Podcast en français
Taille du texte
Radio nationale bulgare © 2024 Tous droits réservés

Le "Convoi citoyen de la liberté" envahit les rues de Sofia...

Photo: bntnews.bg

A l'instar du Canada, où la mobilisation la plus massive de l’histoire du pays contre les restrictions sanitaires se poursuit sans faiblir depuis déjà plus d’une semaine, Sofia a fait de même, ainsi que d’autres pays européens. Cette action de protestation a été moins suivie qu'à Ottawa, peut-être parce qu’elle n’avait pas été organisée par des forces politiques et que les médias traditionnels n’en ont guère parlé à l’avance, mais les participants ne cachaient pas leur enthousiasme dans les réseaux sociaux : « Le convoi citoyen de la liberté » continue jusqu’à la levée totale de toutes les mesures discriminatoires ! Ensemble, nous pouvons dire NON à la peur ! Parce que là où la peur disparaît, l’union fait la force. »


Les informations contradictoires dans les médias depuis le début de la pandémie, y compris sur les effets secondaires des vaccins, ainsi que le manque de transparence et de logique dans les décisions des politiques contribuent à renforcer la méfiance des plus de 2/3 des Bulgares qui refusent de se faire vacciner.

C’était une des raisons pour l’action de protestation du 12 janvier devant l’Assemblée nationale exigeant la suppression des pass sanitaires.

Et contrairement aux affirmations que les contestataires étaient des sympathisants payés du parti « Renaissance », dont la campagne électorale avait été entièrement fondée sur des messages contre la vaccination obligatoire et les pass sanitaires, il y avait parmi les participants à la mobilisation des représentants des milieux universitaires, des intellectuels, des instituteurs, des médecins et des parents préoccupés.

« Personnellement, j’ai protesté contre les tentatives de diviser la société en vaccinés et non-vaccinés », dit Svétlana Jivkova, enseignante à l’Académie bulgare des Sciences.


« Tout doit avoir des limites. On ne peut pas tolérer que les autorités nous disent que telle chose est pour notre bien et nous l’imposent de force. Si les gens sont bien informés, ils feront leur propre choix. Ceux qui imposent la vaccination de masse ont changé la notion de vaccin. Nous ne sommes pas des antivax, nous avons tous les vaccins du calendrier d’immunisation. »

De même que bon nombre de ses collègues, qui savent comment lire des textes scientifiques, Svétlana Jivkova se tient au courant des informations sur la pandémie et les vaccins dans des publications médicales renommées. Elle est catégorique : une partie considérable de l’information est cachée au grand public, y compris en faisant sciemment l’impasse sur les réactions indésirables aux vaccins anti-Covid.


« Chacun doit connaître les risques d’effets secondaires, tels qu’ils sont rapportés par les gens qui se font volontairement vacciner au lieu de forcer les gens à accepter ce vaccin. C’est pourquoi le but de ces mobilisations est de former un groupe de médecins, de virologistes, de microbiologistes, d’immunologistes qui puissent débattre de la vaccination anti-Covid, si elle a un sens, quels sont les « pour » et les « contre », et que leurs conclusions soient communiquées au public », dit Svétlana Jivkova.

Une grande partie des contestataires estiment que l’avis des experts cliniciens est étouffé et qu’on donne plutôt la parole à ceux qui font l’éloge de la ligne politique de la vaccination de masse. L’absence de logique dans les affirmations de certains de ces experts triés sur le volet est souvent en contradiction avec des analyses effectuées par les Centres pour la prévention et le contrôle des maladies des Etats-Unis (CDC) ou l’Agence européenne des médicaments, déclarent des experts médicaux renommés bulgares. Tout cela n’échappe pas aux adversaires des pass sanitaires et de la vaccination anti-Covid malgré les tentatives de les réduire à des naïfs et des amateurs de théories conspirationnistes. Et dans le contexte des mobilisations contre les restrictions sanitaires dans le monde entier, dont beaucoup sont également passées sous silence ou sous-évaluées par les médias traditionnels, la pensée critique et le scepticisme sont une forme d’éveil des esprits.


Version française : Christo Popov

Photos : Darina Grigorova, BGNES, bntnews.bg

Tous les articles

Les couleurs de l’Ukraine illuminent la façade du Conseil des ministres

Dans la soirée de ce 24 février, le siège du gouvernement bulgare sera illuminé en jaune et bleu, les couleurs du drapeau ukrainien, à l’occasion du deuxième anniversaire de la guerre menée par la Russie en Ukraine et les 10 ans de l’annexion de la..

Publié le 24/02/24 à 10:05

Météo : Le vent du Sud fait monter les températures…

Le week-end s’annonce printanier avec des rafales de vent du Sud. Les températures minimales seront comprises entre 4° et 9°C, 3 degrés à Sofia. Les valeurs maximales varieront entre 16° et 21°C. A Sofia, le mercure indiquera 16 degrés...

Publié le 23/02/24 à 20:00

La moitié des Bulgares ne s’attendent pas à une fin prochaine de la guerre en Ukraine

Deux ans après le déclenchement de la guerre en Ukraine, 30,7% des Bulgares estiment qu’elle se terminera d’ici la fin de l’année, alors que 49,9% ne s’attendent pas à ce qu'elle prenne fin en 2024. C’est ce qu’a établi le sondage de Gallup..

Publié le 23/02/24 à 17:31