Radio nationale bulgare © 2021 Tous droits réservés

Vassil Levski, le héros de l’éternel bulgare…

Photo: archives

Le 19 février est la date à laquelle chaque année nous nous recueillons silencieusement devant la grande œuvre et la mort tragique d’un des adeptes les plus fervents de la liberté et de la prospérité de notre peuple – Vassil Ivanov Kountchev – alias Levski. C’est une des figures les plus marquantes des mouvements de libération européens du XIXe siècle. Nous rendons hommage ce 19 février à Vassil Levski, surnommé à juste titre Apôtre de la liberté.

Vassil Levski pourrait être comparé à des personnalités de la taille de Garibaldi ou de Mazzini. Ce n’est pas un hasard si les historiens bulgares ont fait ressortir à plusieurs reprises le fait que si Levski avait mené un mouvement révolutionnaire dans un autre pays européen, son nom aurait été mentionné dans tous les manuels d’Histoire. C’est dans ce contexte qu’il peut être comparé aux figures emblématiques de l’Europe du XIXe siècle.

Ses leçons de patriotisme, nous les retrouvons dans ses lettres et ses notes, qui reflètent son esprit vif et son intelligence, en avance sur son temps, mais conscient de ce dont la Bulgarie a besoin pour avancer. C’est ce qui fait la pérennité de son œuvre, car elle constitue ce socle sur lequel reposent les fondations de notre société et que nous devons conserver en les adaptant aux impératifs de notre époque.

Victor Kombo vest un explorateur de l’oeuvre de Vassil Levski qui tombe lors d’une mission scientifique dans les Archives d’Etat sur une photo jusque-là inconnue de l’Apôtre. On estime que cette photo a servi aux forces de l’ordre de l’Empire Ottoman pour le capturer. Les spécialistes indiquent à ce titre que sur le dos de la photo il y a un texte qui décrit en langue turque-ottomane l’Apôtre. Il est marqué sur le dos que le révolutionnaire est né à Karlovo pour ensuite donner des détails sur son aspect physique: „taille moyenne, des moustaches brun clair, un visage rougeâtre et quand il parle une de ses dents relève légèrement ses lèvres, les yeux sont grands et de couleur pers “. En plus de la photo qui est l’objet le plus précieux, on a découvert également d’autres documents rédigés aussi en turc-ottoman. „On est en train de les traduire et prochainement on pourra les lire, nous pensons qu’ils contiennent également des informations sur l’Apôtre et son organisation révolutionnaire “– explique le chercheur Victor Kombov.

Lire la suite sur cette découverte qui en dit long sur l’apôtre de la liberté sur le site de Radio Bulgarie:

Pendant les 10 années d’activités révolutionnaires /1862-1872/ Levski tisse un réseau secret de comités révolutionnaires qui avaient besoin de cachettes sûres (plus de 100). Une grande partie de ces cachettes se trouvaient dans les monastères. Abritant Levski et ses et ses compagnons, les fraternités monastiques ont également soutenu leurs activités révolutionnaires avec des fonds personnels. Dans le monastère de Troyan (Bulgarie centrale du Nord) par exemple qui abrite à plusieurs reprises l’Apôtre, c’est Levski en personne qui recrute le principal Hadji Macarius et 4 autres moines pour ses activités révolutionnaires. Sa cachette dans le monastère est aujourd’hui ouverte aux touristes qui peuvent également voir ses deux sorties secrètes – vers la rivière et vers la forêt.

Lire la suite sur le site de Radio Bulgarie:

Edition : Eléna Karkalanova

Tous les articles

Les premières émissions en langues étrangères, un projet audacieux de passionnés des ondes…

„A l’époque où les émissions radio en OC connaissent un essor considérable au plan mondial, un groupe de techniciens enthousiastes décide de construire un émetteur OC à titre expérimental et de diffuser un programme en..

Publié le 16/02/21 à 09:59

Radio Bulgarie, soudée face aux vicissitudes du temps…

Les premiers pas de Radio Bulgarie datent du 16 février 1936, à peine 13 mois après que la radiodiffusion bulgare devient le monopole de l’Etat et que la radio bulgare – appelée à l’époque Radio Sofia, débute officiellement ses programmes...

Publié le 16/02/21 à 09:49

D’amour et de vin…

D’ailleurs, le raisin et le vin occupent une place privilégiée non seulement sur la table du Bulgare, mais aussi dans son univers spirituel. Dans les anciens manuscrits on retrouve la vigne et non pas la pomme, respectivement le pommier du..

Publié le 14/02/21 à 05:35