Radio nationale bulgare © 2021 Tous droits réservés

Les nombreux métiers de Miléna Ivanova…

« Une fois banquier, banquier pour la vie» disent les hommes d’affaires. Miléna a réussi à démentir cette constatation même si elle a toujours été en mesure de se vanter d’une remarquable carrière financière internationale car vendant et achetant pendant de longues années des banques, ainsi que s’occupant du commerce d’actions et d’autres titres de valeur. Miléna a fait ses études secondaires au lycée de langues étrangères de sa ville natale, Véliko Tarnovo, et s’est ensuite formée à l’Université d’économie mondiale et nationale de Sofia. En 1997 elle part pour les USA.

Pendant que je faisais mes études en Bulgarie, j’avais une enseignante américaine qui n’arrêtait pas de répéter : « Votre suivant pas doit être le « Master Business Administration » (MBA) dans une Ecole supérieure qui fasse obligatoirement partie des dix meilleures écoles dans le monde ». J’ai décidé de suivre ses conseils. En 2003 j’ai été admise à INSEAD – France qui fait partie du « Top 5 » des écoles de business administration dans le monde.


J’y ai terminé mes études et j’ai trouvé un job à Vienne. Peu après je me suis retrouvée à Londres, sur le marché d’actions bancaires pour l’Europe centrale et orientale, vendues sur la bourse des valeurs. C’est là-bas que je me suis vue offrir une proposition attractive venant d’une banque du Kazakhstan. J’ai été par la suite transférée à la centrale de cette même banque à Moscou. J’y assumais les fonctions de directrice adjointe du département d’études des actions et des obligations. Il y avait 120 fonctionnaires, nous avions des succursales en Afrique du sud, au Nigéria, au Kenya, et bien évidemment à Londres, Moscou, au Kazakhstan. J’étais donc obligée de rester en contact permanent avec des investisseurs du monde entier. En l’espace d’un an seulement, nous avons malheureusement été tenus de diminuer de moitié le nombre des effectifs et c’est moi qui me suis retrouvée en position de désigner ceux et celles qui devaient être limogés. A la fin de ce "dégraissage" mon tour est également venu et je me suis retrouvée sur le marché du travail. Pour moi c’était un signe de devoir me tourner vers un autre métier. Les années que j’avais passées au poste de financière représentaient une excellente possibilité de parfaire mes connaissances dans ce domaine et d’avancer dans mon parcours professionnel. Mais ce que je voulais, c’était de trouver un autre métier qui soit à même de me tenir réveillée toute la nuit par une simple curiosité.

Miléna décide donc de prendre un congé sabbatique de 6 mois pendant lesquelles elle part à la recherche d’une nouvelle inspiration en se lançant dans le voyage.


En 2013, équipée d’une seule valise je suis partie initialement pour Londres, mon idée étant cependant de faire le tour du monde. J’avais de ce fait tout organisé à l’avance, je savais où j’allais faire escale et lesquels de mes amis j’y verrai. Je suis quand même polyglotte et maîtrise 7 langues.

Ce que je n’avais pas eu l’occasion de faire à ce jour s’est avéré mon autre idée que j’ai finalement réussie – passer 2 mois au bord de la mer Noire. C’est notamment là-bas que s’est terminé mon voyage autour du monde. Beaucoup de Bulgares préfèrent le littoral grec au nôtre mais moi personnellement, j’avais rêvé pendant au moins 20 ans à « atterrir » sur la côte bulgare et avoir suffisamment de temps pour savourer sa beauté. Les poivrons grillés bulgares étaient pour moi une délicatesse à laquelle je n’ai jamais pu renoncer. Vous qui vivez à l’étranger ou bien qui vous êtes longtemps absentés de la Bulgarie, vous savez certainement de quoi je parle. Il n’y a rien de plus délicieux dans le monde culinaire.

Au bout de ces 6 mois, Miléna décide de renoncer au monde des finances mais réfléchit toujours sur sa future profession. En ce même moment sur sa terrasse à Londres « débarque » un de ses compatriotes qui est également son ami. Je peux me permettre de vivre partout à travers le monde et je me sentais alors libre de faire mon choix.


Depuis, Miléna partage son temps entre Londres et Sofia. Et elle est toujours convaincue que dans sa vie tout se passe comme prévu. Miléna a aujourd’hui un adorable enfant de l’homme de la « terrasse » et elle est très heureuse qu’il pourra grandir près de ses grands-parents bulgares.

A l’époque je critiquais quelques-unes de nos coutumes et je pensais que, comme c’est le cas des pays occidentaux, les enfants ne devraient être élevés que par leurs parents – ajoure Miléna. – Je me suis entre temps rendu compte que ce contact entre les générations est d’une importance exceptionnelle pour le psychisme des enfants.


Miléna finit également par découvrir sa nouvelle vocation – l’aromathérapie. Au cours de quelques années successives elle part chaque week-end pour Londres pour faire des études d’aromathérapie clinique. Depuis un certain temps elle est membre du Conseil de direction de la Fédération internationale des aromathérapeutes professionnels. Miléna a également le droit de pratiquer dans des hôpitaux mais en Grande-Bretagne ou bien dans d’autres pays car en Bulgarie cette profession n’existe pas encore. Celle-ci est pourtant convaincue que tôt ou tard ce métier sera également appliqué dans notre pays car beaucoup de Bulgares y croient pleinement, d’autant plus que la Bulgarie fait partie des plus grands producteurs et exportateurs d’huiles essentielles de roses et de lavande dans le monde.

Version française: Nina Kounova

Photos : archives personnelles

Tous les articles

Des reconfinements locaux contre la poussée du virus…

La troisième vague du coronavirus a bien touché la Bulgarie avec une tendance à la hausse des contaminations, du taux d’occupation des hôpitaux et du taux d’incidence. C’est ce qu’a annoncé le ministre de la Santé, Kostadin Anguélov lors du point..

Modifié le 04/03/21 à 13:56

Quiz Radio Bulgarie...

A l'occasion du 3 mars, fête nationale de la Bulgarie et des 85 ans de Radio Bulgarie, nous vous invitons à tester vos connaissances sur notre pays en participant aux quizz que nous organiserons chaque mois avec des questions d'histoire, culture,..

Publié le 03/03/21 à 10:00

Andrey Pantev : l’idée de ressusciter l’Etat bulgare témoigne d’un véritable patriotisme

Le 3 mars 1878 l’Etat bulgare réapparaît sur la carte politique européenne. Un rêve se réalise, c’est celui de la Libération de la Bulgarie pour laquelle ont combattu et ont donné leur vie des milliers d’écrivains, lumières et..

Publié le 03/03/21 à 07:05