu la première projection du premier long-métrage bulgare : « Balgaran est galant ». Le réalisateur de la comédie muette est Vassil Guendov qui joue également le rôle de Balgaran.


Le film de fiction n’est pas conservé sur une bande, car, selon la version officielle concernant la destruction de toutes les copies du long métrage de Guendov,il est supposé que lors des bombardements des années 40 du XXe siècle, sa maison à Sofia avait été brûlée avec tout ce qu’il y avait eu à l’intérieur. D’après une autre version, après 1944 le nouveau pouvoir aurait détruit tout à fait sciemment ses archives. Quelle que soit la vérité, la date de la première projection de ce film a été proclamée Journée du cinéma bulgare.

Au cours de l’année 2020 qui vient de s’écouler, comme toutes les autres sphères de la vie sociale, le cinéma a également souffert sérieusement de la pandémie du Covid-19. Les mesures antiépidémiques ont imposé la fermeture des salles de cinéma, ce qui a favorisé la diffusion agressive des streaming plateformes ayant rapidement rempli la niche du cinéma réel. 

Le fait que nous ne puissions nous rendre au cinéma aujourd’hui est bien triste car cela nous prive de la possibilité de plonger dans un espace spirituel magnifique – a déclaré dans une interview accordée sur Radio Bulgarie l’acteur et réalisateur bulgare Alexandre Alexiev : 


D’autre part nous nous devons de reconnaître que nous avons maintenant accès à des films de qualité que nous pouvoir regarder par le biais des dites plateformes de streaming vidéo. Cette façon de regarder des films est très confortable bien que j’espère que le cinéma réel ne disparaisse jamais  et que les gens qui aiment vivre leurs émotions dans les salles de cinéma y retournent bientôt. Il est cependant très important qu’en ce moment de crise nous avons quand-même une alternative qui nous permet d’étancher notre soif spirituelle.

Au tout début de la nouvelle année nous avons eu deux occasions d’être fiers des succès réalisés par deux de nos artistes talentueux – Théodore Ushev s’est vu occuper la première place du classement des plus importantes figures dans le cinéma d'animation mondial au cours du dernier quart de siècle, l’actrice Maria Bakalova ayant de son côté été distinguée du prix du meilleur second rôle féminin par la Société nationale des critiques de cinéma des États-Unis pour son jeu dans le film "Borat". Aux dires d’Alex Alexiev, par ses réussites artistiques Bakalova arrive à ouvrir le chemin vers Hollywood non seulement d’une bonne partie des acteurs bulgares mais aussi d’acteurs est-européens.


Pour sa part Théodore Ushev doit son succès à son travail assidu et dévoué et à son long et difficile parcours professionnel : 

Dans ce sens ce sont deux exemples différents mais très motivants. Ils devraient nous servir de preuve que tout cela est faisable et que leurs succès sont réalisables. Nous devons donc nous tenir prêts pour ne pas rater notre chance.

Pour ce qui est des succès du long-métrage bulgare avec des répercussions mondiales, l’acteur se dit plutôt sceptique.


C’est très difficile étant donné que notre marché est trop petit, l’intérêt et la demande de films bulgares de fiction de la part du public international n’étant pas, non plus, suffisamment important et exprimé clairement. Sinon, il y a des films qui sont tournés en Bulgarie et qui remportent du succès à l’étranger. Il s’agit notamment des réalisateurs Stefan Komandarev, Petar Valtchanov, Christina Grozéva, Yana Titova, entre autres.

Au cours des quelques dernières années nous sommes témoins d’un changement cardinal intervenu dans nos idées concernant les feuilletons télévisés. Il est déjà tout à fait normal de dépenser tout un budget d’un long métrage pour le tournage d’un seul épisode d’une série télévisée. Même si ces faits nous font rêver qu’un jour se réalisera en Bulgarie une production d’envergure dont la diffusion à travers le monde sera impatiemment attendue, nous ne devons aucunement sous-estimer le succès qu’a eu la série « Sous couverture ». Ses quatre saisons sont à ce jour vendues et regardées dans plus de 142 pays, auxquels s’ajoutera bientôt l’Allemagne. 

Cette année la Journée du cinéma bulgare sera célébrée de manière non traditionnelle. Dans le fuseau horaire 16h00 – 24h00 sur la plateforme de streaming vidéo pourraient être visionnés gratuitement 16 documentaires et 23 long métrages bulgares tournés au cours des quelques dernières années.

Photos : archives, БНТ, Boryana Pandova, Facebook /Maria Bakalova, Alexandre Alexiev

Tous les articles

Sofia aura son nouveau parc archéologique

Un   deuxième parc archéologique sera ouvert d’ici la fin de l’été à Sofia. Il se trouvera près du centre-ville dans le quartier de Lozenets et le terrain sur lequel il sera aménagé a été sauvé des intentions d’investissements dans des..

Publié le 18/04/21 à 07:45

Une exposition numérique sur la vie et les activités de Rakovski

A l’occasion des 200 ans de la naissance de Gueorgui Rakovski, une exposition en ligne à Roussé présente des documents peu connus sur la vie et les activités du révolutionnaire. La direction du district de la ville sur le Danube précise que..

Publié le 17/04/21 à 10:00

200 ans de la naissance du génie de la révolution bulgare Gueorgui S. Rakovski

Le 14 avril est la date de naissance d’une des personnalités les plus éminentes de la Renaissance, le révolutionnaire et premier idéologue de la lutte pour la libération de la Bulgarie Gueorgui Stoykov Rakovski. Il est difficile de trouver une..

Publié le 14/04/21 à 07:30