Podcast en français
Radio nationale bulgare © 2022 Tous droits réservés

Hommage à une Reine qui a traversé trois siècles dans la dignité…

| Modifié le 09/09/22 à 19:57
Photo: Facebook /@British Embassy Sofia

A l’annonce du décès de la Reine Elizabeth II, le président bulgare Roumen Radev a adressé ses condoléances au roi Charles III et à la famille de la défunte. « Avec sa disparition, le Royaume-Uni et le monde entier perdent une souveraine remarquable, qui laisse une empreinte sur toute une époque ». Le chef de l’Etat bulgare a encore indiqué que la Reine Elizabeth II est une des personnalités-phare de l’histoire de l’humanité, une femme de tête et de cœur, qui a su faire preuve de force et de sagesse pour guider son peuple, traversant sans fléchir des époques d’épreuves et de tourmente.

L’Ambassade du Royaume-Uni à Sofia et la résidence de l’ambassadeur de Grande-Bretagne à Sofia ont mis leurs drapeaux en berne. A l’annonce du décès de la reine, des dizaines de Bulgares sont venus déposer des fleurs et des bougies devant l’ambassade.

"Elizabeth II était le symbole de la persévérance et de la continuité qu’elle a défendu malgré les vicissitudes du temps. Elle est intronisée alors que Winston Churchill, né en 1874, est premier ministre. Il y a quelques jours, elle a chargé Liz Truss, née en 1975, de former le nouveau gouvernement de la Grande-Bretagne. De gros changements se sont produits entretemps, de vraies révolutions culturelles », a indiqué pour sa part Stéphane Tafrov, ancien ambassadeur de Bulgarie en Grande-Bretagne.

« C’était la personnalité qui a jeté un pont entre 3 siècles“, a souligné de son côté Boris Stoyanov de la Faculté d’Histoire de l’Université de Sofia.– Elle fut, sans aucun doute, le produit d’une époque dotée de l’esprit du conservatisme, du code moral de la fin du 19e et du début du 20e siècle. Dans le même temps, tout au long de sa vie de 96 ans, elle a dû endosser les stigmates de la souffrance, de la désunion, du changement, du laxisme des mœurs typique du XXe siècle. Sa vie de monarque et souveraine était hantée par la Guerre froide et l’apocalypse nucléaire. Elle a aussi connu l’époque de l’ouverture des frontières et de la mondialisation », a ajouté Boris Stoyanov.

Edition : Ivo Ivanov


Tous les articles

Payam Forghani d’Australie : "La Bulgarie est une terre d’une grande force spirituelle, mais les Bulgares ont besoin de davantage de solidarité et de confiance"

Le docteur Payam Forghani est né il y a 26 ans à Hobart en Tasmanie, le point le plus méridional d’Australie. Après avoir fait ses études secondaires dans un lycée de Canberra, il se présente à l’examen de stomatologie, mais est recalé. « Notre..

Publié le 29/11/22 à 08:05

Lyudmil Staynov a été récompensé du prix "St. Paissiï Hilendar"

Lors d'une cérémonie au Musée national d'histoire, le Premier ministre par intérim Galab Donev a décerné le prix "St. Paiss iï Hilendar" au célèbre réalisateur Lyudmil Staykov. Il a été récompensé pour sa contribution au développement de l'identité..

Publié le 18/11/22 à 19:45
Photo : Facebook/Antoaneta Vitale

De l’Italie au Japon : Antoaneta Saltova, la gymnastique rythmique et la gastronomie

Ancienne gymnaste du club “Trakia” à Plovdiv, Antoaneta Saltova a pris part à des championnats nationaux. En 1993 elle est médaillée d’or et d’argent dans deux catégories avec l’ensemble de gymnastique rythmique bulgare lors des Championnats d’Europe..

Publié le 16/11/22 à 17:08