Radio nationale bulgare © 2021 Tous droits réservés

Depuis 45 ans, il collectionne des fers à repasser...

D’un simple coup de tête naît toute une collection de fers à repasser qui est tellement riche qu’on décide de l’exposer dans un musée. Tous ces fers à repasser, à commencer par les plus anciens pour lesquels on utilise du charbon de bois pour en finir avec les plus sophistiqués, les centrales vapeur, dot certaines ressemblent à un condensé de technologies, racontent différentes histoires. La collection est créée par Dimitar Dobrev de Plovdiv qui fait l'acquisition de son premier fer à repasser il y a 45 ans. Petit à petit les fers à repasser du passé deviennent si nombreux qu’il décide d’en faire don à l’Institut municipal « Le Vieux Plovdiv ». L’idée de Dobrev est de faire en sorte que ces « acquisitions du 19 siècle et leurs transformations à nos jours » soient vus par le plus grand nombre de visiteurs. Actuellement les objets exposés peuvent être vus dans la maison Hindlyan de la vieille ville de Plovdiv l’idée étant d’inaugurer, à une étape ultérieure, un véritable musée du fer à repasser. La collection est ouverte aux nouveaux objets que l'artiste continue de collectionner. Pour lui faire plaisir, ses amis commencent à lui offrir, comme de précieux souvenirs, des fers à repasser rapportés des différents coins du monde. Le plus vieux fer de la collection de Dobrev date des années 1880-1890, il est fabriqué dans une vieille société d’armement à Birmingham.

Les fers à repasser bulgares avaient été fabriqués à Plovdiv, Varna, Vratsa, Sevliévo et dans l’usine d’armements « Arsenal » de Kazanlak.


J’ai tout un dossier dans mon ordinateur dans lequel je collectionne les photos des fers à repasser dont je dispose, accompagnés de leur histoire. Il y a des photos d’objets que les gens n’avaient jamais imaginé voir un jour. J’ai même un fer fabriqué à Varna qui pèse 10 kg. Les tissus de l’époque avaient été grossiers et c’est pourquoi, outre la chaleur qui se dégageait des fers à repasser, ces derniers devaient également être assez lourds. Je me rappelle que quand j’étais petit, il y avait au marché du quartier un couturier. Je garde toujours dans ma mémoire le souvenir de son fer à repasser qui était au charbon de bois et qui avait également été doté d’une cheminée qui maintenait la circulation de l’air lors de la combustion du charbon. Il y a des fers à repasser qui fonctionnent à l’alcool et au gaz qui sont dans la plupart fabriqués aux USA et en Europe occidentale. 

Au fil du temps, le fer à repasser devient de plus en plus moderne et au début du XXème siècle apparaissent sur le marché les premiers fers à repasser électriques.


L’un des premiers fers à repasser électriques est fabriqué pour trois types de courant électrique – 120, 150 et 220 volts. Dans ma collection, j’ai aussi des fers à repasser en porcelaine. Dans ce type de fers à repasser les femmes gardaient à l’époque leurs bijoux.

Les fers à repasser de la collection de Dimitar Dobrev sont au nombre de 680. Parmi eux, il y a deux sur lesquels sont gravés les visages de Romulus et de Remus, ainsi qu’un autre avec le visage de la déesse romaine Vesta.


Le plus grand musée au monde dans lequel sont exposés 4000 fers à repasser se trouve en France. En Allemagne, il y a quelques musées dans lesquels sont exposés des centaines de fers à repasser. Si l’idée du peintre bulgare Dimitar Dobrev se réalise, le musée bulgare de fers à repasser de Plovdiv sera le plus grand dans la région des Balkans.


Version française : Nina Kounova

Photos: europlovdiv.com

Tous les articles

Présentiel, distanciel…Le Covid-19 a bouleversé l’enseignement en Bulgarie…

Le 21e siècle donne une priorité aux technologies informatiques et de plus en plus d’enfants et de jeunes passent du temps scotchés à l’écran de leur ordinateur, smartphone et autre tablette numérique. Telle est la statistique en Bulgarie..

Publié le 25/01/21 à 11:41

Les émissions pour enfants, une marque déposée de la radio avec 90 ans de traditions

Nombreuses sont les pages de la riche histoire du plus vieux média électronique en Bulgarie. Elles contiennent des informations sur les émissions consacrées aux enfants, diffusées en direct au début, Ces émissions ont commencé même avant la..

Publié le 25/01/21 à 09:58

La "malédiction" du fromage…

Miléna Dimitrova est une journaliste bulgare, passionnée de voyages et de cuisine. Récompensée des prix littéraires « Siècle d’Or » et « Plume d’Or », elle a aussi reçu le prix de l’Association des médias de l’Europe du Sud-Est /SEEMO/ pour avoir..

Publié le 24/01/21 à 06:00