Podcast en français
Radio nationale bulgare © 2022 Tous droits réservés

Sondage de Radio Bulgarie

Quel président pour la Bulgarie ? Les expatriés brossent son portrait…

| Modifié le 21/11/21 à 13:42
Photo: president.bg

A quelques heures du deuxième tour de l’élection présidentielle qui nous révèlera le nom du futur président de la République pour les 5 prochaines années, les Bulgares vont probablement miser sur la stabilité, surtout après une année particulièrement mouvementée avec la tenue de trois élections législatives anticipées de suite. D’où les attentes de voir le président comme une figure d'union et de cohésion de la nation à une époque d’instabilité sociale et politique.

Radio Bulgarie a effectué un sondage au sein de nos compatriotes de l’étranger avec pour seule question : quel doit être le président des Bulgares et quelles qualités doit-il posséder ? Voici les réponses :

Antonina Deltchéva à Londres :

„Nous allons voter pour un président honnête qui puisse représenter dignement la Bulgarie à travers le monde. Un homme intelligent, parlant plusieurs langues étrangères, qui supporte les critiques et accepte le changement. La Bulgarie doit effectuer des réformes profondes, le modèle actuel de gouvernance est périmé. “

Margarita Takatch, Allemagne :

„L’institution présidentielle est dotée de pouvoirs importants, dont celui de valider des titularisations dans le pouvoir judiciaire, d’exercer le contrôle sur certaines autorités de régulation, d’arbitrer des changements législatifs.

Le président doit être un homme /ou une femme/ intègre, qui inspire le respect et la confiance, qui sache fédérer les esprits et faire passer des messages suffisamment accessibles et courageux, allant même jusqu’à défendre des décisions impopulaires pour la nation. Il doit donner l’exemple par ses actes et bannir le populisme de son discours et ses décisions. “

Nikolay Vlaykovski, Grande-Bretagne :

„La Constitution a conféré suffisamment de pouvoirs au président de la République et le président ne doit pas en demander plus. Nous sommes une république parlementaire et non pas présidentielle. Le chef de l’Etat ne doit pas exprimer l’avis d’un parti ou l’autre, il doit être prêt à agir vite dans des situations de crise et surtout, il ne doit pas s’entourer de conseillers  corrompus. S’il dérape, il perdra facilement la confiance du peuple. “

Vénéta Nenkova, fondatrice de l’école bulgare à Rome :

„J’espère sincèrement que le futur président de la Bulgarie sera un homme ouvert et à l’écoute des problèmes de ses compatriotes, en Bulgarie et à l’étranger. “