Podcast en français
Radio nationale bulgare © 2022 Tous droits réservés

La Bulgarie attire les trafiquants de drogue au début du XXe siècle

Photo: EPA/BGNES

Depuis 1988, la Bulgarie marque le 26 juin la Journée internationale contre l’abus et le trafic de drogues. Il existe cependant une période de notre histoire où le gouvernement encourageait la population à produire ce type de substances.

La culture du pavot à opium faisait déjà partie de la vie économique à l’époque où la Bulgarie était dans l’Empire ottoman. Après sa libération dans la Guerre russo-turque de 1877-1878 elle lance une nouvelle politique d’Etat qui a son importance pour la subsistance de la population et les rentrées en devises étrangères dans le budget du pays.

« La Bulgarie de cette époque était un pays agricole. En 1883 le ministère des Finances décide que les Bulgares doivent commencer à cultiver de l’opium et va même jusqu’à récompenser les producteurs d’opium de qualité avec des prix de 5000 léva (2500 euros) », raconte le docteur Dimitar Gyoudourov, assistant à la Nouvelle université bulgare.

La crise économique après la Première guerre mondiale contraint certains Bulgares à opter pour une nouvelle culture agricole, inhabituelle pour notre pays, mais source de revenus élevés : le chanvre indien et le haschich (résine de cannabis) qu’on en extrait. Les spéculations augmentent.

« Les Bulgares sont enclins à faire du commerce illicite. Cette population a fait partie de l’Empire ottoman qui lui était étranger, elle avait l’habitude d’enfreindre les lois, de cacher ses produits, de mentir sur ses véritables revenus pour éviter de payer des impôts. Lorsque le nouvel Etat bulgare apparaît, ses habitants continuent de vendre illégalement du tabac, de l’opium, des vers à soie, de l’essence de rose pour ne pas avoir à payer d’impôts et augmenter leurs bénéfices », raconte Dimitar Gyoudourov.

Les contrebandiers de cette période transportaient leurs marchandises principalement en bateaux par les ports de Bourgas et Varna sur la mer Noire. Leurs bénéfices étaient énormes. Le prix d’achat de la drogue était de 200 euros le kg et elle se revendait en Egypte pour 18 à 20 000 euros. A titre de comparaison, le premier ministre de l’époque avait un salaire mensuel de 3000 euros.

Il est intéressant de noter qu’on ne voit pas se former dans la Bulgarie de cette époque de criminalité organisée et de « milieu » comme dans le reste de l’Europe ou en Amérique du Nord. La raison en est le faible taux d’urbanisation de la population qui est rurale dans sa grande majorité. Les groupes criminels chez nous dans les premières décennies du XXe siècle sont un effet de l’abus de pouvoir et du trafic d’influence.

« Les groupes criminels bulgares se distinguent par leur caractère éphémère : ils se réunissent juste le temps de commettre un crime ponctuel, mais n’ont pas à leur palmarès divers types de crimes. Les criminels sont organisés pour certains crimes par des fonctionnaires à des postes élevés – chefs de police et juges, qui se taillent la part du lion », explique Dimitar Gyoudourov.

En dépit de la qualité supérieure des stupéfiants produits en Bulgarie, il n’existait pas à cette époque de drogués comme phénomène social et culturel. Pour les Bulgares les drogues étaient destinées à la vente et pas à la consommation.

Au début des années 30 du XXe siècle l’Europe impose des mesures sévères contre la production et le trafic de stupéfiants et les groupements criminels se délocalisent, y compris en Bulgarie. Notre pays cultive à peine 1% de la production mondiale d’opium, mais offre des conditions législatives favorables aux trafiquants : le trafic de drogue n’est pas poursuivi comme crime, les amendes sont peu élevées et il n’y pas d’accords d’extradition vers d’autres pays.

« La Bulgarie est accusée de devenir une plaque tournante des stupéfiants, mais elle est en fait plutôt un lieu de rencontres pour les trafiquants internationaux qui se répartissent les filières. Le problème est réglé par la police qui fait usage de la force », précise Dimitar Gyoudourov.

Version française : Christo Popov

Photos : archive personnelle, EPA/BGNES

Tous les articles

Baba Vanga

Selon la voyante Vanga, 2022 serait une année charnière pour l’humanité

Chaque année à l’approche du 11 août, date du décès de la célèbre voyante bulgare Baba Vanga qui nous a quittés en 1996, des centaines de pèlerins se réunissent dans sa maison natale et devant sa tombe. Beaucoup de gens reconnaissants pour ses..

Publié le 07/08/22 à 11:05

Ephéméride : Transfiguration...

Nous célébrons ce 6 août la Divine Transfiguration, une des douze fêtes dédiées à Dieu qui remonte à l'aube de la religion chrétienne. Comme nous apprend la Bible, Jésus- Christ voulait préparer ses disciples à affronter les humiliations et les..

Publié le 06/08/22 à 10:18

119e anniversaire de l'Insurrection de la Saint Elie et la Transfiguration

En ce 2 août, la Bulgarie marque le 119 è me anniversaire de  l'Insurrection de la Saint Elie et de la Transfiguration , une réaction à la décision des Grandes puissances (Grande Bretagne, Autriche-Hongrie, Russie, France, Allemagne et Italie) de..

Publié le 02/08/22 à 10:47