Radio nationale bulgare © 2021 Tous droits réservés

La pandémie nous rappelle l'esprit de famille et les traditions bulgares du Réveillon de Noël…

Photo: BGNES

Cette année le Réveillon de la Nativité du Christ sera célébré dans le strict respect des gestes barrières et ne ressemblera à aucune autre fête de Noël. L’année 2020 restera toutefois fidèle à son style et n’hésitera pas à nous surprendre jusqu’à son dernier jour. L’un des éléments obligatoires pour cette période de l’année – les réunion de famille de fin d’année, est actuellement absent de la liste de nos engagements pour la fête. Les possibilités de s'immerger calmement dans l'esprit de Noël, ainsi que de s’entourer d’un tourbillon de guirlandes et de cadeaux en dehors de la maison seront très limitées en raison des mesures sanitaires appliquées dans le but de faire face à la pandémie du Covid-19.

Les bazars de Noël qui sont traditionnellement organisés aussi bien à l’étranger qu’en Bulgarie ont de nouveau ouvert leurs portes mais sous certaines conditions. Afin que puisse être évité le rassemblement de gens au même endroit, la consommation des différentes délicatesses ne peut et ne doit pas avoir lieu qu’en dehors de l’espace convivial du bazar. Le port obligatoire de masques et la distanciation sociale font partie des principaux gestes barrières devant être respecter par les visiteurs.


Les épreuves que nous avons été obligés de confronter dans le courant de l’année qui s’écoule nous ont obligés d’accorder une attention toute spéciale à nos familles et à nos plus proches et parents. Dans ce sens, le Réveillon de la Nativité du Christ et le jour de l’An qui approchent vont nous rappeler ce qu’avaient en effet représenté les traditions bulgares pendant de longues années, quand, petits et grands se joignaient aux joyeux préparatifs du dîner du Réveillon de Noël, chargé de symboles et de rituels. A la fin de la période de carême, le repas est composé essentiellement de plats maigres et de tous les fruits de la terre – le blé cuit, les haricots blancs en potage, les roulades de choux farcies au riz et aux fruits secs, les feuilles de vigne et les poivrons farcis, les gâteaux au potiron, l’ail, le miel, les noix. Et côté boissons, le vin chaud et le marc de raisin ne devaient pas manquer, non plus. Et même si le Réveillon de Noël ne tolère aucune absence, aucune excuse, cette année, tout exceptionnellement, certaines familles resteront séparées étant donné que de nombreux Bulgares résidant à l’étranger ont déjà reporté, voire annulé leur retour traditionnel dans leur pays pendant les fêtes toujours en raison de l’épidémie du coronavirus. Raison pour laquelle certains sièges autour de la table de Noel resteront vides, ceux qui devaient s’y asseoir ne participant que virtuellement au repas festif.

Malgré tout, les Bulgares restent toujours fidèles aux traditions. Et même si certains vivent à l’étranger, ils préparent quand même le Réveillon de Noël à la bulgare. Car c’est une année très difficile qui s’en va et c’est la suivante qui commence, avec beaucoup plus d’espoirs et de rêves à réaliser. Encore plus d’occasions d’aimer et de se sentir aimé…

Et tandis qu’en Europe les gourmandises classiques pour les fêtes de Noël sont les petites douceurs en cannelle et en gingembre, en Bulgarie on ne peut se passer pour le Réveillon du pain au levain cuit au four, des fruits secs sous forme de compote entre autres.

La Reine du repas de Noël est pourtant la banitsa / feuilleté au fromage/, qui se décline en trois versions, selon la farce : salée ou bien sucrée au sirop servi dans ce cas comme dessert. Il n’existe pas vraiment de détails sur l’histoire de ce plat mais nous pouvons être sûrs et certains qu’il avait été consommé sur nos terres depuis des siècles…


Dans les différentes régions du pays différents plats traditionnels sont préparés pour le repas du Réveillon qu’on rencontre également dans d’autres pays slaves.

La fève est normalement cachée dans le feuilleté au fromage, des bourgeons de cornouiller portant également santé, bonheur, chance et succès. Il est également important que chaque membre de la famille prenne une part de la banitsa (feuilleté au fromage) et connaisse ainsi sa chance pour la nouvelle année.

Les épreuves auxquelles nous avons été soumis en 2020 ont bien montré que la santé est la chance la plus souhaitée…Nous avons cependant appris encore une chose – la réalisation de nos intentions ne dépend pas toujours de nous-mêmes.


Cependant, au lieu de nous désespérer, nous ferions mieux de nous laisser emporter par des rêves, ce qui ne coûte rien mais nous aidera à faire face à la fatigue et à l’insatisfaction cumulées dans le courant de l’année qui touche à sa fin. Nous pourrons ainsi entrer dans la nouvelle année plus humbles et pleins d’espoir. 

Photos: BGNES et Annie Petrova

Tous les articles

La Fête de la Rose à Kazanlak a pris fin par un „Défilé de l’arôme et de la beauté“…

Par un défilé multicolore avec en tête la Reine Rosa Alexandra Hadjichristova a pris fin à Kazanlak la 118 e édition de la Fête de la Rose. Après un arrêt d’un an en raison de l’épidémie, la ville s’est de nouveau remplie de touristes et de délégations..

Publié le 06/06/21 à 17:21

La Saint Lazare, fête de la jeunesse et de la beauté…

La Saint Lazare est la première des trois grandes fêtes chrétiennes liées au miracle de la résurrection de Jésus-Christ. Célébrée le samedi précédant le Dimanche des Rameaux, la fête de Saint Lazare , marque un tournant dans la vie des..

Publié le 24/04/21 à 08:00

Ephéméride: Saint Théodore...

Selon la tradition bulgare, le samedi de la première semaine du Grand Carême pascal est appelé le samedi de Théodore puisque en ce jour, l’église orthodoxe bulgare rend hommage au martyre Théodore Tyron qui nous renvoie au début du IVe siècle...

Publié le 20/03/21 à 09:42