Podcast en français
Taille du texte
Radio nationale bulgare © 2024 Tous droits réservés

Des figures en silicone à Véliko Tarnovo font revivre la mémoire du Second royaume bulgare

| Modifié le 28/06/23 à 14:12
Photo: BGNES

Située au pied de la forteresse Tsarevets à Véliko Tarnovo, ancienne capitale bulgare, le Centre de visite multimédia "Tsarevgrad Tarnov" fait découvrir des évènements et des personnages historiques du Second royaume bulgare. La grandeur des souverains et leurs armées, l’essor intellectuel après le déclin de la domination byzantine, le développement de la peinture et des métiers : tout cela est relaté à travers des scènes composées de 65 figures en silicone.


" Les objets exposés se rapportent à la période du XIIe au XIVe siècle, quand Tarnovgrad, le nom que la ville portait jadis, était la capitale de Bulgarie", indique la guide Svetla Yordanova. "Les touristes peuvent voir un canapé en bois, des petites chaises, le pain fait par la ménagère de farine de moindre qualité. On y trouve également la reconstruction d’un autel, l’endroit le plus sacré dans une église, et une partie de la maison d’un boyard."

Parmi les scènes les plus remarquables, on peut voir la bataille d’Andrinople en 1205 quand le tsar Kaloyan a pris en otage l’empereur Baudouin Ier, de même que le couronnement du souverain bulgare par le cardinal Léon III, émissaire du pape Innocent. Un autre accent – la salle de trône du roi Ivan Assen II, représenté aux côtés de son épouse Irène Comnène et le patriarche bulgare.


"On peut voir aussi une famille de boyards donateurs, " ajoute une autre guide, Iva Robova. "La scène représente la donation de fonds pour la construction de nombre d’églises et de monastères. Elle est suivie par la reconstruction d’un scriptorium, l’atelier où l’on produisait les livres au Moyen-Âge. "

Le musée nous transporte sur une rue occupée par des artisans où un potier donne forme à un récipient en céramique, un forgeron aiguise un sabre, des maçons bâtissent un édifice en pierres.


C’est le sculpteur Boris Borissov qui a eu l’idée de représenter la vie des différentes classes sociales de l’époque médiévale bulgare. Dans ce musée, unique en son genre dans les Balkans, les figures grandeur nature sont fabriquée d’un type de silicone utilisé par les cinéastes pour reproduire la peau humaine. Des prothèses oculaires sont employées pour les yeux, les cils, les sourcils, les barbes et les chevelures ont été implantés cheveu par cheveu. Les tenues et les armes ont été réalisés à la main par le sculpteur et son équipe de 20 personnes.


Il y a quelques mois, la collection du musée, initialement composée de 28 objets, a été enrichie de 37 nouvelles figures. La première scène nouvellement aménagée représente la bataille de Klokotnitsa quand les troupes bulgares remportent une victoire contre le souverain d’Épire Théodore Comnène Doukas et le prennent en otage avec sa famille.

Une composition très émouvante : "Adieu au patriarche Euthyme".Un vieillard qui s’appuie sur sa béquille, accompagné de sa petite fille, fait ses adieux au patriarche.


"C’est une scène tragique qui représente le départ du patriarche envoyé en exil par les Turcs après la chute de Tarnovo", explique Boris Borissov. "Il s’agit du moment où on lui demande "A qui nous laissez-vous, Monseigneur ?" Et lui, il répond : "Je vous confie aux mains de la Sainte Trinité maintenant et à jamais". De nombreux peintres ont travaillé sur ce sujet mais nous avons essayé de transmettre le drame, le désespoir qu’implique cet événement, l’état d’âme des gens. Il est très important cependant de ne pas exagérer la gesticulation, afin d’éviter legeste théâtral. Il faut qu’on perçoive la délicate nuance des sentiments. "


Et comme il nous arrive d’être séduit par l’extrémisme et transformer en kitsch des personnalités et des événements du passé, le sculpteur ajoute :

"Il ne s’agit pas de chauvinisme. Il faut juste essayer de ne pas oublier la grandeur de l’histoire de cette ville".

Edition : Diana Tsankova

Version française : Maria Stoéva

Photos : BGNES, Zdravka Maslyankova

Tous les articles

La sculpture rupestre Glavata dans le sanctuaire thrace Gradichtéto

Le parc historique Gradichtéto dans les Rhodopes garde des secrets millénaires

Le parc historique "Gradichtéto" dans les Rhodopes occidentales est parsemé de silhouettes rocheuses humaines et animales avec une finition de main d’homme datant d’il y a près de 7000 ans. En avançant sur le sentier du circuit touristique avec de..

Publié le 27/02/24 à 13:00

La rivière Gorna Arda accueille les amoureux de vie sauvage et de bonne chère...

Le cours supérieur de la rivière Gorna Arda dans le Rhodope Occidental, abrite une série de petits villages avec des maisons en pierre typiques de la région à toitures en lauze, alors que la population locale développe avec succès le tourisme..

Publié le 25/02/24 à 14:00

Le petit train des Rhodopes reprend du service le jour de la fête nationale...

Cette année encore, les festivités du 3 mars, fête nationale de la Bulgarie, donneront lieu à un voyage à bord du petit train touristique qui serpente dans le massif des Rhodopes. A cette fin, la SNCF bulgare et l'Association "Petit train" ont..

Publié le 25/02/24 à 09:00