Podcast en français
Radio nationale bulgare © 2022 Tous droits réservés

Dimitar Gudjenov, le peintre-chroniqueur de la mémoire nationale bulgare

4
„Le Tsar Siméon le Grand devant Istanbul“ – 1927,peintre Dimitar Gudjenov

„Autrefois, quand j’étais adolescent, j’aimais beaucoup ce peintre. On pouvait voir dans nos écoles de nombreuses reproductions de ses tableaux" – écrit dans son livre consacré à Dimitar Gudjenov l’écrivain Dimitar Avramov. Nulle part l’histoire lointaine de notre peuple n’était dessinée de manière aussi héroïque, glorieuse : les rois – beaux et pleins de dignité, leurs règnes – sages et utiles, les guerres – exemples de bravoure et irrésistibles, les vêtements, les armes, les palais et les temples – luxueux, brillants et inébranlables. C’était comme une preuve du « Siècle d’or » au cours duquel il n’y a pas d’échecs et des malheurs »- indique encore Avramov.

Dimitar Gudjenov et le tableau « Le Roi Siméon »

En effet, les connaisseurs et les gens qui s’intéressent à l’histoire de l’art parlent de Dimitar Gudjenov, né il y a 130 ans, comme d’un peintre-chroniqueur des hauts et des bas de l’histoire bulgare. Dans des compositions complexes ces tableaux révèlent des personnalités et des évènements qui ont trouvé leur place dans notre conscience nationale en raison de leur grandeur morale et leur importance politique. L’héritage conservé à ce jour du peintre est constitué de On a conservé à ce jour quelque 50 compositions historiques et militaires, environ 2000 croquis avec des peintures à l'huile et des aquarelles, de nombreux petits tableaux, des icônes, et plusieurs dossiers avec des centaines de dessins au crayon.

Le “Fonds d’or”de la Radio nationale bulgare a conservé une interview avec Dimitar Gudjenov qui nous fait découvrir des pages quelque peu oubliées au fil des années de sa vie:

"Ma jeunesse a connu les flammes de la guerre des Balkans et de la Première guerre mondiale. A cette époque tout le peuple était sous le signe de lq guerre, moi aussi. Dessiner des croquis et des tableaux des batailles était pour moi comme soldat une obligation. J’ai été le témoin de batailles cruciales pour la Bulgarie. J’observais des compositions vivantes de soldats, de chevaux, de canons. J’ai directement ressenti et vécu les défis et les épreuves de la guerre. D’un autre côté, les deux ans passés à Paris en 1913-1914 chez un maître des tableaux historiques ont exercé une grande influence sur moi. Bien vite mon attachement aux sujets militaires s’est transformé en un profond intérêt pour la peinture historique."

« Pluie au front » – 1916, peintre Dimitar Gudjenov

Par quoi est-il intéressé dans un sujet historique?

"Il doit être important, un point culminant dans notre développement national. A titre d’exemple je mentionnerai : « Le Khan Koubrat et ses fils », « Siméon devant la capitale byzantine », « L’accueil du général Gourko à Sofia »et d’autres. Tous ces sujets contiennent de grands exploits de l’esprit et de la volonté. Ces exploits j’ai essayé de les transmettre aux spectateurs avec des moyens d’expression qu’ils comprennent. Je n’ai pas cherché l’originalité et l’art pour lui-même dans la clarté de l’expression de l’idée. J’ai peut-être gardé en moi-même un peu de l’esprit des grands maîtres de la Renaissance. Ils ressentaient la nécessité d’illustrer notre histoire et d’apporter à ces illustrations un contenu éducatif et cognitif."

En ce qui concerne l’aptitude d’attraper et reproduire dans ses tableaux l’esprit du temps Gudjenov révèle que c’est le résultat de beaucoup de travail et de nombreuses consultations avec des historiens contemporains. „Dans les tableaux historiques il est nécessaire plus que jamais de combiner l’approche historique et artistique.“- est convaincu le peintre.

„Moisson“ – 1945, peintre Dimitar Gudjenov

Le Premier royaume bulgare, tout comme le Tsar Boris I, baptiste du peuple bulgare, sont l’époque et la personnalité de l’histoire bulgare qui ont le plus inspiré et motivé le peintre. Gudjenov estime que le Tsar Boris a été un souverain exceptionnel mais aussi une personnalité fort dramatique qui ne manque pas d’attirer le peintre-historien.

Version française: Vladimir Sabev

Galerie

Tous les articles

Prix "Fragonard" pour l'écrivaine bulgare Théodora Dimova...

Le roman "Les Dévastés" de l'écrivaine bulgare Théodora Dimova a reçu le prix de littérature "Fragonard". Il est sorti début 2022 dans les librairies françaises. Née à Sofia en 1960, après des études de littérature anglaise à l’université,..

Publié le 20/05/22 à 09:46

Bronislav Likomanov, l’auteur d’un monument de l’alphabet cyrillique à Los Angeles

Son cœur, son âme et tout son être le portent vers les Beaux-arts. Mais il crée aussi des dessins animés avec un dévouement qui lui apporte l’estime des entreprises dominant ce marché comme Disney ou Nickelodeon. C’est son épouse et camarade..

Publié le 11/05/22 à 09:31

Yavor Gardev : "La guerre en Ukraine érige sans conteste un nouveau Rideau de fer"

Yavor Gardev est un metteur en scène qui a changé le langage du théâtre bulgare ces 20 dernières années. Philosophe de formation, il vit depuis quelques mois à Chicago où il prépare une thèse de doctorat sur la souveraineté. « La guerre en..

Publié le 14/04/22 à 13:25